AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 Someday, somehow, I'm gonna make it all right but not right now. PV Blake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité

MessageSujet: Someday, somehow, I'm gonna make it all right but not right now. PV Blake   Jeu 11 Aoû - 3:33

Jonas & Blake



    Il est tard quand je termine le boulot, le dernier colis que j'ai du aller livrer sa destination se trouvait à l'autre bout de la ville. Je suis plutôt morose en ce moment, mon caractère ne sait pas améliorer depuis la découverte de mon géniteur et tout ce que sa implique au contraire! J'ai l'impression que ma vie est devenue un mini enfer et je n'ai personne à qui en parler vraiment mise à part mon chat, mais ça reste quand même un chat. Ce vieux matou ne peut pas me prodiguer des conseils sur ma situation familiale. C'est donc dans cette état d'esprit que je pédale vers chez moi sans grande conviction, quand une enseigne aux couleurs vives attire mon attention: Catalyst. Je m'arrête pour détailler du regard l'extérieur du bâtiment. C'est un bar il n'a aucun doute là-dessus, il y a quand beaucoup de monde qui rentre et ressort ce qui me fait croire que c'est un endroit plutôt animé. Je ne sais pas combien de temps je reste planter là sur mon vélo, le casque bien enfoncé sur ma tête. Je pèse le pour et le contre pour savoir si je devrais rentrer me commander une bière.

    L'alcool, j'ai cru comprendre que c'est un vice familial, mes frères aiment bien ce type de boisson, je ne pourrais pas le dire pour ma sœur cependant. L'alcool est aussi mon talon d’Achille depuis l'âge de 16 ans environ, depuis j'ai toujours une bouteille de vodka ou toute autre boisson forte cacher dans ma chambre. J'aime boire quand je suis stressé et quand j'ai le sentiment que ma vie m'échappe. Je me trouve dans le même état d'esprit en ce moment. Bah! De toute façon je ne risque pas de tuer personne en vélo si je suis soûl! C'est ce qui me décide de descendre enfin de mon vélo et de le verrouiller sur le lampadaire le plus proche. J'enlève bien entendu mon casque de vélo pour le mettre dans mon sac à dos. Je me dirige par la suite vers l'entré du bar, comme je m'y attendais c'est populaire comme endroit. Au premier abord je reconnais personne, tant mieux! Il y a rien de plus triste de voir quelqu'un qu'on aime se détruire le foie comme j'en ai envie ce soir!

    Je me faufile jusqu'au bar et trouve un tabouret pour y prendre place, une jolie blonde vient me voir aussitôt c'est probablement une des barmaids.

    - Bonsoir, qu'est-ce que je te sers mon mignon?!

    Un petit sourire en coin prends forme, bien sûr j'avais oublier que les filles jouent toujours la carte de la drague pour avoir un meilleur pourboire.

    - Ce que tu as de plus fort.
    - Dure journée?
    - Non, c'est la vie qui m'en veut en ce moment.

    Elle secoue légèrement la tête avant de se détourner un peu de moi pour prendre d'autre commande et m'apporter ma consommation. Ça me permet de regarder un peu autour de moi, des types comme moi elle doit en voir à tous les soirs. Je suis certainement pas le premier ni le dernier qui lui réponds ce genre de chose. Elle dépose finalement un petit verre devant moi.

    - C'est un Whisky Flamber, tu dois boire cul-sec!

    Première fois que l'on me sert une boisson de ce genre, curieux de nature je prends le petit verre entre mon pouce et l'index et le porte à mes lèvres. Je prends une respiration avant d'avaler la boisson qui me brûle la gorge d'un coup. Je grimace légèrement quand je dépose mon verre devant moi.

    - Ça arrache avoue?
    - ....Oui... 

    J'ai quelque difficulté à reprendre mes esprits, ma bouche, ma gorge ainsi que mon œsophage est brûler par le whisky.

    - Un autre verre?
    - 2 verres!
    - Téméraire va!

    Elle m'apporte mes commandes que j'empresse de faire descendre dans ma gorge. Je ne veux plus sentir mon côté fragile du moins pas ce soir. Je veux juste oublier, après les whiskys bien envoyer derrière la cravate je commence légèrement à perdre un peu la carte. Je me commande une bouteille de Vodka au complet pour moi seul. Mon porte-feuille c'est allégé de quelques billets, la jolie blonde me dit clairement que si je reviens demander une autre consommation, elle refuserait de me servir. Si je m'envoie une bouteille de vodka à moi tout seul c'est clair que dans les veine j'aurais plus d'alcool que de sang. Je descends de mon siège bouteille et verre à la main et tente de marcher le plus droit possible vers une table un peu à l'écart. Ainsi je vais pouvoir cuver tranquillement. Je verse la boisson dans mon verre et le cale, je refais le manège plusieurs fois.

    - Putain que c'est fort....

    Une remarque plus à moi-même qu'à ceux qui m'entoure. C'est à ce moment que je me rends compte qu'une personne est poster devant ma table. Les mains poser sur le dossier de la chaise qui me fait face.

    - Quoi?! Tu n'as jamais vu quelqu'un boire?

    C'est ce que je réussis à articuler bêtement pour prendre une gorgée de la vodka à même le goulot de la bouteille. Malgré ce que je fais la personne reste toujours au même endroit. Je me décide à lever mes yeux vers l'inconnu qui n'est pas si inconnu que ça finalement....

    - Blake....salut.....

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 238
Pseudo : VIP
credits : moi
open pour un sujet ? : yep

Tell me more
Statut: Craque pour quelqu'un
Relations:

♠ Ce qui me brise, c'est pas que tu t'appuies trop sur moi, c'est que tu m'abandonnes

MessageSujet: Re: Someday, somehow, I'm gonna make it all right but not right now. PV Blake   Jeu 11 Aoû - 22:46


Jonas & Blake



Dans les loges du Catalyst, je remballe ma guitare et mes cahiers de compositions que je glisse à l’intérieur de l’étui de ma guitare. Une enveloppe pleine de billets pour mes représentations de la semaine, le gérant m’avait demandé si je serais encore disponible pour les semaines à venir. L’espace d’un instant, sans y réfléchir, ma réponse fusa : « oui. » Rien de plus. Pas de blabla, juste un oui et je l’entendais ajouter avant de partir. « parfait. Tout le monde pense à ton frère, tu sais. » m’assure-t-il comme si nous étions proches lui et moi. Il connait Noam. Tout le monde connait Noam dans cette ville. Il aurait très bien pu être une mascotte que ça ne m’aurait pas étonné plus que ça. Je grogne un vague « merci » avant de passer la porte des loges. J’ai besoin d’air. De boire un verre mais loin d’ici. Loin de cette atmosphère étouffante où tout le monde me regarde en pensant à Noam. C’est ce qui m’agace, tout le monde me compare à lui, parce que je suis son jumeau. Sauf qu’on ne pourra jamais dire qu’on se ressemble au point de vu caractère. A peine ais-je mis les pieds dans la salle du bar que la barmaid m’interpelle.

« Blake ! » Je me retourne, après un temps d’arrêt. Je comptais sortir par l’arrière quand elle rajoute. « Attend ! »

Je me fige et me retourne. Je savais qu’elle ne me courrait pas après pour mon physique. C’était une chic fille qui avait un mec et pour qui la vie semblait douce. Le genre de fille qu’on n’aurait surement pas imaginé derrière un bar, et qui assure comme une véritable pro.

« Le mec là bas. Tu le connais, j’crois ? il s’est prit une bouteille de vodka et plusieurs Flamber- »
« J’suis pas une baby sitter ! » grognais-je tandis qu’il arborait ce petit sourire suppliant.
« Ok ok, j’le ramène. » soupirais-je avant de lancer. « J’peux savoir c’qui t’as pris de lui servir des Flamber à cette heure ?! Il a à peine l’âge légal de boire. S’il me dégobille dessus, tu seras de corvée de laverie ! » lui annonçais-je d’emblée avant de fendre la foule pour rejoindre ce mec.

Si ça avait été un parfait inconnu qu’il fallait mettre à la porte, ou lui pété le nez, j’aurais été satisfait. Sauf qu’il s’agissait de Jonas. Je pris pourtant sur moi avant de l’approcher et de me pencher en avant, les mains appuyées sur le dossier de la chaise.

« Quoi?! Tu n'as jamais vu quelqu'un boire? »

« crétin ! » répliquais-je sans attendre. Dieu qu’ils m’agaçaient tous à se saouler de la sorte. Comme si avec Noam à l’hosto, Jonas voulais rejoindre Noam le plus vite possible. Etaient-ils inconscient des conséquences de l’alcool sur notre organisme, déjà bien propice aux problèmes liés à cette putin de maladie.

« Blake....salut..... »

« Tu vois des filles danser à poil, des éléphants roses et des libellules j’espère ! » A quoi pensait-il en se prenant une cuite ? Surement pas à la gueule de bois qu’il aurait demain. Et moi, j’étais pas payer pour baby sitter un demi-frère. J’attrapais la bouteille et la posais sur la table derrière moi, lançant au client. « profitez-en, c’est la maison qui offre. »

J’observais alors encore un moment Jonas, avant de l’attraper par le col de sa veste pour le mettre debout avant de le trainer jusqu’à l’extérieur de la boite, non pas sans une plainte de ce dernier. « Allez Kiddo, t’as besoin d’air… et d’une sacrée douche. » Achevais-je avec une grimace tant il puait l’alcool à plein nez. Je le poussais un peu vers ma voiture afin qu’il s’appuie dessus et respire un peu d’air frais. Ça au moins ça pourrait pas lui faire de mal.



_________________

Lost and afraid to be with you


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t151-n-blake-rivers-no-one-knows-what-its-like-to-be-the-bad-man-to-be-the-sad-man http://dont-stop-believin.forumactif.com/t63-rivers-come-with-me-in-hell http://dont-stop-believin.forumactif.com/t56-n-blake-rivers
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Someday, somehow, I'm gonna make it all right but not right now. PV Blake   Ven 12 Aoû - 2:21

    Je dois avouer que j'ai jouez la carte de la provocation en disant: « Quoi?! Tu n'as jamais vu quelqu'un boire? » Je ne fais pas de mal à personne à picoler doucement dans mon coin alors pourquoi on m'emmerde!? Un crétin bien sentis ses rendu à mes oreilles, c'est pour ça que je levé la tête dans la direction de mon demi-frère. Ouch! C'est bien la dernière personne au monde que tu veux envoyer balader surtout qu'il a un sale caractère quand il le veut. Je le salue malgré le goujon de la bouteille à la bouche.

    « Tu vois des filles danser à poil, des éléphants roses et des libellules j’espère ! »

    Ça remarque me fait rire, mais je tente de prendre mon sérieux le plus rapidement possible. C'est difficile vu mon taux d’alcoolémie avancé. Entre deux fous rire j'arrive à dire bêtement.

    Non, je ne vois rien de tout ça...je vois juste un frère furax après son imbécile de cadet....Tu ne veux pas boire une gorgée?

    Il prends la bouteille entre ses mains très agacé de mon comportement, je crois qu'il va boire avec moi, mais j'ai tout faux! Sous mes yeux ébahis il dépose ma bouteille de vodka que j'ai payé plutôt cher sur la table en arrière.

    « profitez-en, c’est la maison qui offre. »
    - Tu déconnes j'espère! Ça m'a coûté la peau des fesses cette bouteille!

    Excédé mon frère me prends par le col de ma chemise et me lève de mon siège sans me ménager. Il a beau être plus petit que moi il est visiblement plus fort. Je gémis et grogne trop envahis par l'alcool pour me défendre et de me défaire de sa poigne de fer. Faut dire aussi que je ne suis pas très douer pour me défendre à jeun alors imaginé soûl! Il me pousse à l'extérieur du bar ou l'air froide du soir m'enveloppe et me fait frissonner.

    « Allez Kiddo, t’as besoin d’air… et d’une sacrée douche. »

    Je sens une surface dur et métallique sous mes mains, il m'a poussé vers sa voiture j'imagine. J'ai la tête qui tourne et je ne vois plus très clair. C'est un signe avant coureur de bonnes nausées. Je ne me trompe pas, parce que quelques instants plus tard je suis pris de violent haut le cœur et ce qui arrive doit arriver. Je me vide littéralement l'intérieur de l'estomac sur le capot de la jolie voiture de Blake. Je peux entendre ce dernier manifester son mécontentement et je crois que tout les saints du ciel y passent. Hébété je regarde sa voiture qui a perdu sa couleur d'origine, maintenant elle est jaune, blanche et un peu de couleur orange par-ci par-là.

    - Oops.....

    Moi et les voitures, elles ne m'attirent que des ennuis, ma propre voiture "Eleanor" aussi d'ailleurs. Si mon frère commençait à m'accepter dans sa vie maintenant c'est clair qui me déteste!

    - Je payerais le nettoyage....et la peinture si y a besoin....

    J'essaye de me rattraper, mais je ne crois pas que ça soit suffisant. Le mieux serait peut-être de débarrasser le plancher? Je lance un regard vers mon vélo qui est verrouillé bien tranquille après le lampadaire tout près. Je me demande bêtement comment je vais pouvoir me rendre à cet engin sans me péter la gueule sur le bitume. Après comment je vais faire pour pédaler? Beaucoup trop de question pour mon petit cerveau embué.

    - .....Je crois que je devrais peut-être rentrer.....mon vélo est....

    Je termine à peine ma phrase, mais je pointe mon vélo d'un doigt. Blake sera peut-être conciliant et me laissera partir vu le dégât que j'ai oser faire sur sa voiture. Il doit être comme Noam sur ce point, il doit adorer sa bagnole.

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 238
Pseudo : VIP
credits : moi
open pour un sujet ? : yep

Tell me more
Statut: Craque pour quelqu'un
Relations:

♠ Ce qui me brise, c'est pas que tu t'appuies trop sur moi, c'est que tu m'abandonnes

MessageSujet: Re: Someday, somehow, I'm gonna make it all right but not right now. PV Blake   Dim 14 Aoû - 1:54



Imbécile, c’était pas peu dire. J’avais bien envie de lui fracasser cette bouteille sur la tête. Qu’il ait envie de se prendre une cuite okay, mais pourquoi fallait-il particulièrement qu’il fasse ça ici ? Pourquoi pas chez lui hein ? Non évidemment, fallait qu’il me gâche ma soirée parce qu’avec un Jonas imbibée, fallait pas croire que j’allais pouvoir me faire une soirée porno. Surement pas avec ce numéro ! A ma remarque, il a cet air de soulard, qui rit niaisement. Il arrive à peine à aligner une phrase entière. On n’était pas vendredi 13 et pourtant, je l’aurais bien cru. Il comptait réellement s’enfiler une bouteille de vodka à lui tout seul. C’était déjà à peine s’il était encore capable de tenir debout après un pack de six bières !

« Imbécile c’est trop faible ! » grinçais-je en attrapant la bouteille et la faisant passer à la table voisine, précisant que c’était offert.

« ça j’ai en ai rien à foutre. T’aurais dû y penser avant ! » Quoi, il savait bien que la plupart du temps j’étais fourré au Catalyst entre mes représentations et le seul lieu où parfois, on arrivait à me foutre la paix.

Sans plus attendre, je l’attrape par le col de sa veste. Le fait qu’il soit plus grand d’à peine quelques centimètres n’est pas en soi un véritable problème. Et s’il le fallait, j’le ferais ramper. Des crétins fini comme lui, j’en ai connus. Beaucoup trop. Il ne le voulait surement pas mais il me rappelait énormément les mecs du foyer. Toujours à se vanter pour une connerie. Toujours à voler, piquer du fric, des clopes, de l’alcool pour finalement les retrouver à dégueuler tripes et boyaux dans les minutes suivantes.

Alors que je le traine à l’extérieur de la boite, j’ai comme l’impression que je vais avoir une mauvaise surprise. Pressentiment ? On pourrait dire ça. En fait c’est pire, c’est l’expérience. D’avoir vu des gamins bien plus jeunes que lui se saouler pour des raisons inutiles. Et lui, pourquoi faisait-il ça ? Pourquoi aujourd’hui ? Y avait-il un rapport avec Noam ? Il venait tout juste de foutre en l’air ses plans pour la soirée, et lui qui espérait peut être passer voir Regan. C’était mort, ça il en était certain cette fois ci.

Je le pousse vers la voiture mais j’aurais dû prévoir le coup. Quoi ? Il n’avait pas ailleurs ou faire ça ? Sur ses chaussures par exemple ?! Non évidemment que non. Repeindre le capot de ma voiture avec son dégueulon, qu’y a-t-il de mieux, hein ?!

« Sainte marie…. » commençais-je à jurer en serrant les mâchoires avant de le fusiller du regard. « Tu paierais pas le nettoyage, mon grand ! Oh non ! J’ai beaucoup mieux que ça ! » avançais-je en le massacrant du regard. « Tu restes ici ! Si tu bouges d’un millimètre, j’te fais la peau ! Compris ?! » le menaçais-je alors devant les personnes dans la rue qui commençait à me dévisager. « Bande de plouc. » grognais-je en rentrant dans la boite l’espace de quelques minutes.

Il ne me faut pas plus de cinq minutes, armé de deux seaux et d’une éponge. Il s’est laissé glisser contre un poteau et commence limite à commater.

«Ah non mon coco, ça va pas se passer de cette façon. » Sans un mot, je lui jette violemment un seau d’eau dessus, ce qui pour effet de le réveiller et de le remettre debout instantanément. Ce mec était monté sur ressort ou quoi ?

« Tu sais c’qu’il te reste à faire. Tu m’fais une rayure, j’te pète le nez ! T’oublie une trace de ton dégueulis, j’te fais ravaler ce dernier et avec cette eau savonneuse en prime ! » Lui désignais-je le seau et l’éponge qui l’attendais à côté de la voiture.

C’était la voiture de mon père. Evidemment il ne pouvait pas réellement comprendre. C’était l’un des derniers objets que je tenais de mes parents adoptifs, les seuls à m’avoir donné de l’amour et de l’affection au cours de ses 25 dernières années. Alors, il n’était pas question, une seule seconde que ce crétin salisse ma voiture au sens propre et figuré du terme.



_________________

Lost and afraid to be with you


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t151-n-blake-rivers-no-one-knows-what-its-like-to-be-the-bad-man-to-be-the-sad-man http://dont-stop-believin.forumactif.com/t63-rivers-come-with-me-in-hell http://dont-stop-believin.forumactif.com/t56-n-blake-rivers
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Someday, somehow, I'm gonna make it all right but not right now. PV Blake   Dim 14 Aoû - 16:29

    Blake est en beau pétard contre moi, si j'aurais été moins imbiber par l'alcool et les rôles auraient été inverser, je l'aurais été tout autant. Je lui dit un peu platement que j'allais payer le nettoyage et la peinture si nécessaire. Mon grand frère n'est pas du tout de cette avis et il me le fait bien comprendre.

    « Tu paierais pas le nettoyage, mon grand ! Oh non ! J’ai beaucoup mieux que ça ! » « Tu restes ici ! Si tu bouges d’un millimètre, j’te fais la peau ! Compris ?! »

    Il est très sérieux et je n'ai pas intérêt à décamper. Blake se défoule en criant à des passants un peu trop curieux: Bande de Ploucs ce qui me fait ricaner bêtement.

    - Ne vous en faites pas....mon frère est un peu grognon.....

    Les curieux se rends bien compte du dégât que j'ai commis et mon état d'ivresse bien avancé. Ils passent leur chemin très rapidement tandis que moi je m'écroule doucement le long d'un lampadaire. J'ai de la difficulté à garder les idées clairs et les yeux ouverts. La terre tourne et j'ai l'impression d'être sur un bateau, je ne serais pas étonné de recevoir de l'eau de la mer de bitume. C'est à ce moment que Blake me déverse une chaudière d'eau classé sur la tête.

    - NOM D'UN CHIEN!!

    Sur le coup je me lève aussi rapidement que je me suis écroulé. Je crache l'eau que j'ai avalé sur le bitume. Mes cheveux me colle à la tête ainsi que mes vêtements. Qu'est-ce qui lui a pris de faire ça?! Il est malade! Maintenant je risque la pneumonie! Je lui lance un regard de colère, mais il ne va pas s'en émouvoir. Je ne suis pas étonné après tout c'est un dur mon frère.

    « Tu sais c’qu’il te reste à faire. Tu m’fais une rayure, j’te pète le nez ! T’oublie une trace de ton dégueulis, j’te fais ravaler ce dernier et avec cette eau savonneuse en prime ! »

    Mes yeux passent de Blake au sceau d'eau savonneuse ainsi qu'une belle éponge orange. Il veut que je nettoie sa voiture? Je ne vais pas m'en plaindre il me fait sauver de l'argent, mais encore il faut pas que je la raye sinon ça va être ma fête. Résigné, je remonte mes manches de chemise doucement. Je détache ma montre ainsi qu'un bracelet en argent. Cadeau de ma mère et tends le tout à Blake.

    - Faut pas que je raye ton bébé alors autant éviter les bijoux.....

    Un autre soupir avant que je prenne la belle éponge et l'enfonce dans l'eau savonneuse. Ensuite, je l'applique sur la "nouvelle" peinture. L'odeur est insupportable et je dois respirer par la bouche pour éviter un autre "accident". Pendant que je nettoie Blake me surveille sans rien dire, je n'aime pas le silence....

    - C'est une vieille voiture que tu as là, elle n'est pas supposé être classé collection?

    Je cache bien mon jeu en général, je suis un écolo de nature, je recycle, je me déplace la plupart du temps en vélo. Je suis guide en montagne lors de la saison estivale et pourtant je suis un maniaque de voiture.

    - Ta voiture est la même couleur que "Éleanor" ma voiture. Tu connais le film Gone in 60 sec? Quand j'ai vu ce film étant gamin je me suis mis dans la tête d'avoir une "Éleanor". J'en ai trouvé une et la moitié de ma bourse d'étude est partie là-dedans. J'ai une belle Shelby GT 500 qui sommeille dans un garage......enfin je ne sais pas pourquoi je te dis ça.....

    Je continue d'asticoter sa voiture avec le plus de douceur possible. Je finis par verser tout le contenu du sceau sur le capot ce qui enlève toute la vomissure. Blake me donne un chiffons doux et sec pour que je puisse sécher la carrosserie. Ce que je fais en m'appliquant après quelques minutes elle a retrouvé son état d'origine. Ma tête se remet à tourner et je marque un temps pour m'en remettre. Je reprends ma place contre le lampadaire.

    - Ta voiture est propre maintenant, tu peux partir....

    Mon mal de cœur est partie, c'est maintenant ma tête qui me fait un mal de chien et qui me donne l'impression que le monde tourne plus rapidement qu'il le devrait. J'imagine que Blake va partir et je vais pouvoir reprendre mon vélo et tenter de rentrer chez moi sans me faire arrêter par les flics.




Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 238
Pseudo : VIP
credits : moi
open pour un sujet ? : yep

Tell me more
Statut: Craque pour quelqu'un
Relations:

♠ Ce qui me brise, c'est pas que tu t'appuies trop sur moi, c'est que tu m'abandonnes

MessageSujet: Re: Someday, somehow, I'm gonna make it all right but not right now. PV Blake   Mar 16 Aoû - 1:42



Ce crétin à peine en âge de tenir l’alcool, n’avait rien trouvé de mieux que de se saouler. Et au Catalyst en prime ! Pourquoi pas au Bones ?!! Non évidemment, il fallait qu’il fasse ça, sous mon nez ! C’était tellement mieux. Cette attitude me foutait les nerfs en boule. Sérieusement, pourquoi il se cherchait pas une copine et évitait de faire des conneries. Enfin demain il aurait une super gueule de bois, ça lui apprendra à vouloir jouer les grands. Quel crétin fini ! Il comptait me payer le nettoyage de la voiture. L’espace d’une seconde je crus mal comprendre mais non. Ce crétin est mon demi-frère ?! C’était le pompon ! Il ne s’en sortirait pas comme ça. Je l’avertis clairement de ne pas bouger avant mon retour. Tandis que nous nous affrontions sur le trottoir et que les passants ne se gênaient absolument pas pour nous dévisager. Je laissais échapper quelques mots avant de revenir dans la boite, et récupérant seau, eau, savon et éponge. Il ne s’en sortirait pas comme ça. Il ne me connaissait pas.

A peine revenu, je le vois affalé contre un lampadaire à deux doigts du coma éthylique ! J’ai horreur de ça. Voir les gens se saouler n’avait absolument rien de fascinant. Je vis dans un monde où la plupart des artistes ne vivent que d’alcool et de drogues. Je ne dis pas que je suis une exception mais je sais apprécier de boire un verre ou une bière de temps en temps. Mais je ne pense pas avoir ce vice en moi. Certainement parce que j’étais très jeune lorsque j’ai été témoin des désastres que pouvait opérer l’alcool et la drogue. C’était déjà mon lot quotidien dans le foyer. Alors voir Jonas se foutre dans un état pareil, ça me mettait hors de moi. Vidant un seau d’eau glacé sur Jonas, ce dernier ne tarde pas à se réveiller et à reprendre ses esprits. Se relevant comme s’il était monté sur ressort. Je lui fais rapidement le topo sur ce qui l’attend et s’il ose rayer, abimer ou encore oublié une trace de son dégueulis sur ma voiture.

Récupérant la montre et son bracelet je secoue la tête. Ma voiture n’était pas mon bébé. Je n’avais pas le même intérêt que Noam pour les voitures. C’était le dernier souvenir que j’avais de mes parents adoptif, une vieille Camaro Z 28, pièce de collection et qui faisait partie de la distribution qui pouvait concourir à certains rallyes. Avec ses deux bandes jaunes sur le capot, on la distinguait très vite dans cette ville.

M’appuyant contre le lampadaire, je l’observais à la tâche alors qu’il manquait à plusieurs reprises de grimacer devant l’odeur pestilentielle de son dégueulis. « Que ça te serve de leçon pour la prochaine fois où tu voudras te prendre une cuite. » lançais-je en secouant la tête. Qu’est-ce que les jeunes pouvaient parfois être cons. Mais déjà, il me parlait de la voiture.

« Elle l’est. » répondis-je. « Camaro Z28 de 1967 conçus pour concourir pour la Trans-Am. C’était la voiture de mon père. » Achevais-je, histoire qu’il me fiche la paix sur le sujet. Elle était de ces voitures qu’on bichonne et qu’on remarque. Certains s’extasiaient en la voyant. Comme Noam l’avait fait. Pour moi, c’était simplement l’unique souvenir restant de mes parents adoptifs. Une adoption que j’avais bien accepté parce que mes parents ne m’avaient jamais mentis ou cachés mes origines.

Il poursuit en me parlant d’un film et de sa voiture. Je fronçais les sourcils, tentant l’espace d’une seconde de suivre son raisonnement. « T’as une voiture et tu roules en vélo ?! » Je secouais vigoureusement la tête. « Quoiqu’au volant d’une voiture, tu pourrais être un danger public. » poursuivis-je avant de lui demander. « T’as ton permis ? » C’était peut-être stupide mais rien n’empêchait d’avoir une voiture sans avoir son permis. C’était la seule raison qui me venait à l’esprit et qui expliquait qu’il roule à vélo et non en voiture comme 95% de la population.

Je glisse ma guitare à l’arrière du siège passager tandis qu’il termine sa tâche. Non pas sans chanceler. A croire que c’est grâce à la voiture qu’il tient debout. A ses mots, je ris doucement.

« Tu me pends pour un con ? » le dévisageais-je avant de désigner son vélo. « Décroche le. » lui commandais-je en ôtant la capote de la voiture pour qu’il glisse son vélo derrière. « J’te ramène. J’ai pas envie qu’on m’appelle parce que les flics t’auront embarqué ! » rajoutais-je, contenant encore mon exaspération devant mon imbécile de cadet. « Pourquoi t’as fait ça ? » C’était sorti sans que je sache trop pourquoi. A quoi ça m’avancerait de savoir pourquoi ? Jonas n’était surement qu’un crétin ou alors c’était l’état de Noam ou qu’il avait d’autres problèmes. Mais je n’étais pas celui qui aidait à résoudre les problèmes. Non, c’était pas dans mon caractère. Noam était le bon samaritain. Moi, j’étais simplement Blake, le jumeau qui préfère rester dans l’ombre quitte à devenir totalement invisible aux yeux du monde. Au moins, personne ne posait de question et je pouvais vivre comme je le souhaitais.



_________________

Lost and afraid to be with you


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t151-n-blake-rivers-no-one-knows-what-its-like-to-be-the-bad-man-to-be-the-sad-man http://dont-stop-believin.forumactif.com/t63-rivers-come-with-me-in-hell http://dont-stop-believin.forumactif.com/t56-n-blake-rivers
Invité

Invité

MessageSujet: Re: Someday, somehow, I'm gonna make it all right but not right now. PV Blake   Mar 16 Aoû - 3:32

    « T’as une voiture et tu roules en vélo ?! Quoiqu’au volant d’une voiture, tu pourrais être un danger public. T’as ton permis ? »

    Tout le monde m'a au moins une fois posé cette question. Tu as une voiture, mais tu te déplace à vélo? Comme si on ne pouvait pas avoir les deux dans sa vie. Je secoue légèrement la tête comme si mon frère venait de me dire une absurdité. Bien sûr que j'ai mon permis, sinon je n'aurais jamais eu de copine de toute ma petite vie!

    - Bien sûr que j'ai mon permis, mais pour répondre à ta question initiale, si je me déplace en vélo c'est pour le boulot. Parce que oui je bosse de 7hr le matin à 8hr le soir, du lundi au vendredi.

    Je continue de finaliser ma tâche tandis que Blake met sa précieuse guitare dans le coffre arrière. Il va peut-être me laisser m'en aller, d'ailleurs je lui informe de mes intentions tandis que je m'écroule contre le lampadaire doucement. Ce que j'ai comme réponse est un rire (ironique j'imagine) de mon frère. La réplique ne tarde pas non plus.

    « Tu me pends pour un con ? « Décroche le. »

    Son intention est clair, il va me ramener chez moi que je le veuille ou non. Dans le fond c'est une brute au coeur tendre. Je me lève difficilement et me dirige d'un pas mal assurer vers mon vélo qui m'attends. Je me concentre le plus possible à sortir mes clés de mes poches pour le libérer de son cadenas. Blake quand à lui enlève la capote de la voiture pour que je puisse y installer mon vélo sans problème.

    « J’te ramène. J’ai pas envie qu’on m’appelle parce que les flics t’auront embarqué ! »

    J'aurais bien voulu lui répondre en lui disant que les flics auraient appeler Noam plus que lui, mais je préfère me taire tandis que j'installe mon vélo en essayant d'être le plus délicat possible malgré mon taux d'alcool élevé dans mon sang.

    « Pourquoi t’as fait ça ? »

    Je ne sais pas lequel de nous deux est le plus surpris, lui ou moi. Je cligne des yeux hébété par la question tandis que je gagne la porte coté passager.

    - Je ne l'ai pas fait pour t'emmerder, j'étais tranquille dans mon coin je ne faisais de mal à personne. C'est toi qui tes ramener à me faire la morale. Tu me l'as dit je suis un crétin, j'en prends bonne note.....

    J'ouvre la portière sans délicatesse et m'enfonce dans le siège un peu étourdie. Je dois me contrôler parce que si je dégueule dans la voiture il va me le faire bouffer par les troues de nez. Sur le capot ça peut aller à un certain point, mais à l'intérieur c'est un autre niveau. Blake s'installe derrière le volant sans rien dire, mais je sais que la tension entre nous est à couper au couteau. Ça prends un moment avant que je lui dise l'adresse de mon appartement pour qu'il puisse prendre la bonne direction.

    - J'ai merdé.....je ne le referais plus...tout ce qui m'approche se brise contre moi. Que ce soit ma mère, Amy la première femme que j'ai aimé, Noam et j'en passe. Ma mère est atteinte d'un cancer du sein, elle a peu de chance de s'en sortir, Amy est partie sans donner de nouvelle, Noam c'est lui qui m'a appris notre lien de sang....quelques semaines plus tard le voilà à l'hôpital. J'ai du mal à gérer c'est tout....

    Je ne sais pas pourquoi je lui raconte tout ça, peut-être parce qu'il m'a posé la question? J'ai merdé voilà ce qu'il est arriver, je n'ai pas été capable d'assumer tout ce qui m'arrive dans ma vie. Est-ce que l'on peut m'en vouloir pour ça?

    - Tu es mon frère, mais je comprendrais si tu ne veux plus me voir. Je ne t'embêterais plus.

    Je colle paresseusement mon front sur la vitre froide. Je regarde le paysage qui défile doucement. Je vais effectivement avoir un mal de crâne demain matin.


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 238
Pseudo : VIP
credits : moi
open pour un sujet ? : yep

Tell me more
Statut: Craque pour quelqu'un
Relations:

♠ Ce qui me brise, c'est pas que tu t'appuies trop sur moi, c'est que tu m'abandonnes

MessageSujet: Re: Someday, somehow, I'm gonna make it all right but not right now. PV Blake   Ven 16 Sep - 1:05



« Bien sûr que j'ai mon permis, mais pour répondre à ta question initiale, si je me déplace en vélo c'est pour le boulot. Parce que oui je bosse de 7hr le matin à 8hr le soir, du lundi au vendredi. »

Pour quelqu’un de bourré, il avait plutôt les idées claires le marmot. Je considérais toujours ces foutus vélos comme des dangers publics sur la route. Et évidemment, il fallait que l’un d’entre eux soient mon frère. Je l’écoutais déblatérer d’une oreille en glissant ma guitare dans le coffre.
S’il s’attendait à ce que j’attende patiemment qu’il dessoule au milieu de la rue, c’était preuve qu’on me connaissait encore trop mal. Mais je ne lui laisse pas le temps de pousser ses réflexions l’obligeant à détacher son vélo pour le caser dans ma voiture.

C’était très paradoxal, j’aimais monter sur scène et jouer. Mais je détestais être le centre de l’attention. Qu’on me reconnaisse juste pour mon talent à vrai dire. Rien d’autre. Sauf que tout le monde ne comprenait pas ça. J’étais ours et mon sale caractère déplaisait parce que je ne mâchais pas mes mots. Et pourtant dieu sait que depuis des semaines, je faisais des efforts de sociabilisation. Je voulais y croire.

Je voulais pas être lié à lui et pourtant, je faisais des efforts pour ce qui restait d’un lien familial. Je combattais parce que dans le fond, je ne voulais pas que l’histoire s’achève comme avec Court’ et Boone. Alors peut être étais-je plus sensible à la famille que je voulais le laisser paraitre. Et ma question avait fusé. Pas pour l’emmerder mais pour comprendre. Et peut être parce que j’étais curieux d’en savoir plus, même si un part de moi ne voulait rien admettre. J’étais en total contradiction et je n’y voyais pas plus clair.

« Je ne l'ai pas fait pour t'emmerder, j'étais tranquille dans mon coin je ne faisais de mal à personne. C'est toi qui tes ramener à me faire la morale. Tu me l'as dit je suis un crétin, j'en prends bonne note... »

Je manquais de soupirer devant ce fameux crétin. Devais-je lui parler de Noam ? Devais-je l’écouter ? J’en savais rien. Je n’étais pas apte à ce genre de situation. J’étais pas le mec qui gérait les problèmes. Moi, je les fuyais. Je laissais les gens dans leur merde. Je secouais finalement la tête avant de le rejoindre à l’intérieur de la voiture.

« Te prendre une cuite ça changera quoi ? ça a mené Noam sur un chemin que tu veux éviter, crois moi. » Parce que Noam s’était laissé sombré et que j’y avais en parti assister. Alors oui, je ne tenais à voir Jonas faire la même connerie.

Si la tension est insoutenable, je sais qu’il ne tient qu’à moi pour que ça change. Jonas n’est pas mauvais, juste paumé. Mais je ne suis pas expert en relation humaine. J’ai plus de facilité avec mes poings à vrai dire. Alors qu’il me donne son adresse, je poursuis le trajet durant quelques minutes avant de me garer sur le coté après sa remarque.

« J'ai merdé.....je ne le referais plus...tout ce qui m'approche se brise contre moi. Que ce soit ma mère, Amy la première femme que j'ai aimé, Noam et j'en passe. Ma mère est atteinte d'un cancer du sein, elle a peu de chance de s'en sortir, Amy est partie sans donner de nouvelle, Noam c'est lui qui m'a appris notre lien de sang....quelques semaines plus tard le voilà à l'hôpital. J'ai du mal à gérer c'est tout… »

Je secouais la tête. Peut être que si sa copine s’était barré c’était sa faute mais le reste, il n’aurait rien pu faire. C’était la faute au destin pas la sienne. Je coupais le contact, fixant un point devant moi durant de longues secondes, réfléchissant.

« Tu crois que c’est de ta faute si Noam s’est fait percuté par un chauffard ? J’étais là Jonas ! Noam ne veut pas mourir. Il va s’en sortir… » commençais-je avant de poursuivre en le fixant cette fois ci. « Ta mère, elle a pas demandé à avoir un cancer. J’me trompe ? Quant à Amy… elle avait peut-être besoin de réfléchir, de faire un break… j’suis pas un expert en relation humaines. Mais t’es un mec bien, parfois c’est juste un sale tour du destin. Tu peux rien y faire. Faut attendre que ça passe. » Du moins je l’espérais. J’tenais pas à devoir faire l’éloge funéraire de Noam. C’était trop tôt pour ça. « Quant à la boisson… ralentis un peu. J’ai pas envie que tu te retrouves aux alcooliques anonymes avec Noam. »

Il savait être agaçant. Mais dans le fond, Jonas n’avait pas une once de méchanceté. Il était jeune, paumé et ne savait plus par quel bout prendre sa vie.

« Tu es mon frère, mais je comprendrais si tu ne veux plus me voir. Je ne t'embêterais plus. »

Que je ne veuille plus le voir ? Comme si Hope Mills était une ville ou l’on pouvait éviter de croiser les membres de sa famille. Impensable. Parfois les gens du coin avait des raisonnements à la con.

« Arrête de faire ton Caliméro. Je sais qu’on n’a pas la relation qu’on devrait avoir… mais ça veut pas dire que j’me soucie pas de vous… c’est juste que… j’ai pas grandi entourée d’une famille. Tout ce que j’ai c’est des souvenirs de mes parents quand j’avais 6 ans. » ça n’était pas en claquant des doigts que je deviendrais un bon frère. Il fallait du temps, de l’énergie et de la volonté. Trois choses dont je n’étais pas certain d’être doté.





_________________

Lost and afraid to be with you


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t151-n-blake-rivers-no-one-knows-what-its-like-to-be-the-bad-man-to-be-the-sad-man http://dont-stop-believin.forumactif.com/t63-rivers-come-with-me-in-hell http://dont-stop-believin.forumactif.com/t56-n-blake-rivers
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Someday, somehow, I'm gonna make it all right but not right now. PV Blake   

Revenir en haut Aller en bas
 

Someday, somehow, I'm gonna make it all right but not right now. PV Blake

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hope Mills :: ▬ Hope Mills ▬ :: Catalyst-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit