AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 Pain is temporary [R]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Messages : 1494
Pseudo : Lili
credits : .lollipops & tumblr
open pour un sujet ? : Yep

Tell me more
Statut:
Relations:

    BITCHYADMIN▬ Fly me to the moon

MessageSujet: Pain is temporary [R]   Jeu 9 Juin - 23:30


FEAT CAMDEN DONELLY & CHARLY EVANS

Pain is temporary.

Ces derniers temps, il n’était pas rare de croiser des fantômes dans Hope Mills. A croire qu’ils avaient tous décidé de faire leur retour dans la petite ville de Caroline du Nord. Noam. Jessie. Et maintenant Angie. La revoir dans son jardin comme au temps de leur enfance lui avait paru bizarre, non pas parce qu’elles n’avaient plus rien des gamines qu’elles avaient pu être, mais plutôt parce que lors de leur conversation, elle avait retrouvé cette amie qui lui avait été si précieuse à l’époque du lycée. Si Joyce n’avait pas été là, il était sûr que la conversation aurait eu lieu différemment. Si Charly était honnête, elle devait avouer que sans Joyce, il n’y aurait eu aucune conversation. Et ce n’est pas parce que leur rencontre s’était plus ou moins bien passé que Charly avait oublié ses 5 dernières années et toutes ses lettres à sens unique. Charly n’oubliait rien et c’était bien là le problème.

Ne rien oublier voulait dire tout ressasser. Sans cesse et c’est ça qui était douloureux. Ressasser ce qu’on a pu perdre et se rendre compte que tout était mieux avant. C’est sur que tout était plus simple quand Charly et Angie pouvait faire disparaitre toute leur tristesse en montant dans l’arbre qui abritait la cabane que leurs pères avaient crées pour elles. Quand elles tombaient, elles allaient se réfugier dans l’arbre. Quand elles se faisaient disputer, elles allaient s’y cacher. Et tout paraissait meilleur vu dans haut. Tout s’est compliqué quand les hommes sont rentrés dans leur vie. Noam pour elle, Camden pour Angie. La cabane dans l’arbre n’arrivait plus à soigner les maux à l’âme que les hommes pouvaient créer sur les deux jeunes filles. Et puis Angie était partie et Charly n’avait jamais remis les pieds dans la cabane.

Cheveux aux vents au volant de sa voiture, musique à fond, Charly conduisait vers la sortie de la ville. Elle était passée par là. Elle avait vu son premier amour revenir dans sa vie. Naïvement, elle avait cru le retrouver comme au temps de leur premier amour, sacrifiant celui qui aurait pu être l’amour de sa vie. Naïvement, elle avait cru qu’ils auraient pu être les mêmes qu’avant la mort de Lynn. Garant sa voiture sur une place visiteur, elle coupa le contact. Elle et Camden avait toujours été complices. Avec le départ d’Angie, ils ne s’étaient vu que quelques fois, mais ils étaient toujours en contact et aujourd’hui qu’Angie était de retour, elle voulait s’assurer qu’il allait bien. « Lieutenant Connelly ? » demanda-t-elle à un soldat qui lui indiqua gentiment le chemin. Remontant ses lunettes de soleil sur le haut de sa tête, elle prit le chemin qu’on lui avait indiqué. Elle ne se sentait pas à sa place dans cette base. Elle se sentait mal à l’aise à l’idée de voir un pilote surgir de nulle part. Repérant rapidement Camden, elle s’empressa de le rejoindre. Elle lui fit un petit signe de la main pour lui faire remarquer sa présence et attendit patiemment qu’il finisse sa conversation avec ses soldats.


_________________

    ── THE STORY GOES ON WITHOUT YOU ──
    And there's got to be another ending. But yeah you broke my heart. It won't be the last time but I'll get over them too. As a new door opens we close the ones behind. You mixed me up for someone who'd fall apart without you. Yeah you broke my heart for the first time. But I'll get over that too.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 89
Pseudo : PLOUF
credits : moi
open pour un sujet ? : 1/4

Tell me more
Statut:
Relations:


MessageSujet: Re: Pain is temporary [R]   Ven 10 Juin - 0:41




« Charly & Camden »





« Pain is temporary »







Cette assignation, il ne l’avait jamais demandé. On la lui avait plutôt imposée s’il voulait rester dans l’armée. Elle avait certain avantage. La stabilité et la possibilité d’avoir une vie. Plus de missions. Juste parfois des réunions horriblement ennuyantes avec certains pontes de l’armée. En bref, le pire job qu’il aurait pu avoir. Sauf que parfois, seul dans ce grand bureau qui lui était destiné, il posait les yeux sur la photo d’Angie, rêvant toujours de la famille qu’ils auraient pu construire. Assis dans son grand fauteuil, la tête renversée, il faisait doucement tourner son siège lorsque la porte de son bureau claqua d’un coup sec.

« J’vois que certains se la coule douce. »
« Va te faire voir Turner ! » lance-t-il mécaniquement comme si de rien était. Depuis son retour, elle passe son temps à lui chercher des poux dans la tête à croire que la jeune femme n’a rien d’autre à faire que ça. Pourtant il ne cesse pas son manège et attrape le petit ballon de basket en s’amusant à le lancer en l’air. Il aimerait qu’elle disparaisse du paysage parce qu’elle était de cette graine à ne jamais vous lâcher tant que vous n’avez pas crachez le morceau. C’est d’ailleurs étrange parce qu’elle lui faisait penser à certaines personnes qu’il avait connu durant son adolescence.
« C’est comme ça que je t’aime Donnelly, plein de vigueur et sur les nerfs. »
« Tu m’emmerdes vraiment là ! »
« J’vois bien que t’es débordé. C’est pas pour rien que j’en profite. »
« Qu’est ce que tu fiches ici, d’abord- »
« T’as une sale gueule, on te l’a pas dit ce matin. »
« On n’a même plus le droit de passer une mauvaise nuit ? »
« Mauvaise nuit ? ou nuit trop agité ? »
« On joue pas dans la même cour. C’est toi la briseuse de cœur de cette base ! » lui assène-t-il en envoyant le petit ballon de basket dans le panier accroché à la porte de son bureau.
Traversant le filet le ballon s’échoue sur la moquette de la pièce et machinalement le jeune femme le récupère alors qu’elle voit son ami se lever. Tournant sa tête, elle eut juste le temps de le voir grimacer, la main plaquer sur sa jambe. Se redressant, elle le fixe avant de demander. « Depuis quand t’as arrêter de te soigner ? »
« De quoi tu parles ? »
« Okay j’suis une femme mais ça fait pas de moi une idiote. »
« Te mêle pas de ça, Mack. »
« Cam’, joue pas avec ta santé. »
« J’ai une réunion. » mentit-il avant de sortir du bureau.
Avoir une Mackenzie Turner sur les talons, c’était pire qu’un de ses morpions qui ne vous lâchent jamais. Parfois ça l’amusait, du moins lorsqu’il n’était pas sa cible. Sauf que là, en l’occurrence, il l’était. Ils avaient à peine fait quelques mètres, dépassant le mess puis arrivant près des bureaux généraux lorsqu’elle se piqua devant lui, ce regard insistant sur le visage.
« Ne cherche même pas à sortir de cette conversation sans que j’ai le dernier mot !! » lui réplique-t-elle d’un ton brutal.
« J’ai d’autres chats à fouetter que de m’assommer avec des drogues ! fous moi le camp Major TURNER ! »
« Pas avant que tu m’dises c’qui te travaille réellement depuis quelques semaines, mon lieutenant-colonel ! »
« TURNEEEEEEEEER !! »
« J’crois que t’es appeler ailleurs ! » lui lance-t-il avec un rictus acide aux coin des lèvres.
« On n’a pas fini. »
« Bien sur que si. » en rajoute-t-il sans attendre, alors qu’il reconnait la silhouette de Charly et lui adresse un vague petit signe. Camden se permet alors de soupirer avant de prendre une profonde inspiration. Ses conversations avec sa meilleure amie pouvaient parfois le fatiguer réellement. Car elle lisait trop facilement en lui. Devinait à quel moment il allait mal, au point que parfois il rêvait de vouloir finir sa vie sur une île déserte. Mais dans le fond, seul sur une île déserte, il s’emmerderait vraiment.
Il continue son chemin, glissant les mains au fond de ses poches, comblant alors les derniers mètres qui le séparait de la jeune brune qu’il connait depuis des années. Un sourire sincère et chaleureux envahit ses traits alors que sans réfléchir, il la prend dans ses bras. « Alors Evans, tu songes à changer de carrière et rejoindre l’armée ? » lance-t-il avec complicité avant de se dégager de son étreinte.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t292-camden-g-donnelly#5173 http://dont-stop-believin.forumactif.com/t291-camden-g-donnelly http://dont-stop-believin.forumactif.com/t285-camden-g-donnelly
avatar
Messages : 1494
Pseudo : Lili
credits : .lollipops & tumblr
open pour un sujet ? : Yep

Tell me more
Statut:
Relations:

    BITCHYADMIN▬ Fly me to the moon

MessageSujet: Re: Pain is temporary [R]   Ven 10 Juin - 22:46

Noam était de retour. Angie était de retour et Charly savait de source sûre que Jessie était également de retour en ville. Toutes les personnes qui un jour avait quitté sa vie sans jamais se retourner, revenait dans leur petite ville. A croire qu’ils s’étaient tous passé le mot. Elle fit abstraction de Noam. Depuis son retour, leur relation avait été plus ou moins tumultueuse pour finir en hécatombe sentimentale. Ces derniers temps, elle l’évitait et elle préférait faire en sorte de ne pas y penser. S’occuper de la vie des autres lui permettait d’oublier leur rupture et tout ce qui en suivait. Le retour d’Angie lui donnait l’occasion parfaite.

Remontant l’allée du camp Lejeune, elle chercha le jeune lieutenant. Si Angie était de retour, il devait probablement déjà être au courant et après la conversation qu’elle avait eu avec la jolie brune, elle savait qu’il en était la raison principale, même si Angie avait mentionné sa famille comme excuse – après tout un mari faisait bien parti de la famille non ? Elle fronça les sourcils, en le voyant parler à une jeune femme, plutôt mignonne malgré l’horrible uniforme. Officiellement, elle était contre le retour d’Angie et si quelqu’un lui demandait, elle dirait que Camden méritait mieux que la jeune Burgham. Officieusement, elle pensait que Camden ne trouverait jamais quelqu’un mieux assorti pour lui qu’Angie. Lui faisant signe, elle lui sourit quand il s’approcha d’elle. Elle lui rendit son câlin avant de faire une grimace de dégout. Tout le monde connaissait son opinion concernant l’armée. C’était bien pire depuis le départ de Luke.
« Je ferais une très mauvaise recrue, lieutenant. Et j’ai une fille. Je ne peux pas me permettre de finir en prison pour insubordination. » répliqua-t-elle tout à fait sérieuse. Et quiconque la connaissant un tant soit peu serait d’accord avec elle. Remettant ses lunettes sur son nez, elle regarda autour d’elle. C’est sûr, cette vie n’était pas faite pour elle. « Je te dérange pas j’espère ? » demanda-t-elle poliment. Autant avec une autre personne, ça ne l’aurait en aucun cas gêné de déranger, avec Camden c’était différent. Ils étaient peut être complices, mais il restait une certaine distance entre eux.



_________________

    ── THE STORY GOES ON WITHOUT YOU ──
    And there's got to be another ending. But yeah you broke my heart. It won't be the last time but I'll get over them too. As a new door opens we close the ones behind. You mixed me up for someone who'd fall apart without you. Yeah you broke my heart for the first time. But I'll get over that too.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 89
Pseudo : PLOUF
credits : moi
open pour un sujet ? : 1/4

Tell me more
Statut:
Relations:


MessageSujet: Re: Pain is temporary [R]   Ven 10 Juin - 23:36



Les exercices de nuit commenceraient dans les semaines à venir et il était de permanence le week end qui suivait. Ce qui entre autre signifiait qu’il passerait ses nuits debout. Pas le genre qui l’enchante, surtout si on rajoute le mauvais temps qui va certainement s’abattre sur la région. Ça voulait dire, faire courir les recrues dans la boue et sous la flotte. Exercice d’orientation et de survit. Bien sur en mission, ça sauvait la vie mais là, c’était plus une poisse qu’autre chose. Il détestait littéralement faire les nuits. Paradoxalement, il se disait que la journée, il pourrait un peu récupérer et passer du temps dans la ville de son enfance.
Il n’a jamais rendu l’appartement qu’il partageait avec Angie. Tout est encore à la même place. C’est vraiment son foyer. Le seul endroit au monde où il se sent chez lui. Hope Mills était sa maison malgré les souffrances et la dureté de l’enfance qu’il y a passé. Angie avait été là, et ça avait coloré son monde. Ça le colorait toujours même s’il faisait des efforts pour le dissimuler. Il n’a jamais réellement quitté la ville, il revenait dès qu’il en avait l’occasion par besoin de se ressourcer. Revoir les personnes de son adolescence. Toutes ses personnes qui ont eu un impact sur l’homme qu’il est devenu. Un homme de confiance, fiable parfois mystérieux mais profondément bon.
Avec Mack tournant autour de lui pour lui tirer les vers du nez, il se doit de faire un effort pour ne pas l’envoyer balader. Ça ne serait pas une première entre eux. Ça arrivait au moins une fois par semaine. Si au début, on imagine vite que ça va tourner au règlement de compte, le soir même ils étaient à la même table dînant et partageant une conversation mêlant rires et complicité. C’était sa meilleure amie ici et même s’il l’adorait, il ne voulait pas qu’elle se mêle de ses problèmes. Alors qu’elle était appelée ailleurs, il distingua au loin la silhouette de la jeune Evans. Il était bien rare qu’on vienne lui rendre visite à la base. Alors bien évidemment la présence de Charly éveilla un certain intérêt en lui. Pourtant, il ne cacha pas sa joie de la voir. Elle était de ses personnes de son existence qu’il appréciait vraiment. Charly, Joyce, Noam, toute cette bande possédait une amitié soudée qu’il était rare de trouver dans des petites villes. Le genre de lien que lui, avait trouvé dans son unité. Se dégageant de leur étreinte, il sourit à sa remarque. « J’oubliais que t’as toujours été incapable de suivre un ordre. J’ose même pas imaginer ce que ça sera pour la petite Tanner dans quelques années ! » en rajoute-t-il avec ce sourire espiègle. Mais ce qui l’étonne sur le coup, c’est cette question. Car lorsqu’on apprend à connaitre la jeune Evans, on réalise bien vite qu’elle ne s’encombre pas à poser ce genre de question. « Aucun homme ici ne te dira que tu le déranges. Et j’me souviens d’une époque où tu ne t’encombrais pas de tant de politesse si j’m’abuse ! » Il avait bien une brève idée de la raison de sa visite. Enfin si ça concernait Angie évidemment. « Allez viens, je t’offre un café et tu me racontes tout. » lui tend-t-il son bras avant de l’entrainer plus loin, dépassant le mess pour son bureau. Car il fallait le dire, la bouffe de la base n’était pas ce qu’il y avait de meilleur mais lui, il avait un bureau et une cafetière. Ça faisait toute la différence !

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t292-camden-g-donnelly#5173 http://dont-stop-believin.forumactif.com/t291-camden-g-donnelly http://dont-stop-believin.forumactif.com/t285-camden-g-donnelly
avatar
Messages : 1494
Pseudo : Lili
credits : .lollipops & tumblr
open pour un sujet ? : Yep

Tell me more
Statut:
Relations:

    BITCHYADMIN▬ Fly me to the moon

MessageSujet: Re: Pain is temporary [R]   Lun 13 Juin - 20:03




Elle n’aurait jamais cru mettre les pieds dans cet endroit. Même si elle soutenait les troupes, Charly n’avait jamais été en faveur de la guerre que ce soit en Irak ou en Afghanistan. C’était une démocrate convaincue et cette guerre n’aurait jamais son soutien, encore moins depuis qu’elle avait envoyé son fiancé de l’époque à l’autre bout du continent. Et pourtant la voilà qui déambulait au milieu des militaires, à travers les rangées du camp Lejeune. Elle était bien évidemment venue avec un but précis, qu’elle repéra rapidement. Se dégageant dans leur étreinte, elle ne put s’empêcher de rire. Ils avaient toujours eu cette complicité spéciale et même si le noyau de leur amitié était Angie, une fois partie, ils avaient réussi à rester en contact. « - J’ai déjà suivi des ordres Donnelly. » répliqua-t-elle sérieusement en lui tapant doucement l’épaule avant d'ajouter « - Surtout ceux qui m’arrangeaient. » C’est vrai que Charly avait toujours eu un problème avec la discipline. Même si elle a toujours été respectueuse envers ses professeurs, il lui ait arrivé de passer de nombreuses heures en colle parce qu’elle ne respectait pas les consignes. « - Ne me portes pas la poisse. Je sens déjà que je vais payer toutes les frayeurs que j’ai pu causer à mon père quand j’étais plus jeune. » ajouta-t-elle avec un sourire résigné. Noaly avait déjà tout d'une chipie.

Habituellement, elle ne se serait pas gênée pour s'imposer et se mêler de la vie de Camden, mais aujourd'hui elle était plus réfléchie. Leur amitié était encore naissante et elle ne voulait pas la détruire par manque de politesse. Ses joues s'empourprèrent à sa remarque. Il avait vu juste.
« - Je demandais ça par politesse, même si tu m'avais dit qu'une bombe avait explosé à l'autre bout de la base, j'aurais exigé une conversation avec toi.» précisa-t-elle, ce qui ressemblait tout de suite plus à la Charly Evans que tout le monde connaissait. Le suivant vers elle ne savait où, elle ne put s'empêcher de regarder autour d'elle, pour voir si elle pouvait reconnaitre un militaire précis, mais il n'en fit rien. « - Alors c'est ici que tu te caches lieutenant ? Je suis presque sûre que Hope Mills a de plus beaux endroits pour se cacher. » ne put elle s'empêcher de faire remarquer alors qu'ils entraient dans son bureau. Elle aussi avait tendance à se cacher dans son bureau quand les choses allaient mal, mais le sien était tout de même plus chaleureux. S'installant sur une chaise face au bureau, Charly n'y tint plus et avoua la raison de sa présence. « - En même temps, avec ta femme de retour en ville, ça doit être le bon plan ici. » Elle le fixa pour mesurer sa réaction et l'impact de ses mots sur sa personne

_________________

    ── THE STORY GOES ON WITHOUT YOU ──
    And there's got to be another ending. But yeah you broke my heart. It won't be the last time but I'll get over them too. As a new door opens we close the ones behind. You mixed me up for someone who'd fall apart without you. Yeah you broke my heart for the first time. But I'll get over that too.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 89
Pseudo : PLOUF
credits : moi
open pour un sujet ? : 1/4

Tell me more
Statut:
Relations:


MessageSujet: Re: Pain is temporary [R]   Ven 17 Juin - 20:30



Certaines personnes regrettent bien vite de s’engager comme il l’a fait. Parce qu’ils ont peur de ne pas être à la hauteur, de commettre des erreurs, parce que la pression est trop intense ou encore parce que l’entrainement est trop rude. Camden n’imaginait pas que s’engager en premier lieu. Il aurait pu choisir bien des voies différentes. L’armée avec ses règles, sa hiérarchie et toutes ses contraintes pour ne pas dire ses sacrifices, c’était un choix étonnant. Mais il avait envie de voir du pays. Il avait envie de faire quelque chose de bien. Pour l’honneur de son pays. Pour les autres. Souvent on le qualifiait de héros. Surtout depuis sa dernière mission. Ce qui le dérangeait sérieusement. En général, il acquiesçait et changeait de sujet. Tout le monde n’est pas fait pour le terrain, il y a bien des métiers de l’armée dont l’on ne parle jamais et qui pourtant ont une aussi grande importance que ceux qui sont sur le front. Il a sauvé des vies, c’est un fait. Il a aidé sur des campements. Sauver des âmes innocentes, il a même aidé une femme à accoucher. Il est un homme plein de ressources et se retrouver ainsi coincer entre les murs de la base, ça le déçoit. Il a l’impression de perdre de sa valeur. Qu’il vaut mieux qu’instructeur. Qu’il mérite quelque chose de mieux que d’être mis au placard de cette façon. Il n’en parlait pas mais ça l’agaçait sérieusement.
Avoir Charly Evans dans sa base, c’était la preuve que tout pouvait arriver. Cam’ avait du mal à croire qu’elle ait passé le poste de contrôle et qu’elle venait lui rendre visite. Rien qu’au fait qu’elle soit là, ça suffisait à l’aider à retrouver son humour. Il l’adorait et au fond, elle devait probablement le savoir. Charly et sa répartie, c’était le genre de chose qui manquait dans cette base. Quoiqu’avec Turner, il n’y avait pas de quoi s’ennuyer à vrai dire. « Ce qui a valu à Noam et Josh un nombre d’heure de colle très impressionnantes pour te sortir de cette salle de colle, si j’me trompe pas. » se souvient Cam’. L’époque où toute leur bande était soudée. Où Lynn était encore en vie. Une époque où il pouvait encore croire qu’Angie l’aimait profondément et ne laisserait rien entaché leur relation. Mais peut être que toutes les relations n’étaient pas faites pour durer.
L’observant, il laissa un silence s’installer. C’était si rare qu’elle parle de son père. Certains détails étaient évidents. Elle ne mentionnait pas ceux qu’elle avait perdus. Charly était compliqué mais elle était un être humain qui semblait juste perdu dans sa propre vie. Et lui, ne savait que ça. « Moi ? Jamais voyons ! » lève-t-il les yeux au ciel. « A vrai dire, j’m’inquiéterais déjà. C’est une Evans-Tanner. » Camden voyait Charly et Noam l’élever. Cette petite allait donner du fil à retordre à ses parents mais il ne doutait en aucun cas de l’amour qu’ils portaient à cette boule d’énergie. « Elle va vous faire vivre un enfer avant même l’adolescence… » ne peut-il s’empêcher d’ajouter avec un petit sourire. « J’me demande juste quand est-ce qu’elle commencera à faire des boules puantes, qu’elle te ramènera un garçon à la maison et qu’elle te dira être chez sa meilleure amie alors qu’elle rejoindra son petit ami, que toi et Noam, vous ne pouvez pas encadrer… Ah et j’oubliais la fameuse question de comment on fait les bébés…ça aussi, ça rentre dans le lot d’un héritage génétique aussi riche que toi et Noam. » lance-t-il avec cet air mi- sérieux, fronçant par moment les sourcils avant de grimacer en songeant au jour où Noaly viendra leur annoncer qu’elle est enceinte. Rapidement, il secoue la tête, repoussant cette image. C’était sûr, ça leur donnerait tout de suite un coup sur la tête à tous les deux.

Il avait encore du mal à réaliser que Charly était réellement dans sa base. Leur relation n’était pas encore aussi bien établie qu’il pouvait en avoir une avec Joyce mais il y avait quelque chose de naturel entre eux. Une certaine sincérité qui ressortait sans vraiment savoir d’où elle venait. Camden était neutre – comme la Suisse – dans leur groupe. Il connaissait chacun sans que pour autant profiter de leurs connexions entre eux. Riant légèrement il pencha sa tête sur le côté. « Preuve formelle qu’à ma façon, je te suis indispensable. C’est noté. » Une conversation. Donc elle était bien là dans l’espoir de lui parler et ça n’avait rien d’une visite de courtoisie. Il se retient de lui en faire la remarque alors qu’ils se dirigeaient vers son bureau. Son bureau n’avait rien d’extraordinaire. Pas même une plante pour égayer la pièce dont les tons variaient du marron au gris. Typiquement masculin et militaire. La seule chose qui dénotait c’était, cette cafetière ou plutôt machine à café et cappuccino, dont il bénéficiait pour avoir détourné le protocole avec sa ruse habituelle. « J’ai besoin de me cacher ? » ironise-t-il avec un sourire sincère. « C’est vrai, à l’unique condition que je veuille me cacher. » relève-t-il les yeux vers elle en se dirigeant vers la cafetière et préparant deux tasses. Charly ne tarda pas à lui lâcher le pourquoi de sa visite. Ça avait donc, bien un rapport avec Angie. De l’autre côté de la pièce, il se retourna. Appuyé contre le meuble derrière lui, son regard s’arrêta un instant sur la photo posé en évidence sur son bureau. Il soutint alors le regard de Charly. « Ex-femme. » fit-il avec un petit rictus aux lèvres avant de se tourner vers le café qui n’avait pas terminé de couler. « J’en conclus qu’elle t’a parlé. T’es chanceuse dis donc… » Cam’ n’était pas très régulièrement à Hope Mills mais, il y passait à plusieurs reprises. Angie savait où il habitait et les lieux qu’il fréquentait. Son silence lui prouvait bien qu’elle ne voulait plus rien avoir à partager avec lui. Pas même une explication.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t292-camden-g-donnelly#5173 http://dont-stop-believin.forumactif.com/t291-camden-g-donnelly http://dont-stop-believin.forumactif.com/t285-camden-g-donnelly
avatar
Messages : 1494
Pseudo : Lili
credits : .lollipops & tumblr
open pour un sujet ? : Yep

Tell me more
Statut:
Relations:

    BITCHYADMIN▬ Fly me to the moon

MessageSujet: Re: Pain is temporary [R]   Mer 29 Juin - 19:57

Elle n’aurait jamais cru mettre les pieds au camp Lejeune. Elle avait toujours fait en sorte d’y rester le plus loin possible, notamment lors de sa relation avec Luke. Cette place me rendait mal à l’aise. Côtoyer des militaires n’était pas chose facile pour une fille qui était contre tout ce que l’armée prônait. Mais aujourd’hui, elle avait fait un effort. Sa curiosité était plus forte que tout. Elle sourit, légèrement gênée à la mention de Noam. Habituellement, ça ne la gênait pas de parler de la période lycée, mais rajouter Noam à cette équation et tout devenait plus compliqué. Le Noam du lycée lui manquait. Elle ne l’avait plus revu depuis le décès de Lynn. Elle se contenta alors d’hausser les épaules et préféra se focaliser sur sa fille plutôt que sur sa propre adolescence.

« Peut être qu’avec nos caractères de cochons, Noaly sera l’opposé. » Honnêtement, Charly en doutait fortement. Noaly avait déjà son caractère et il était sûr qu’elle allait leur en faire baver. Charly avait passé de nombreuses heures à observer sa fille et une chose est sûre, elle ressemblait beaucoup à Charly. Elle avait le même côté têtue et impatient. « Plus personne ne fait de boules puantes. C’est complètement ringard. » fit remarquer la jolie brune avant de continuer. « Aucun garçon ne trouvera grâce à nos yeux de toute façon. Tant qu’il rend ma fille heureuse, je pourrais l’accepter. Elle n’aura pas besoin de me mentir. Il suffira qu’elle me demande et je verrais à ce moment là. Ca risque par contre d’être plus compliqué les semaines où elle vivra chez Noam. On a encore le temps pour ça. Pour le moment, elle est plus dans sa phase je tente pleins de trucs pour voir ce dont je suis capable. » Sa dernière trouvaille ? Essayer de sortir de son berceau. Autant dire que Charly avait bien eu peur quand elle l’avait vu tenter de sortir du berceau.

Entrant dans son bureau, Charly ne put s’empêcher de détailler les lieux. Elle ne put s’empêcher de remarquer le cadre posé sur le bureau. Elle donnerait sa main à couper qu’il contenait une photo de la jeune Burgham. Elle ne perdit d’ailleurs pas beaucoup de temps pour mentionner son retour à Hope Mills. Elle roula des yeux quand il s’obstina à préciser ex-femme.
« Je suppose donc que tu savais déjà qu’elle était de retour. » répliqua-t-elle du tac au tac. « Merci pour l’info lieutenant. » rajouta-t-elle légèrement médisante avant de se radoucir. Cam n’était pas son ennemi. « Elle est passé chez moi ce matin. Joyce était là et l’a invité à prendre le petit déjeuner avec nous. » précisa-t-elle. Si Joyce n’avait pas été là, les choses auraient été différentes. Angie n’aurait pas eu le temps de formuler une phrase.« Tu prévois d’aller la voir ? »

_________________

    ── THE STORY GOES ON WITHOUT YOU ──
    And there's got to be another ending. But yeah you broke my heart. It won't be the last time but I'll get over them too. As a new door opens we close the ones behind. You mixed me up for someone who'd fall apart without you. Yeah you broke my heart for the first time. But I'll get over that too.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 89
Pseudo : PLOUF
credits : moi
open pour un sujet ? : 1/4

Tell me more
Statut:
Relations:


MessageSujet: Re: Pain is temporary [R]   Dim 3 Juil - 22:44



Etant de la ville, il lui aurait été difficile de ne pas connaître Evans, Tanner et les autres. Même s’il avait quelques années de plus, leur petit groupe était incontournable. Leur réputations les poursuivraient pendant encore bien des années. Camden devait toutefois admettre que voir Charly Evans dans une base militaire, c’était presque choquant. Alors qu’il lui rappelait quelques faits de leurs adolescences, la conversation se tourna sur la fille qu’elle avait eue avec Noam. Même s’il n’était pas tous les jours en ville, il savait que la complexité de leur histoire ne s’arrêterait pas à cette séparation. Ce qui était triste c’est que Noaly ne verra probablement jamais ses parents ensemble et s’aimer. Alors qu’il est d’une évidence que ces deux-là ne cessent de s’aimer malgré les obstacles et leurs caractères de cochons. « Oui et là, tu vas me dire que t’as mis au monde un ange ? Raté Evans. » Rit-il à cette idée que Noaly puisse être totalement différente de Charly et Noam. « Tu sais pas que la mode, c’est justement de reprendre un truc ringard, de l’améliorer et d’en faire quelque chose de fashion ?! Tu me déçois. Je croyais pourtant que t’étais au courant. » Même s’il ne l’avouait pas, ça lui faisait du bien de la voir. Pas de conversation difficile. Elle n’était pas là, à détailler chacun de ses gestes, lui poser dix tonnes de questions sur sa convalescence ou s’il suivait son traitement. Rien que pour ça, il bénissait sa visite. « Tu sais que j’ai pas compris pourquoi vous vous êtes séparés ? Le connaissant, je suis pas certain qu’une autre femme trouvera grâce à ses yeux. » souffle-t-il en se rappelant sa dernière conversation avec Noam et ses confessions sur son histoire avec Charly. « Noaly se prendra des bûches et ça la renforcera. Je suis sur qu’un jour ses qualités prendront le pas sur ses défauts. T’as plus qu’à espérer qu’elle ne tombe pas amoureuse du loubard du coin. Imagine qu’il te l’emmène sur sa moto avant même qu’elle ait finit le lycée… » Evidemment pour l’instant, elle n’était qu’une petite fille en quête d’aventures extraordinaire.

A peine entrés dans le bureau, Charly ne perdit pas un instant pour lui confier le but de sa présence. Angie évidemment. Il retint un soupir. Qu’est qui aurait pu pousser Charly a venir le voir ? Alors qu’il remplissait deux tasses de café qu’il avait préparé un moment plus tôt, il se retourna son regard glissant – l’espace d’une brève seconde – sur la photo sur le bureau avant de revenir vers la brune qui ne le quittait pas des yeux. « Ma concierge s’est fait un vrai plaisir de m’en parler pendant près d’une heure ! » grince-t-il en se rappelant encore qu’il avait cru ne jamais pouvoir s’en sortir. « Excuse-moi, mais ces derniers temps c’est à peine si j’arrivais à te croiser. » réplique-t-il en la dévisageant quand finalement, elle lui apprit qu’elle avait vu et parlé avec Angie. « Joyce a fait le tampon. Sympa. » Ironise-t-il avant de soupirer. « Dis-toi, qu’au moins elle te parle. Depuis notre divorce, j’ai aucune nouvelle. » Avoue Camden en lui tendant une tasse de café. Comptait-il aller la voir ? Elle était sérieuse ? « J’espère que tu plaisante, vraiment. » rive-t-il son regard au sien. « Après ce qu’elle a fait, je crois qu’il faudra plus qu’une discussion et un peu de pommade pour faire passer cette rancœur que j’éprouve pour elle. » Même s’il l’aimait toujours. Et c’était bien ça son problème. Il l’aimait mais ne ferait absolument rien pour renouer avec elle. Elle avait brisé son cœur en milliers de morceaux, en prenant la fuite. Chose qu’il ne parvenait toujours pas à comprendre. « T’aurais dû la mettre à la porte ce matin… » marmonne-t-t-il amer avant de boire une gorgée amer de ce café, repoussant alors tous ses sentiments confus qui l’envahissait.





Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t292-camden-g-donnelly#5173 http://dont-stop-believin.forumactif.com/t291-camden-g-donnelly http://dont-stop-believin.forumactif.com/t285-camden-g-donnelly
avatar
Messages : 1494
Pseudo : Lili
credits : .lollipops & tumblr
open pour un sujet ? : Yep

Tell me more
Statut:
Relations:

    BITCHYADMIN▬ Fly me to the moon

MessageSujet: Re: Pain is temporary [R]   Dim 7 Aoû - 22:56

Charly était venu au camp Lejeune avec un but précis. Après une conversation polie et badine sur la fille de la jeune Evans, la jolie brune entra dans le vif du sujet. Il n’y avait qu’une seule raison pour qu’elle se retrouve ici et cette raison avait un nom : Angie Burgham, anciennement Donnelly. « Bien sur qu’elle t’en as parlé. » répliqua la jolie brune avec un ton entendu, un sourire aux lèvres. Charly avait pour ambition de devenir comme la concierge de la résidence de Camden quand elle serait plus vieille, le travail de concierge en moins. Cette femme était toujours au courant de tous les moindres potins et s’il y avait bien une chose que Charly avait toujours aimé et aimerait probablement toujours, c’était bien les potins. Sauf quand il la concernait elle-même, évidemment. Elle haussa les épaules. « J’ai été un peu occupé, mais si t’avais voulu me trouver, t’aurais pu. Tu sais y a un bar dans la ville ? A ce qu’il parait, ils font le meilleur café et si t’es gentil avec la patronne, elle pourrait t’offrir à manger. » rajouta Charly avec un air malicieux, tentant de cacher qu’il y avait bien une raison s’il ne l’avait pas vu. Elle se cachait. De tout, mais surtout de sa propre vie. Elle finit par avouer qu’elle avait vu Angie et il devint suspicieux très vite. C’est vrai que Charly était rancunière. Mais elle savait être gentille quand il le fallait. Bon d’accord, il avait raison. Si Joyce n’avait pas été là, les choses auraient été différentes. « Je suis sûre que son père a du la forcer à venir me voir. Elle aurait continué de se terrer sinon. Tu sais comme elle est, elle aime pas spécialement les confrontations. » Personne n’était véritablement fan des confrontations, Charly en savait quelque chose. Elle pouvait comprendre qu’Angie n’ait pas envie d’affronter Camden. Elle non plus n’avait pas envie d’affronter Noam et pourtant elle n’avait pas demandé le divorce avant de quitter le pays. Attrapant la tasse de café, elle posa ses lèvres dans le doux liquide noir. Elle s’attendait à cette réaction. Elle n’était pas la mieux placé pour donner des conseils. Et pourtant, elle ne pouvait pas s’empêcher de s’immiscer dans leur relation. Elle savait qu’ils étaient faits pour être ensemble. Les choses ne pouvaient pas se passer différemment. « Peut être, mais une rencontre c’est déjà un bon début. C’est mieux que rien du moins. » Elle le fixa quelques secondes. A sa réaction, elle en fut encore plus persuadée. Il était fou amoureux de sa femme, ex-femme. « L’ancienne moi l’aurait fait, mais je tente d’éduquer certaines valeurs à ma fille et laisser les autres s’expliquer est une bonne valeur. » Elle se leva avant d’aller s’installer à côté de Camden. « Ecoutes, je sais pas ce qui l’a poussé à demander le divorce. Je comprends pas et pour toi ça doit être pire, mais je suis sûre d’une chose. Elle a jamais cessé d’aimer. Et elle est de retour. Ca vaut peut être le cou de ravaler sa fierté. »

_________________

    ── THE STORY GOES ON WITHOUT YOU ──
    And there's got to be another ending. But yeah you broke my heart. It won't be the last time but I'll get over them too. As a new door opens we close the ones behind. You mixed me up for someone who'd fall apart without you. Yeah you broke my heart for the first time. But I'll get over that too.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 89
Pseudo : PLOUF
credits : moi
open pour un sujet ? : 1/4

Tell me more
Statut:
Relations:


MessageSujet: Re: Pain is temporary [R]   Lun 8 Aoû - 21:21

Il accusait encore le coup de la voir dans son bureau. Il était rare que des civils lui rendent visite. Après tout, il habitait en ville donc, de nombreuses opportunités de voir ses amis. Ici, c’était son refuge, sa maison, il s’y sentait en sécurité. Paradoxalement Hope Mills l’était également mais à une autre échelle. Et ces derniers temps, se retrouver en ville, c’était augmenter exponentiellement les probabilités de tomber sur Angie. Il l’évitait et ne le cachait pas. D’ailleurs, il ne comptait pas faire le premier pas. C’était elle qui avait brisé leur couple. Qu’avait-il à attendre d’elle désormais ? Camden ne l’avait pas encore vu, ni même parlé mais il savait qu’elle était rentrée. Pour le pire, parce que le meilleur ne serait jamais à leur portée. Malgré les faits, il n’est pas guéri. Chose qui l’agace profondément parce que le temps aurait dû cicatriser cette blessure. Et par-dessus tout, l’évocation d’Angie ne devrait pas le troubler à ce point. Au sourire espiègle de Charly, il se doute que sa concierge a du faire passer le mot à toute la ville. Dieu que c’était agaçant parfois d’habiter dans une ville où tout le monde sait tout de votre petite vie. Il était même certain que sa concierge se souvenait exactement des fleurs qu’Angie avait choisies pour leur mariage ! Charly ne tarde pas le bousculer en lui faisant bien comprendre qu’il aurait pu la prévenir. Sauf que mettre la main sur une Charly Evans qui se terre, c’est pas si simple. Il avait pourtant demandé à Noam mais ce dernier c’était énervé tout seul, sans même lui répondre au final. L’écoutant, il hausse un sourcil. « J’avais laissé un message à ton barman… » hausse-t-il les épaules. « ça a plus vraiment d’importance maintenant. Mais si tu veux m’offrir un déjeuner, tu sais que je ne te refuserais jamais… même si c’est pour m’empoisonner. » ironise-t-il en réponse à cette malice sur son visage. Ils n’étaient pas réellement proches mais ils avaient Angie en commun. C’était beaucoup. Et en même temps, Cam’ ne voulait pas en entendre parler en ce moment. Tout comme lui, Charly ne passerait pas facilement l’éponge. Lui parce qu’elle avait brisé la plus belle chose qu’il pouvait exister entre eux. Et Charly… Camden se doutait que le silence d’Angie et son absence ses dernières années, alors qu’elle aurait eu besoin d’elle, avait joué un rôle déterminant dans la rancune qu’elle alimentait envers son ex-femme. « Pourquoi elle aurait cédé à son père ? Enfin, je sais qu’elle tient à lui. Elle était peut-être en panne de sucre… » lance-t-il vaguement alors qu’elle poursuivait en lui rappelant combien Angie avait horreur des confrontations. « Elle savait très bien ce qui l’attendait en revenant. Et elle sait que c’est pas en claquant des doigts que ses problèmes s’arrangeront. Pour ma part, c’est pas mon problème. » réplique Camden avec cette pointe de colère dans la voix. Voilà à quoi il s’exposait à parler d’Angie. Se dévoiler et montrer ses faiblesses. C’était pourquoi, il avait fini par donner la priorité à l’armée. Elle ne la décevait pas. Elle était encore là pour lui. Angie avait prit sa décision avant même qu’il ait pu faire quoi que ce soit. Elle avait choisi la facilité et c’était entre autre ce qui lui reprochait parce que ça n’était pas là-dessus que leur couple s’était construit. Mais sur une confiance et un amour mutuel. Un amour qui finira surement un jour par le tuer. « Ne me dis pas que t’es là pour me dire d’aller la voir ! » l’avertit-il en la fixant dans les yeux. Elle pouvait rêver. Jamais Cam’ ne le ferait. Angie était l’unique responsable de leur situation. D’ailleurs à la façon dont ils s’étaient quittés, il était évident qu’elle ne voulait plus rien de lui. Levant sa tasse à ses lèvres, il but une gorgée de café, espérant éviter le regard perçant de Charly. « Noaly est un bébé ! Elle est trop jeune pour comprendre. » grogne-t-il en se pinçant les lèvres. Il vit Charly se lever et venir s’installer près de lui. Un rire cynique traverse sa gorge. Si seulement elle savait. Il avait sa propre idée sur la question. Tournant la tête, il croise son regard. « Tu m’crois trop fier pour oser lui demander des explications ? T’as tout faux. » Secouant la tête, il fixe un instant un point sur le mur. « Elle n’avait qu’un mot à me dire, pour que la situation s’arrange… mais elle a préféré me fuir et m’expédier les papiers du divorce. Elle a jamais eu confiance en notre couple. »


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t292-camden-g-donnelly#5173 http://dont-stop-believin.forumactif.com/t291-camden-g-donnelly http://dont-stop-believin.forumactif.com/t285-camden-g-donnelly
avatar
Messages : 1494
Pseudo : Lili
credits : .lollipops & tumblr
open pour un sujet ? : Yep

Tell me more
Statut:
Relations:

    BITCHYADMIN▬ Fly me to the moon

MessageSujet: Re: Pain is temporary [R]   Jeu 11 Aoû - 16:52

Revoir Angie avait été une véritable surprise. Bien sur, Charly savait qu'elle était de retour en ville. C'est pas dans une petite ville comme Hope Mills qu'on pouvait cacher ce genre de secret. D'ailleurs, Charly était persuadée qu'Angie le savait et qu'elle n'avait pas réellement envie de se cacher. Elle a juste peur d'affronter les personnes qu'elle a blessé. Si la jeune Evans ne faisait pas partie de ces personnes, elle l'aurait probablement aider à affronter son époux. Malheureusement pour Angie, Charly était rancunière. « Mr Burgham n'est jamais en panne de rien. Tu l'as jamais vu rentrer ses courses. A chaque fois, on croirait qu'il se prépare à une guerre nucléaire. » fit remarquer Charly. Elle était persuadée que son père l'avait forcé à voir Charly, parce que si ça avait été le sien de père, il aurait fait exactement la même chose. Les deux hommes n'avaient pas été amis toute leur vie pour rien. Un rire s'échappa des lèvres de la jolie brune. Plus mauvaise fois que Camden on pouvait pas faire. « Bien sur, c'est pas ton problème. C'est pourquoi tu te terres ici au lieu de profiter du beau temps pour aller à la plage par exemple. Angie sera toujours ton problème. Encore plus, si vous vous affrontez pas. » Elle savait de quoi elle parlait. Et même si elle avait tendance à fuire ses problèmes, elle savait qu'Angie et Camden avaient besoin de parler. Ils étaient malheureux chacun de leur côté et Charly était certaine qu'ils seraient plus heureux ensemble, comme ils l'avaient toujours été. Elle lui sourit maladroitement prise sur le fait. « Si » murmura-t-elle. A quoi s'était il attendu ? Charly détestait la base militaire. Elle ne venait pas ici pour une visite de courtoisie. Si ça avait été le cas, elle serait passer à son appartement et en aurait profité pour parler à son adorable concierge. « Bien sur que je suis là pour ça. Et tu sais très bien que je me permettrais pas d’interférer dans vos histoires si je pensais pas que c'était pour le mieux. » rajouta-t-elle le plus sérieusement du monde, même si c'était un peu faux. Charly adorait se mêler des affaires des autres et elle l'aurait fait de toute façon. « Je lui ai parlé et elle est toujours vivante. Tu peux survivre à une conversation avec ta femme, Donnelly. » Elle adorait Camden, et même si elle refusait de l'avouer, elle adorait Angie. Elles voulaient seulement les voir heureux et pas détruits. Elle avait vu l'état de Camden après la demande de divorce et elle avait vu le regard d'Angie ce matin quand Charly avait mentionné une nouvelle petite amie pour le jeune homme. Ils étaient fou amoureux et rien ne changerait ça. « Je sais pas ce qui c'est passé. Je sais pas pourquoi elle a demandé le divorce. Mais je sais que c'était pas un problème de confiance. Je connais Angie par coeur et si y a bien une personne pour qui elle sacrifierait sa vie sans problème, c'est toi.»

_________________

    ── THE STORY GOES ON WITHOUT YOU ──
    And there's got to be another ending. But yeah you broke my heart. It won't be the last time but I'll get over them too. As a new door opens we close the ones behind. You mixed me up for someone who'd fall apart without you. Yeah you broke my heart for the first time. But I'll get over that too.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 89
Pseudo : PLOUF
credits : moi
open pour un sujet ? : 1/4

Tell me more
Statut:
Relations:


MessageSujet: Re: Pain is temporary [R]   Jeu 11 Aoû - 21:09



Autant il accueillait sa visite avec un réel plaisir, autant il détestait la tournure que prenait leur conversation. Après avoir tourné autour du pot, l’espace de quelques minutes, il est évident que Charly n’a fait le déplacement jusqu’à la base que pour une seule et unique raison : Angie. Bien sûr qu’il savait qu’elle était rentrée. Sa concierge avait dû le raconter à toute la ville et pourtant, Angie n’avait pas cherché à le revoir. Pour lui c’était suffisamment évocateur. Il ne restait désormais plus rien de leur mariage. Il n’était plus qu’un souvenir lointain, de leur fin d’adolescence. A la remarque de Charly, un lent sourire en coin se dessine sur son visage.
« Tu sais qu’il garde toujours des pots de glace Vanille-Cookie pour elle ? Tu prendrais peur en voyant le nombre de pot... figure-toi ! » Charly avait peut-être raison, papa Burgham avait certainement poussé Angie à retrouver ses amis. Mais lui ? Non. Enfin Camden n’en sait trop rien. Depuis le divorce, il ne sait pas l’attitude qu’il doit tenir vis-à-vis d’Angie. Etre en colère ? La fuir ? Feindre l’indifférence ? Mais Charly en rajoute une couche. Serrant les mâchoires, il la fusille du regard. Elle ne peut pas lui dire ça, alors qu’elle-même est dans une situation tout aussi complexe avec Noam. « J’ai un boulot, j’te rappelle ! J’ai certaines obligations, Charly. Va pas croire que j’l’évite à tout prix. » Réplique-t-il froidement. « Tu peux me mettre sur la sellette, mais dis-moi, où est-ce que tu passes tes journées puisque t’es jamais au Bones et encore moins chez toi ? Et puis, tu crois pas que t’as aussi des choses à éclaircir avec Noam ?! » Elle l’agaçait. Il ne fuyait pas réellement Angie. Son job, lui prenait beaucoup de temps et il y avait d’autres facteurs dont il ne tenait pas à lui parler. Comme sa santé. Il ne voulait pas qu’on l’accable ou qu’il n’était qu’humain après tout.
A son sourire, il secoua la tête. Elle avait tort de faire ça. Camden ne se faisait pas d’illusion. Il s’était fait une raison à leur divorce. Angie n’avait pas eu suffisamment confiance en leur couple, et en lui. Sinon, jamais elle n’aurait réagi de la sorte. Elle l’avait fuie. C’est elle qui est parti, l’abandonnant une vieille paire de basket pourries. « Les miracles n’existent pas Charly. Reste en dehors, je crois que c’est plus prudent. » Mais Charly foncerait tête baisser pour les rabibocher, il en était certain. Tout le monde dans cette ville n’avait plus que le nom d’Angie à la bouche depuis qu’elle était rentrée. Et à chaque retour en ville, on l’épiait scrupuleusement pour savoir s’il avait revu la jeune femme. « Elle sait très bien où me trouver, si elle veut me parler. J’ai pas envie de me prendre la seconde plus grande claque de ma vie. Une fois, ça m’a suffi. » Quand elle l’appelait par son nom, c’était généralement sérieux mais Camden n’avait pas peur de Charly. Il avait vu pire. Tellement pire que les menaces de la propriétaire du Bones, c’était pas ce qui ferait naitre une crainte. « Vu sa tendance à la maladresse, c’est à se demander comment elle a réussi à s’en sortir vivante. » marmonne-t-il alors que la brune le rejoint. Il sait qu’elle veut bien faire. Mais Cam’ sait pourquoi Angie a pris la tangente. Il lui a fallu certes, un moment de réflexion pour comprendre mais il savait. Et visiblement son ex, n’avait absolument rien mentionné à Charly. Un rire sarcastique traversa ses lèvres lorsqu’elle lui assura qu’Angie se sacrifierait pour lui. « Non. »
Sa réponse fuse naturellement, instinctivement puis, il cherche ses mots pour lui expliquer les évènements précédent le divorce. « J’vais te le dire c’qui s’est passé dans sa tête. Elle a prit la fuite quand j’ai suggéré qu’on fonde une famille. Un soir elle était là, le lendemain matin, elle avait prit le premier avion à l’autre bout du monde ! Alors ne me dis pas qu’elle se sacrifierait pour moi ! Ne me sors pas cette connerie ! » pose-t-il sa tasse café sur le bureau qui se renverse légèrement. « Il n’y a plus rien à sauver entre elle et moi, Charly. Joue pas les Cupidons. » Même si Camden souffrait de ne pas avoir Angie près de lui. Il ne dirait rien. Ça n’était pas une question d’orgueil. Il refusait simplement qu’on se penche sur la probabilité qu’il puisse y avoir un avenir entre. Quand bien même, il y en aurait un, c’était à Angie et seulement à elle de faire le premier pas. Il ne doutait pas une seconde qu’elle avait oublié où était leur appartement.



Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t292-camden-g-donnelly#5173 http://dont-stop-believin.forumactif.com/t291-camden-g-donnelly http://dont-stop-believin.forumactif.com/t285-camden-g-donnelly
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Pain is temporary [R]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Pain is temporary [R]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hope Mills :: ▬ Around the city and around the time ▬ :: Lieux Divers ::  Camp Lejeune-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com | Forums RPG | Urbain, pays