AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 « The Words I Couldn't Say »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité

Invité

MessageSujet: « The Words I Couldn't Say »   Mar 3 Mai - 19:42


What do I do now that you're gone?
No back up plan, no second chance and no one else to blame,
All I can hear in the silence that remains are the words I couldn't say.

(c) dodixe, lau.
    Joyce était assise en retrait. Agée de dix-sept ans, peut-être dix-huit, elle observait de loin, celui qui faisait battre son cœur depuis presque trois ans. Casey. Casey Ainsworth. Ils avaient onze ans la première fois qu’ils s’étaient rencontrés, et ses sentiments depuis avaient évolué. En quelque chose de fort, qui semblait lui coller à la peau. La fête battait son plein ; musique assourdissante, alcool, rire, danse, mais aussi des couples un peu partout… Charly et Noam s’étaient éclipsés un peu plus tôt, non sans que ce dernier n’adresse à Joy un clin d’œil qui lui avait tiré un sourire. Ces deux-là étaient faits l’un pour l’autre, c’était plus que clair aux yeux de la blondinette. Caz’ et elle avaient passé la soirée tous les deux, comme à leur habitude, à babiller, rire, se chercher… La situation lui convenait à merveille. Quand bien même elle ne lui aurait pas plu, jamais elle n’aurait osé faire quoique ce soit pour y remédier. Elle était bien plus douée pour régler les problèmes des autres, les conseiller, que pour s’occuper d’elle-même et assumer ses sentiments.

    « I’ll be right back, I just really need to go get a piece of this brownie I see over there before Aïdan eat it all. » S’était excusé le jeune homme.
    « OK, but I’ll only let you go if you get me a drink. »
    « Alright, then. » Il lui avait souri, d’un de ses sourires irrésistibles qui la faisaient fondre, et s’était éloigné, se frayant un chemin à travers le salon/piste de danse jusqu’au buffet sur lequel s’entassaient les verres en plastiques multicolores, les bouteilles à moitié vides, les chips et les gâteaux.

    Tout comme elle adorait son parfum, la couleur de ses yeux, et la sensation qui déferlait en elle à chacun de leurs contacts, Joyce Finningan adorait toutes les petites choses qui faisaient de Casey celui qu’il était. Son incorrigible gourmandise, la façon dont il jouait sans cesse avec la bague accrochée autour de son coup, sa manie de se balader sous la pluie malgré le risque d’attraper un rhume, ou encore la façon dont il se pétrifiait à la vue d’une araignée… Tout en lui la faisait tomber encore plus amoureuse qu’elle ne l’était déjà, et c’était loin, très loin d’être sain…

    Perdue dans ses pensées, elle n’entendit pas que quelqu’un se glissait près d’elle, sur la chaise de Casey.


    « Stop-it. It’s indecent to leer at him like that. » Se moqua Lynn en passant un bras autour de ses épaules.

    Joyce rougit immédiatement. Elle n’avait pas eu besoin de dire quoique ce soit pour que sa meilleure amie comprenne ce qui se passait dans sa tête. Lynn avait un don pour ce qui était d’analyser les relations entre les gens, et sur ce coup, Joy s’en serait bien passée… Elle et Charly n’avait de cesse de la pousser à agir.


    « I don’t… » Tenta-t-elle de nier.
    « Oh, come on, you can’t fool me. Caz’ may be too blind to realize that your whole body is screaming “KISS ME”, but I’m not. Are you finally going to do something about it, or what? »

    Joyce reporta son attention sur l’adolescent, qui avait été rejoint par Jake, l’hôte du soir. Ils riaient, et le regard azur de Casey dériva pour finalement croiser celui de Joyce. Elle détourna les yeux en vitesse, pour se concentré sur Lynn. Elle la connaissait tellement bien que ça en devenait gênant. La jeune fille finit par pousser un long soupir.

    « I can’t. You know I can’t. And why would I have to make the first move, by the way? »
    Ce fut au tour de Lynn de soupirer. « You are hopeless. Both of you. » Conclut-elle en se levant.

    « Wait, what does that mean? What are you saying? Lynn! LYNN! Come back! I need you! »

    Mais Lynn avait disparu. Casey avait disparu. La fête n’existait pas. Ou plutôt, plus. Joyce se redressa dans son lit, le cœur battant, tout en sueur. Un rêve. Un cauchemar.
    Un souvenir.

    Passant une main sur son visage pour en retirer une mèche de cheveux rebelle, elle attendit que son rythme cardiaque redevienne normal tout en priant pour qu’elle n’ait pas crié et réveillé Blake. Celui-ci avait un sommeil plus que léger. Elle jeta un coup d’œil à son réveil. 5h48.

    Poussant un juron, elle comprit qu’il était inutile d’essayer de se rendormir, son réveil sonnerait à 6h de toute façon. Aujourd’hui, elle le savait, les étudiants de droit avaient les résultats de leurs examens. Casey. D’où son rêve ; Joyce avait angoissé à propos de ça toute la semaine. Que se passerait-il une fois que le jeune homme saurait si oui ou non il était diplômé (chose dont elle ne doutait pas une seconde) ? Allait-il réintégrer le groupe, comme si de rien n’était ? Réussiraient-ils à retrouver la relation si particulière qu’ils avaient auparavant ?

    Elle s’assit sur le bord de son lit un instant avant de prendre une décision. Elle allait voir Lynn. Charly avait bien assez de problèmes pour le moment, il en allait de même pour Noam et tous ses autres amis proches. Elle n’allait pas les ennuyer avec un rêve stupide. Et même si elle ne recevait pas de réponse, ça lui faisait de bien de parler avec sa meilleure amie de temps en temps. Elle lui manquait terriblement…

    Elle se glissa dans la douche, enfila un jeans, un large tee-shirt noir bien trop grand pour sa taille menue qui lui tombait d’une épaule, et des talons de la même couleur, attrapa son sac et sa veste avant de quitter l’appartement. Elle prendrait son café une fois à l’école. Le cimetière se trouvait à la périphérie de la petite ville de Caroline, mais il lui fallut moins de dix minutes pour y arriver. Le parking était désert en cette heure matinale, et cela ne l’étonna pas plus que ça.
    L’air frais du matin la fit frissonner, et elle avisa un arbre que la tempête de la semaine précédente avait déraciné alors qu’elle se glissait entre les plaques commémoratives, telle une ombre.

    Elle s’accroupit finalement devant la sépulture de sa défunte amie. Sa défunte sœur.
    « Lynn Trump-Tanner. Fille, soeur, femme et amie regrettée. »

    Joyce caressa la plaque de marbre du bout des doigts.

    « Hey, blondie… » Etant les deux seules blondes du groupe, le surnom s’était rapidement imposé aux deux jeunes femmes…
    « I miss you. » Chuchota-t-elle. « We all do... »


Dernière édition par Joyce Finnigan le Mar 24 Mai - 1:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 255
Pseudo : Chris
credits : kiki
open pour un sujet ? : Oui

Tell me more
Statut:
Relations:


MessageSujet: Re: « The Words I Couldn't Say »   Ven 6 Mai - 0:24

Pour chaque jour de plus que Dieu accordait à Lynn, Casey passait la voir. Il passait autant que possible lui offrir un peu de compagnie. Casey a toujours été un grand sensible. Ceci accompagné de sa timidité lui compliquait foncièrement la tache mais il avait bien fallut faire avec. Voir Lynn dans cet état lui faisait mal au coeur et il ne comptait pas le nombre de fois ou il avait quitté la chambre de son amie afin de ne pas lui montrer qu’il ne pouvait plus retenir ses larmes. La savoir souffrante et bientôt plus de ce monde lui arrachait le coeur. Elle avec qui tout avait commencé ici, elle qui avait été une amie si proche, elle qui avait été le lien entre tout ses amis d’aujourd’hui … Qu’en restait il ?

C’était le jour J. Le téléphone de Casey sonna l’alarme matinale sur la table de son salon. Il l’éteignit après quelques instants songeant à ses voisins qu’il n’avait pas envie de déranger. Il n’était pas la peine de faire un effort pour se sortir du lit. Cela faisait plus d’une heure qu’il était réveillé. Il savait qu’il ne se rendormirait pas alors il s’était levé résigné. Cela faisait une semaine que cela durait alors il ne fallait pas être devin pour savoir comment cela allait se passer. Il se fit couler un café, sa machine émettant son vrombissement caractéristique pendant qu’il allumait son ordinateur. S’en suivit son sacro-saint “tour du web”, blogs ludique et sites d’informations. Ceci fait il gagna sa salle de bain pour prendre une douche sous laquelle il resta plus que de raison. S’il y avait une chose avec laquelle il n’arrivait pas à faire attention c’était bien l’eau. Il avait facilement prit le plie sur le tri des déchets, les économies d’énergie électrique mais l’eau … Rien n’y faisait.

Il savait que les résultats seraient donnés à partir de 9h via le site de l’université et directement sur place. Contrairement à son habitude il avait prit le parti d’aller voir sur place car cela l’occuperait un peu, plutôt que d’attendre chez lui que les résultats veuillent bien être diffusé. Il avait besoin de s’occuper l’esprit, de ce sortir de la tête ces résultats qui le hantait. Il allait devoir ajouter stressé au panel de ses défauts. Au moins il était réaliste sur ces travers. S’il n’avait pas été si tôt il serait aller à la salle de sport qu’il fréquente mais il n’y trouverait personne et s’il pratiquait seul cela n’occuperait pas son esprit.

Il déambula dans les rues encore calme de la ville ne prenant pas la direction de la faculté tout de suite. Il avait plus d’une heure à occuper aussi décida t il d’aller prendre un café dans un bar après être passé au kiosque de journaux local pour prendre quelques revues. Il s’installa en terrasse malgré la fraîcheur matinale et sirota son café en lisant les magasines mais il ne pouvait que les survoler, ses pensées vagabondant d’une image à un texte entrecoupé par une pensée pour son diplôme. Malgré tout ses efforts le temps n’avançait pas. Il avait beau faire il se torturait tout seul. Ses pensées prirent la direction de Lynn. C'est à elle qu'il devait tout cela. Il regarda sa montre. Il avait encore le temps. Il se leva et paya l'addition.

Casey prit la direction du cimetière. Il avait tant travaillé, tant fait de sacrifice. Cela faisait deux ans qu’il ne voyait presque plus ses amis. Même Joyce … Dans un sens il regrettait mais il avait promis à Lynn et il ne pouvait pas ne pas tenir cette promesse. Approchant de la tombe de Lynn il se rendit compte qu’il n’était pas le seul visiteur matinale. Il y avait quelqu’un. Une jeune femme, blonde. Joyce. Il la regarda sans un mot. Il avait l’impression de ne pas l’avoir vu depuis si longtemps … Ce n’était peut être pas une impression. Son regard glissa sur la sépulture avant de revenir à la jeune femme. Il choisit de rester en retrait pour la laisser se recueillir en paix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t325-casey-ainsworth
Invité

Invité

MessageSujet: Re: « The Words I Couldn't Say »   Mer 7 Sep - 16:30

HS : J'ai fait ça comme si c'était avant le départ de Joyce pour son séminaire de trois mois et avant la tempête. Si tu préfères, on commence un autre sujet d'après tout ça, mais vu qu'on avait commencé avant... Voilà. I love you

    La brise matinale était fraîche, mais déjà le soleil se levait, réchauffant de sa caresse le dos de la blondinette assise à même le sol. Une main posée sur le marbre de la sépulture, elle chuchotait des mots qu’elle seule pouvait entendre, toute à sa défunte amie qui reposait à présent sous terre.

    Il lui était encore dur de se faire à l’idée que plus jamais elle n’aurait de vraies conversations avec Lynn, et chaque fois qu’elle tombait sur une vidéo ou une photo d’elle, Joyce avait du mal à contenir ses larmes. Ce n’était pas forcément des larmes de tristesse, souvent il s’agissait de mélancolie, de nostalgie. Des pleurs pour exprimer le manque, le vide qu’elle ressentait depuis la mort de sa meilleure amie.

    La jeune femme ramena sa chevelure dorée sur son épaule dénudée et se mit à jouer avec l’une de ses mèches, inconsciente de la présence de Casey, à quelques mètres derrière elle.

    « C’est le grand jour aujourd’hui, tu sais. L’aboutissement d’autant de travail, pour lui. Je suis contente, mais en même temps super nerveuse… Ça va changer beaucoup de choses… Et tu sais que je n’aime pas le changement, ça me perturbe… »

    Elle se tut un instant. Peur ? Oui, elle était terrifiée de ce qui l’attendait. Elle ne savait pas si elle serait capable de reconstruire avec Caz’ la relation qu’ils entretenaient auparavant. Elle ne savait plus si elle en avait envie. Peut-être bien qu’elle devrait lui avouer ses sentiments, après tout. Lui poser un ultimatum… Mais c’était bien trop égoïste, Joyce ne se pardonnerait jamais de détruire l’amitié qui liait Casey au groupe.

    Ce qu’elle redoutait plus que tout au monde, c’était aussi qu’il revienne vers eux, son diplôme dans une main et sa nouvelle copine dans l’autre. Il lui serait tellement facile de trouver parmi ses jolies camarades de classe une fille avec qui partager sa vie. Il était loin d’être moche, au contraire, et elle savait qu’il cartonnait en cours. De quoi faire de lui une célébrité à la fac de droit. Jamais elle ne l’avouerait, mais elle était verte de jalousie dès qu’elle voyait des photos de lui sur Facebook ou sur Hope’n’Tweet.

    « Oh, je ne t’ai pas dit, Blondie... Je m’en vais. Cet été, je pars trois mois. En Californie. Tu m’imagines, moi ? Je vais être loin de tout et de tout le monde, mais je pense que ça va me faire du bien… J’en ai besoin. Mais vous allez me manquer, j’en suis sûre. Je penserai à toi… »

    Ce n’est que là que la sensation désagréable d’être observée se fit sentir. Elle releva la tête un instant, scrutant les alentours, avant de se tourner. Une silhouette d’homme se tenait non loin de là, plantée de façon hésitante, déstabilisé… Une silhouette qu’elle aurait reconnue entre mille. Casey.
    Immédiatement, son cœur s’accéléra. Elle ne l’avait pas vu depuis plus de deux semaines, et ils n’avaient pas eu de véritable conversation depuis au moins un mois… Il lui sembla toujours aussi beau, si ce n’est plus, avec ses cheveux en désordre et son air tranquille.

    Elle se releva lentement, épousseta son jeans, gênée. Avait-il entendu ce qu’elle venait de confier à Lynn ?

    « Casey… » Souffla-t-elle. « Humm… Salut. »

    Prise de court, la jeune institutrice ne savait pas vraiment quoi dire. Il fut un temps où parler avec lui était pour Joyce aussi naturel que respirer ou boire de l’eau. Ils pouvaient se téléphoner à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit et passer plusieurs heures au téléphone à blablater sur tout et sur rien. C’était un temps bel et bien révolu ; ils avaient tous les deux changé, grandi. Tout comme Charly et Noam. La seule chose qu’elle ne voulait pas, c’était qu’ils soient devenus trop différent pour s’entendre. Ça, elle le refusait d’avance.
    Croisant les bras contre son corps afin de se réchauffer, elle lui offrit un sourire timide. Niveau retrouvaille, ils auraient certainement pu faire mieux…

    « Qu’est-ce que… Qu’est-ce que tu fais là si tôt ? » Demanda-t-elle, regrettant aussitôt ce qu’elle venait de dire.

    Elle pouvait se montrer tellement stupide, par moment ! La présence de Casey la mettait mal à l’aise, et elle ne contrôlait pas du tout la situation, chose qu’elle haïssait plus que tout.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: « The Words I Couldn't Say »   

Revenir en haut Aller en bas
 

« The Words I Couldn't Say »

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hope Mills :: ▬ Hope Mills ▬ :: Holy Cross Cemetery-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit