AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 « Look at you… You’re just… like a mom. » ♥ SUNNY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Age du personnage : 25 ans
Messages : 2123
Profession/Etudes : Mécanicien
Pseudo : sydney
credits : sydney
open pour un sujet ? : Yep

Tell me more
Statut: Craque pour quelqu'un
Relations:

ADMIN Aimer quelqu'un, c'est aussi aimer le bonheur de quelqu'un

MessageSujet: « Look at you… You’re just… like a mom. » ♥ SUNNY   Jeu 7 Avr - 18:41


Sunny & Noam



Le temps ne semblait pas encore prêt à s’améliorer, depuis ses dernières semaines. Depuis ma rencontre fortuite avec Charly. Tout me semblait bizarre entre nous. Enfin, pas qu’un jour tout ait été claire et simple. Devant le Bones, je marque une hésitation avant d’y entrer. C’était mauvais pour moi de m’y trouver. Il y avait tout l’aspect du bar, de l’alcool à proximité. C’était me mettre dans une position délicate et jauger ma résistance. Des choses que je me devais de maitriser à la perfection. Reese avait beau me dire que j’étais humain et qu’on avait tous le droit à faire des erreurs. Aujourd’hui, je ne pouvais pas me le permettre. Pas avec une petite fille et encore moins avec Charly. J’aimerais que ça marche et qu’elle réalise qu’il peut encore arriver de bonnes choses pour nous. Entre nous. Si avant ça, on passait notre temps à s’éviter ou à parler de choses inutiles, il va sans dire que depuis, c’est devenu pire. Ses silences me rendent les choses compliqués. Si elle se décidait à me parler. A me hurler dessus, ça serait cent mille fois plus facile à gérer. Peut-être étais-je juste idiot. Ou pas assez bien pour elle. Je ne la méritais surement pas. Charly a toujours représenté cette fille passionnée, indépendante, sarcastique et butée mais ces points-là n’était pas les principaux qui m’avait fait tomber amoureux d’elle. Lynn avait peut-être tout orchestré mais aimer Charly c’était naturel pour moi. On était là pour être ensemble, pour se serrer les coudes lorsque tout va mal, pour montrer aux autres que la vie vaut le coup. Enfin, j’aimerais qu’elle croie à tout ça. Qu’elle cesse de me tenir à distance et me laisse pénétrer son cœur. Mais rien ne peut plus être simple justement parce que Lynn n’est plus là. Bien que je veuille à tout prix construire ce futur avec elle, je sais que les obstacles seront là. Plus nombreux et handicapant les uns que les autres.

A peine passais-je la porte du Bones que j’avisais Josh au fond du bar, à discuter avec un blonde. Il n’arrêterait jamais. Enfin pas que ça me regarde, même si c’est mon ami. Façon de parler. J’avance machinalement vers le bar, mon regard balaie alors la pièce au cas où Charly serait avec Noaly. Mais personne à l’horizon. Je suppose alors qu’elles doivent être à l’extérieure ou encore dans le bureau de cette dernière. Ces derniers temps, c’est à peine si elle lâche Noaly. Pas besoin d’explication pour savoir ce qui se trame dans l’esprit de la jeune Evans. Je sais qu’elle veut garder un maximum de souvenir de sa fille. Il y avait aussi une autre solution. Envisageable d’ailleurs. Réussir à faire entendre raison à la jeune Evans, c’était quasiment mortel. Près du bar, je n’ai pas besoin de commander que déjà un café apparait sous mon nez. Je remercie le barman d’un hochement de tête. L’un des avantages de la maison, lorsqu’on fait partie de la famille Evans-Tanner. M’installant sur un tabouret, je ne prête pas au jeu stupide de Josh qui tente de convaincre cette fille de sortir avec lui. Je secoue la tête quand un courant d’air se fait sentir à côté de moi, avant même que j’ai eu le temps de porter mon café à mes lèvres.




_________________
"Love feels no burden, thinks nothing of its trouble, attempts what
is above its strength, pleads no excuse for impossibility,
for it thinks all things are lawful for itself and all things are possible.
"

© Thomas A. Kempis

Actuellement dans le coma
Concernant les comptes de Camden & Blake, merci d'envoyer les mp sur la boite de Noam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t150-noam-tanner-when-you-call-my-name-it-s-like-a-little-prayer http://dont-stop-believin.forumactif.com/t61-tanner-when-you-run-into-my-arms-we-steal-a-perfect-moment http://dont-stop-believin.forumactif.com/t59-noam-tanner-i-belong-to-you http://dont-stop-believin.forumactif.com
Invité

Invité

MessageSujet: Re: « Look at you… You’re just… like a mom. » ♥ SUNNY   Ven 8 Avr - 14:10


« L'amitié ne rend pas le malheur plus léger, mais en se faisant présence et dévouement,
elle permet d'en partager le poids, et ouvre les portes de l'apaisement. [Tahar Ben Jelloun]»


La veille a été une journée décisive dans ma vie amoureuse car comme bien souvent, je me suis trompée de mec, j'ai choisi le mauvais. Heureusement que comme à chaque fois, j'avais refusé qu'il entre trop dans ma vie, je ne veux pas que ma fille voie passer hommes sur hommes dans la vie de sa mère. Malgré son jeune âge, elle n'a que 5 mois, elle peut comprendre les sentiments, les peines et les joies... Qu'est-ce qu'elle penserait de moi plus tard. Et quel exemple, je lui donnerais? Je lui présenterait le bon, si je le rencontre un jour! Enfin, je ne veux pas m'étaler sur cette histoire et encore moins me plaindre, je n'en aie pas besoin. J'ai tout ce que je pourrais espérer de bons dans ma vie: une fille en bonne santé, un meilleur ami sur qui me reposer dès que j'ai besoin, et un boulot que j'adore! Mais ici, vu la situation qui dégénère, je me décide à placer ma fille chez une de ses "tantes" et d'aller rejoindre Noam. J'ai besoin de lui demander un petit truc. Oh sans grande importance, ou plutôt c'est ce que je m'imagine!

C'est donc dès l'aube que je mets le pieds sur la terre de cette magnifique ville de Hope Mills. Il ne faisait pas de soleil, les nuages étaient bien trop épais pour laisser passer le moindre rayon. Mais la clarté était si puissante, que je ne pu garder les yeux grands ouverts. C'était bizarre cette impression d'être chez moi dès que j'arrivais dans cette ville! Je restais quelques secondes plantée là, devant le car avant de pouvoir bouger. J'allais donc tout d'abord apporté mes valises à l'hôtel que j'avais réserver, je pris une bonne douche, puis je partais en direction de tous les lieux où j'aurais pu trouver le beau brun du nom de Tanner! J'y avais déjà passé une bonne partie de la journée quand je me retrouvais exténuée devant les portes du Bones. Je savais que c'était le dernier endroit où il pourrait être! Je prends une grande inspiration avant de me lancer à l'intérieur de ce piano bar. Je dois acclimater mes yeux avant de pouvoir être capable de distinguer sa silhouette assise au bar. Il est de dos, il boit un café mais je le reconnaitrais entre milles. C'est lui, c'est Noam Tanner! Je m'approche alors un grand sourire sur les lèvres et vient me placer derrière lui pour lâcher:


Salut mon chéri!

Je viens m'assoir sur le tabouret à ses côtés avant qu'il n'aie pu dire quoique ce soit et rajoute, faisant un signe de tête vers son café:


Tu te mets au café toi maintenant !?! Tu as bien changé!

Je sourie et appelle le serveur pour qu'il me serve la même chose que Noam. Puis je regarde autour de moi, admirant les lieux. Il m'en avait tellement parlé mais je ne connaissais pas du tout, ce n'était pas le genre d'endroit que je fréquentais normalement. Mais il était chouette, Charly avait fait du bon travail. Car oui, si je ne me trompe pas c'est elle qui en est la propriétaire. Mais me retournant vers Noam, j'avais envie de rigoler, il ne savait pas que j'allais débarquer et en était étonné. Cela se voyait sur son visage comme sur un livre ouvert!
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age du personnage : 25 ans
Messages : 2123
Profession/Etudes : Mécanicien
Pseudo : sydney
credits : sydney
open pour un sujet ? : Yep

Tell me more
Statut: Craque pour quelqu'un
Relations:

ADMIN Aimer quelqu'un, c'est aussi aimer le bonheur de quelqu'un

MessageSujet: Re: « Look at you… You’re just… like a mom. » ♥ SUNNY   Sam 9 Avr - 19:11



Une autre vie. Un autre instant. J’aurais aimé me trouver ailleurs. Loin de cette ville, de ces personnes. Ne plus rien ressentir. Etre anesthésier une bonne fois pour toute. Mort ? J’en sais rien. Mais au moins, j’en aurais fini d’avoir mal. D’espérer et d’être déçu à chaque fois. La peur est désormais quotidienne. J’ai peur de dormir et de m’éloigner. De découvrir un matin que tout sera fini. Joyce, Josh, Casey, Aidan, Jessie, toute cette bande qu’on puisse être, pas l’un d’entre eux ne semble remarquer l’état de Charly. Personne ne pose de question. Personne ne va la secouer. Et quand je le fais, elle me fout à la porte. Je me sens pris au piège et seul. Seul au milieu d’un tourbillon. Je préfèrerais être emporté par cette foutu tempête plutôt que d’assister un jour de plus à la voir s’éteindre à feu doux sous mes yeux. Elle m’avait dit vouloir se soigner, vouloir cette vie de famille ensemble. Peu après notre sortie d’hôpital avec Noaly. L’unique chose que je récolte dans le fond c’est encore plus de déception et la preuve qu’elle ne peut même pas tenir une promesse. Cette idée me met dans un état pitoyable. Je le sais bien. Parce que c’est Charly et que je ne pourrais jamais être plus réceptif à une autre femme qu’elle. J’ai envie de tout envoyé ballader… et de lui redemander de m’épouser. C’était paradoxal, ce besoin que j’ai de la savoir saine et sauve. Bien évidemment, elle est forte et le montre à tout le monde. Mais parfois, on se doit d’accepter blessures et faiblesses. Pourquoi était elle incapable de nous donner la chance de construire cette famille que la vie nous doit ?

J’en étais arrivé au Bones machinalement. C’était un peu ma maison. Des années plutôt, on n’était tous fourrés ici après le lycée. Parce que parfois Charly se devait de faire le service sous l’œil de son père et que je n’avais pas l’intention de passer ma soirée loin d’elle. Alors oui, le Bones était – malgré mon problème d’alcool – le lieu où je me sentais encore le moins morose. Du moins lorsqu’elle était là. Mais à en juger par l’absence de son rire et de celui de notre fille, j’en conclus vite qu’elles devaient être sorties ou planquées dans le bureau. Mais à coup sûr, elles devaient être sur la plage. Levant les yeux vers le barman qui déposa un café devant moi, je le remerciai d’un hochemetn de tête. Un blonde riait non loin et coulant un regard de côté, je ne tarde pas à secouer la tête. Josh évidemment. Elle devait être nouvelle et n’avait jamais entendu parler de ce cher coureur de jupon qu’était Walker. Je porte alors la tasse à mes lèvres lorsqu’un courant d’air frais se fait ressentir près de moi et je marque un moment de surprise en voyant l’unique rousse de mon existence. Celle-là même qui – si elle savait à quoi je pense – serait déjà en train de me secouer.

« SUNNY !! » ouvris-je des yeux comme des soucoupes, mon regard braqué sur elle comme si elle débarquait d’une autre planète que la nôtre et qu’elle avait rencontré les fameux petits hommes gris.

J’avoue qu’elle n’est pas du tout la présence que j’attendais. Non, honnêtement, je ne l’attendais pas une seule seconde. Débarquer à Hope Mills, c’était bien la dernière chose à laquelle je songeais. Qu’est ce qui pouvait bien la pousser à venir ici ? Et loin de moi, l’idée que ça puisse être mon existence. Sa remarque me fit grimacer et je reposais ma tasse sur le comptoir.

« Je… » plissais-je les yeux avant de tourner la tête vers elle. « Loin de l’idée que ta visite me déplait mais… qu’est ce qui t’amène ici ? Outre l’envie de commenter mon café évidemment. » finis-je avec ce sourire mystérieux. Car même s’il adorait réellement Sunny. Elle n’était surement pas là sans une idée derrière la tête. « Et qu’est-ce que t’as fait de ma filleule ? » la rabrouais-je alors. « T’as pas intérêt à l’avoir vendu au premier charlatan parce que tu vas m’entendre ! » en rajoutais-je avec ce sourire cynique aux lèvres, tout en sachant pertinemment que sa fille devait être en sécurité. Du moins je l’espérais. Surtout avec le mauvais temps qui persistait et cette tempête qui faisait bien des dégâts depuis quelques temps.






_________________
"Love feels no burden, thinks nothing of its trouble, attempts what
is above its strength, pleads no excuse for impossibility,
for it thinks all things are lawful for itself and all things are possible.
"

© Thomas A. Kempis

Actuellement dans le coma
Concernant les comptes de Camden & Blake, merci d'envoyer les mp sur la boite de Noam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t150-noam-tanner-when-you-call-my-name-it-s-like-a-little-prayer http://dont-stop-believin.forumactif.com/t61-tanner-when-you-run-into-my-arms-we-steal-a-perfect-moment http://dont-stop-believin.forumactif.com/t59-noam-tanner-i-belong-to-you http://dont-stop-believin.forumactif.com
Invité

Invité

MessageSujet: Re: « Look at you… You’re just… like a mom. » ♥ SUNNY   Mar 12 Avr - 19:40

"Sunny" Sa manière de dire mon surnom me fit froid dans le dos! On aurait dit que ce petit piano-bar était dévasté par un grand coup de vent froid. Je ne sais pas si il n'était pas heureux de me voir, si c'était une manière de me demander ce que je foutais face à lui maintenant ou juste de la surprise. Ses yeux montraient la surprise, me dévisageant comme si je venais d'une autre planète ou comme si j'étais censée être morte! Mais ces gestes trahissaient son trouble. Je sais que je ne devrais peut être pas être dans cet endroit qu'il m'avait décrit comme son havre de paix avec Charly et leur fille mais j'avais besoin de le voir, de savoir qu'il était là pour moi malgré la distance qui nous a séparé un long moment.

Assise à ses côtés sur un tabouret à ses côtés, je ne manquais pas de lui faire remarquer son café et le fait qu'il aie bien changé. Quoi, je peux encore dire ce qui me passe par la tête non? Je regardais autour de moi; l'entendant me balbutier un "Je ...". Il n'y avait pas beaucoup de monde mais c'était peut être juste l'heure qui jouait dans cette histoire. Je ne manquais tout de même pas de remarquer le manège du jeune barman. Enfin, je suppose que ce doit être le barman. Je le vois flatter la jeune femme, jouer de son humour. Et là, alors qu'elle rigole, qu'elle entre dans son jeu, je réalise à quel point j'ai été pathétique de penser au grand amour encore une fois. Oui c'est de cette manière que m'a draguer mon dernier mec, celui que je fuis pour le moment!

Se retournant vers moi, Noam me demanda franchement ce que je faisais, ici, face à lui, dans sa ville, dans le piano bar de sa petite amie, ... Oui, je crois que cela doit le gêner malgré ce qu'il semble dire! Ou bien je me fais encore des idées. Mais comme à mon habitude, je ne vais pas lui dire ce qui m'amène réellement ici, je ne vais pas lui dire que je vais pas bien et que j'ai besoin de lui. Non, un nouveau mensonge tout prêt va à nouveau sortir de ma bouche. Je prends donc cet air béa que je sais si bien prendre, collant un grand sourire à mes lèvres et je lâche:


Je peux pas venir te voir sans raisons? Je voulais juste te dire bonjour!

Je me mordille la lèvre avant de continuer ma phrase, appelant le serveur de la main:

Je dois travailler dans le coin dans quelques jours. Et puis, ton café m'a l'air délicieux mais n'est pas un sujet de conversation assez passionnant! Comment va Charly?

Le serveur arriva et prit ma commande... Pffff je vais pas boire en solitaire non plus, ça ne ferait pas très "adulte". Je me décidais donc à demander la même chose que Noam. Un café bien noir, bien corsé! Besoin d'un remontant, si ça ne peut être un verre de vodka, cela sera de la caféine!

Un sourire se dessine sur mes lèvres lorsqu'il parle de mon petit amour, de sa filleule, de ma fille bien aimée. Il me demande en rigolant si je ne l'ai pas refourgée à quelqu'un de malveillant. Je lui répond alors, regardant ma tasse de café qui vient d'être déposée sur le comptoir:


Bah c'était pas un charlatan, il m'a promis de bien s'en occuper. Tu me connais, je lui aie fait confiance!


J'attends ensuite sa réponse à cela. Il doit très bien savoir que je ne ferais jamais de mal à ma fille, à la prunelle de mes yeux. Sans le regarder, je chipotte à la serviette qui accompagne ma boisson ... Puis je me tente à lui demander:


Alors comment va la fameuse Charly?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age du personnage : 25 ans
Messages : 2123
Profession/Etudes : Mécanicien
Pseudo : sydney
credits : sydney
open pour un sujet ? : Yep

Tell me more
Statut: Craque pour quelqu'un
Relations:

ADMIN Aimer quelqu'un, c'est aussi aimer le bonheur de quelqu'un

MessageSujet: Re: « Look at you… You’re just… like a mom. » ♥ SUNNY   Mer 13 Avr - 14:14



J’étais pas dans mon assiette. Tout partait de travers. Comment étais-je censé raisonner Charly et l’amener à se soigner ? Personne ne comprenait, puisque personne ne savait. C’était bien ça mon problème. J’étais le seul. Prisonnier d’un secret dont je savais que l’issue risquait de me faire tout perdre. Je gardais le silence, jamais elle ne se soignerait. Je trahissais ma promesse et elle ne me le pardonnera jamais. Ceci dit, elle m’avait dit qu’elle se soignerait après l’hospitalisation de Noaly. Qu’on serait tous les trois et qu’elle voulait qu’on soit une famille. Et aujourd’hui où était passé ces belles paroles. « On appartient au passé.» C’était ce qu’elle m’avait dit. Une phrase qui tourne en boucle dans mon esprit. Qui me met en colère et me rend amer. Quand est-ce qu’elle comprendra que notre chance est là. Que tout est réunis pour qu’on puisse lutter ensemble. Pour qu’on puisse enfin construire cette vie à deux et même à trois dont on rêvait avant la mort de Lynn ! Dès mon retour, je savais que ça serait dur. Entre mon alcoolisme, ma fuite et notre relation, je savais que j’allais m’opposer à un mur. Je savais qu’elle aurait besoin de temps. Encore maintenant, je sais qu’elle n’a pas à me pardonner. J’ai conscience que j’ai merdé de la plus belle façon qui soit. Sauf que contrairement à ce qu’elle imagine, j’étais venu aux funérailles de son père. Elle ne m’avait pas vu. Elle était entourée et si une part de moi, aurait voulu etre celui sur qui elle se repose, je n’avais pas le droit de débarquer dans sa vie à ce moment précis. Notre relation ne tenait plus à un fil. Un fil qui s’effrite à chaque seconde, à chaque rencontre, à chaque soirée où l’un se doit de se maîtriser en présence de l’autre. Combien de temps est ce que ça va encore durer ? Je l’ignore. Mais plus très longtemps. Ce secret est trop lourd. J’en peux plus et l’amour que je lui porte me mène à cet endroit obscur dont je tente à tout prix de m’éloigner depuis mon retour. Charly me fait autant de bien que de mal. Assit devant un café, je sais que je n’ai plus d’autre alternatives. La supporter dans son choix ne mène à rien, il ne me reste plus que la seconde option. Celle où jamais plus, elle ne me fera à nouveau confiance. Celle où je briserais certainement tout ce qui reste de notre relation à laquelle je tiens tant.

J’étais perdu dans mes pensées lorsque je suis assommée par l’arrivée subite d’un visage familier. Je ne l’ai pas vu depuis des mois. Des mois. Alors oui, forcément c’est un choc. Malgré ça, j’en viens finalement à lui sourire. Bon, ça n’est pas le sourire irrésistible du jeune Tanner mais c’est toujours mieux que rien. N’avait-elle pas le droit de venir me voir ? Bien sur que si.

« Si… C’est juste… » soupirais-je en tentant de me reprendre. « Ma vie est un chaos total. C’est juste que je m’attendais pas à te voir. » finis je alors que, comme à son habitude son optimisme contagieux venait s’infiltrer en moi. Sauf qu’à sa question, je ne savais pas par quoi commencer. Ni même si c’était le bon moment et le bon endroit pour en parler. « C’est quoi comme projet ? » L’avantage de grandir avec les Evans-Tanner, vous apprenez inévitablement à détourner un sujet dont vous ne voulez surtout pas parler. Toutefois, je sais qu’elle y reviendra. A croire que Sunny est juste là, pour me tirer les vers du nez, me foutre des baffes et m’obliger à réagir.

Bien vite, je préfère parler de sa fille qui, selon moi est un sujet bien plus intéressant que la vie pathétique que je mène depuis mon retour. Car il faut le dire, en revenant c’était un passé auquel, je ne tenais pas que je trainais tel un boulet. J’aurais voulu un réel nouveau départ. Où il n’y aurait que Charly et moi. Mais c’était utopique. Jamais on ne nous offrirait une telle chance. Jamais.

« Si j’le connais et que j’m’aperçois que c’est une de ses têtes à claques qui sait même pas lire une notice pour préparer un biberon, j’te jure qu’il a pas fini de m’entendre ! » en rajoutais je, avec un lent sourire. « Elle est où ? »

J’étais sérieux. J’aimais pas l’idée qu’elle ait pu confier ma filleule à n’importe qui. Tout le monde sait combien j’aime ma fille et les enfants en général. Ce qui contrastait assez avec tous les problèmes familiaux que j’accumulais. Les enfants méritaient plus. Toujours. Ils méritaient qu’on donne le meilleur de nous-même. Et même si j’appréciais l’arrivée surprise de Sunny, je l’aurais encore plus aimé si elle avait amené son bout de chou. Quel homme craquerait devant une enfant ? La plupart se tienne distant et évite tout ce qui ressemble à un petit être baveux. Je ne sais pas si c’est l’existence de Noaly ou le fait que je sois papa mais j’ai changé. Reese me l’a dit. Que j’étais devenu un type meilleur. C’est ma sœur et même si elle ne le ressent pas comme moi pour le moment, je sais qu’un jour elle comprendra.
Déjà elle revient à la charge et je me pince les lèvres. Mon regard oblique un instant vers Josh. J’ai tout juste le temps de croiser son regard tandis qu’il est interpellé par une autre fille. Reposant mon regard sur ma tasse de café, mon doigts vient glisser le long du bord de celle-ci. « Tu peux enlever le fameuse. » grinçais-je malgré moi. « Apparemment bien du moment qu’elle arrive à m’éviter. Les seules fois où je la vois, c’est lorsque je viens chercher Noaly. Hormis ça, on vit une histoire de contes de fées ! » marmonnais-je dans un sarcasme alors que l’espace d’un instant, j’aurais voulu que ce café soit en réalité un whisky double. Je ferme alors les yeux avant de couler un regard vers Sunny qui m’observe toujours. « Désolé… en ce moment, tout va de travers. Et j’me demande, si c’est pas moi le problème. » finis-je alors en levant ma tasse à mes lèvres.



_________________
"Love feels no burden, thinks nothing of its trouble, attempts what
is above its strength, pleads no excuse for impossibility,
for it thinks all things are lawful for itself and all things are possible.
"

© Thomas A. Kempis

Actuellement dans le coma
Concernant les comptes de Camden & Blake, merci d'envoyer les mp sur la boite de Noam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t150-noam-tanner-when-you-call-my-name-it-s-like-a-little-prayer http://dont-stop-believin.forumactif.com/t61-tanner-when-you-run-into-my-arms-we-steal-a-perfect-moment http://dont-stop-believin.forumactif.com/t59-noam-tanner-i-belong-to-you http://dont-stop-believin.forumactif.com
Invité

Invité

MessageSujet: Re: « Look at you… You’re just… like a mom. » ♥ SUNNY   Mer 13 Avr - 15:12

Malgré sa manière très froide répondre à mon arrivée, je ne perds pas mon sourire. Ce sourire qui n'est qu'un leurre!!! Un mensonge tout préparé pour lui faire croire que, pour moi, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. J'ai toujours été comme ça. J'ai toujours été de meilleurs conseils et plus attentives aux autres qu'à moi-même. Je me demande si c'est une qualité ou un défaut? Je crois un peu des deux. Car oui, tout va mal dans ma vie également, je viens de quitter mon mec, mon appart, mes amis et ma vie!!! Je ne pouvais plus rester là bas, je risquais trop gros. Ce type n'est pas quelqu'un de très fréquentable et je me dois de faire attention à mon petit ange! Elle est, pour moi, le plus important! Rien n'a plus d'importance à mes yeux que son bonheur et son bien être. C'est pour cela, que je me retourne vers la seule et unique personne en qui j'ai totale confiance pour Krystal et moi: Noam!

Un chaos total !?! J'ai bien fait de pas lui parler de mes problèmes si je comprends bien! Je soupire, j'aurais tant aimé qu'il aille bien, que sa vie se soit calmée et éclaircie. Il mérite tellement le bonheur que cela me fout en rogne de le voir ici, tout seul avec un banal café, attendant surement un signe de sa chère et tendre. Car oui, même si je ne le connais pas depuis des années, je sais qu'il ne va pas passer du coq à l'âne comme cela sur un coup de tête. Je sais que Charly doit encore et toujours être derrière sa peine. Cette fille ne réalise vraiment pas tout ce qu'elle a portée de main. Il faudrait que je lui ouvre les yeux! Pour faire un peu d'humour et tenter, surement vainement, de lui arracher un réel sourire, je lui lâche:


Le chao total !?! Et je viens y rajouter un couche! Et oui, je suis toujours l'aimant à ennuis, tu me connais.

Je me perds d'ailleurs un instant dans mes pensées. Il est vrai que ce que je viens lui annoncer réellement n'est pas facile. J'aimerais tant qu'il me comprenne, qu'il ne juge pas le fait que je lui aie menti. Ou plutôt que j'ai omis de lui annoncer que le père de sa filleule n'était autre que son frère! Alors oui, je vais, sans le faire exprès y rajouter une couche à ses problèmes qui me semblent déjà bien nombreux. Mais je suis tirée de mes pensées lorsqu'il me parle de mon projet...

Une fête, un anniversaire de mariage, dans la ville voisine. Un mec bourré de thunes, je dois organiser la fête du siècle! J'ai profité de cette opportunité pour venir te dire bonjour!

C'est rapidement que ma fille vient sur le tapis. Où est-elle? Avec qui je l'ai laissée? Est-ce qu'elle ne risque rien? C'est vraiment cela que j'aime chez lui. Il aime les enfants, il n'est pas un macho sans coeur comme la majorité. Il ne cache pas ses sentiments derrière de faux airs d'imbécile! Non c'est quelqu'un de vrai et de franc. Bon par contre, je dois bien avouer que le fait qu'il me croie capable d'avoir laissée Krystal, je ne sais où, avec je ne sais qui me blesse un peu. Je croyais qu'il me connaissait mieux que cela. Je ne rigole donc pas vraiment, lui foutant une grosse claque sur l'épaule... Non mais il croit quoi lui! Je lui dis alors, les mains sur les hanches à demi-outrées et à demi-heureuse qu'il s'inquiète pour sa filleule:


Non mais tu me crois vraiment capable de la laisser à n'importe qui? Elle est chez une amie à moi! Une femme très bien, qu'il s'est déjà souvent occupée d'elle auparavant! Elle vient me l'amener demain. Mais, je devais trouver un hotel ici, dans la ville, pour nous loger avant de la faire me rejoindre! D'ailleurs, si tu y tiens tant à ta filleule, j'aurais besoin d'un bon baby sitteur, tu veux pas la place?

Mais une fois la phrase finie, un sourire, un vrai sourire, non forcé vient se poser sur mes lèvres. Je n'aurais jamais pensé le revoir un jour. J'imaginais que ma période Noam n'était qu'en merveilleux passage dans ma vie. On s'entendait si bien, on pouvait se parler de tout et de rien, je n'aurais jamais imaginé qu'une telle amitié aurait pu traversé les kilomètres et les mois. Je relève alors le regard vers lui, il semble si loin et mal en point. J'aimerais tant pouvoir l'aider à tout surmonter, le voir sourire comme il le faisait avant. Je pose donc ma main sur la sienne, pour lui dire que je suis là pour lui, qu'il peut me parler de tout, ou même ne rien dire si il préfère. Quoique il me connait, il sait que j'arriverai à tout savoir à un moment ou à un autre. Non pas par curiosité mais par envie d'aider!!! D'ailleurs je redemande encore une fois comment va sa Charly. Et là, c'est le déballage total. Ca me fout en rogne d'entendre tout ça, j'aurais envie de le secouer de lui dire qu'il est quelqu'un de bien, qu'elle ne sait pas ce qu'elle perds. Ou même qu'il devrait se battre un peu plus, lui montrer qui il est réellement. Je ne sais pas, faire quelque chose, n'importe quoi mais tout tenter avant de baisser les bras!

Je ne dis rien, je l'écoute mais lorsqu'il me dit qu'il croit être le problème, là, s'en est trop pour moi. Je suis sure que le rouge a du me monter aux joues autant que la colère me fait chauffer de l'intérieur. Je me mets face à lui totalement et lui dit, posant mon regard dans le sien, allant jusqu'à le forcer à me regarder en posant moi même sa tasse de café sur le comptoir:


Non mais ça va pas ! Arrête de dire que tout est de ta faute! Tu es revenu pour elle, tu es toujours là malgré qu'elle ne semble pas très sympathique à ton égard, tu veux être un père exemplaire pour ta... votre fille, tu veux être présent pour cette petite. Elle ne sait pas la chance qu'elle a. Moi, j'aurais tant aimé que le père de Krystal te ressemble mentalement.

Je baisse alors d'un coup les yeux, le mentalement est sorti tout seul. Car bien sur qu'il ressemble physiquement au père de mon ange, mais mentalement, pour le coups, j'ai choisi le mauvais frère!!! Je soupire alors, tentant de reprendre mon calme et je rajoute, regardant toujours mes pieds, un doigt jouant frénétiquement dans mes cheveux. Il enroule et déroule sans cesse une mèche!

Ecoute Noam! Je sais que dans un couple, les tords sont partagés. Mais je sais aussi à quel point tu l'aimes, cela se voit dans ton regard. Je te sens perdu et fragile et c'est quelque chose que je n'aime pas du tout! Tu dois te ressaisir!!! Pour toi mais surtout pour ta fille.

Mais après cette longue tirade, qui d'ailleurs, je ne suis même pas sure qu'elle aie servi à quoi que ce soit, je me dois de calmer les choses, je dois arrêter de parler de cela, j'en viens donc à une personne qu'il aime réellement, et qui, j'en suis sure, le lui rend bien... Sa fille!


Et moi, je vais la rencontrer quand la petite Noaly?
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age du personnage : 25 ans
Messages : 2123
Profession/Etudes : Mécanicien
Pseudo : sydney
credits : sydney
open pour un sujet ? : Yep

Tell me more
Statut: Craque pour quelqu'un
Relations:

ADMIN Aimer quelqu'un, c'est aussi aimer le bonheur de quelqu'un

MessageSujet: Re: « Look at you… You’re just… like a mom. » ♥ SUNNY   Lun 18 Avr - 14:53



Des bons et des mauvais moments, j’en ai comme la majorité des gens. Sauf que ces derniers temps, c’était à croire que la vie prenait un malin plaisir à la compliquer à un peu à chaque occasion. Il arrivait forcément un moment où la coupe était pleine. A croire que ce moment n’allait plus tarder. Certains s’imaginent qu’il vit bien la situation. Mais quelle situation à vrai dire ? Personne ne se doute de ce qui se trame derrière les sourire factices de Charly et les absences de Noam au Bones. Chacun traverse la situation à sa façon. Tous deux donne le change mais il n’en reste pas moins que chacune de ses âmes sont des plus endommagés. Quelqu’un viendra-t-il pour les secouer ou leur faire reprendre contact avec la réalité. Que l’espoir est toujours là, même lorsque tout semble perdu. Il est infime mais toujours présent parce que sinon la vie n’aurait plus jamais aucun intérêt.

L’arrivée soudaine de Sunny me laisse sur le cul. D’ailleurs heureusement que j’étais assit. Je ne m’attendais pas à de la visite. Enfin façon de parler. Sunny n’est pas vraiment connu ici. Certains ont put la croiser les rares fois où elle m’a rendu visite. Toutefois, il faut dire qu’elle m’est chère. Pas autant que Charly mais elle compte énormément dans ma vie. Parce qu’il ne lui a pas fallut longtemps pour réaliser ce qui ce cachait derrière cette carapace que j’endossais. Ou alors, peut être que j’étais tout simplement transparent. Allez savoir. Sa remarque me fait doucement sourire et je penche doucement la tête vers elle, à peine plus détend et le regard plus vif.

« Je te connais effectivement. Suffisamment pour savoir que tu n’es pas pas un aimant à ennuis. Au contraire… j’suis bien content de voir une tête familière qui ne sera pas là pour me juger. » commençais-je avant de lui sourire tendrement et de poser ma main sur le sienne. « ça me fait vraiment plaisir que tu m’ais pas oublié SUNBEAM ! » finis-je avec un clin d’œil, usant de son prénom en entier, juste pour l’embêter.

J’enchaine sans vraiment réfléchir sur la raison de sa présence. Pas qu’elle me dérange, bien au contraire mais je pensais qu’elle préférerait passer plus de temps avec sa fille, tout comme moi je le fais. Enfin, il faut bien bosser pour ramener de quoi manger et vivre. ET la connaissant, elle ne doit pas faire les choses à moitié, la preuve en est sa réponse. Je fronce un instant les sourcils. Un mec bourré de thunes, une fête. Une idée traverse mon esprit. C’est peut-être pas grand-chose mais ça méritait réflexion. Dans cette ville, il est dur de percer, surtout que la plupart ont un talent caché. Des musiciens j’en connais. Je ne parle pas de Blake. Si j’allais le voir pour lui proposer quelque chose, il m’enverrait son poing dans la figure avant même d’écouter ma proposition. Du coup, je glisse vite fait un regard vers Josh avant de revenir à Sunny.

« C’est gentil de penser à ton petit Tanner ! » souris-je avec cet air espiègle. « T’aurais pas besoin d’un groupe par hasard ? j’connais quelque musiciens… enfin, j’veux pas m’immiscer dans un truc qui me regarde pas… et puis si t’as besoin d’autre chose, t’oublie pas que j’suis là ! J’connais pratiquement tout le monde ici… » Ce qui était à la fois un avantage et un inconvénient. Car les ragots circulaient à la vitesse de la lumière.

J’ai beau être un mec. Célibataire oui. Enfin non. Bref, c’est compliqué de savoir ce qu’il en est réellement. J’ai pas vraiment envie de me poser la question pour être honnête. Charly sera toujours dans mon cœur et j’arrêterais pas de l’aimer quoi qu’il arrive. Ceci dit, je suis de ceux qui ne cachent pas leurs sentiments vis-à-vis des enfants. Je ne les maintiens pas à distance. Ils ont ce naturel et cette innocence qui pourrait toucher même l’ours le plus mal lécher. Il suffit juste d’un instant. Un moment, une pensée et tout devient différent. Ça devient même naturel au fil du temps. Alors oui, je suis l’un de ses types qui aime les enfants. Qui est proche d’eux. Ainsi lorsqu’elle m’affirme avoir laissé sa fille à quelqu’un je suis légèrement déçu. Elle aurait très pu l’amener, c’est pas comme si elle n’aurait eu personne sur qui compter pour veiller sur sa fille.

« Oh… j’espère pour toi que c’est pas une dealeuse hein ? » ironisais-je avant de me prendre un coup de poing dans le bras. « Bah quoi ?! genre t’en connais beaucoup, des gens qui arrivent à vivre en restant chez eux à rien foutre ? moi pas… donc j’m’interroge. Et puis c’est ma filleule, t’aurais au moins pu me l’amener. J’suis sure que depuis la dernière fois, elle s’est transformé en ogre ! » tentais-je avec un petit rire en glissant mes yeux dans les siens. « Un hôtel ?! J’espère que tu rigoles ! Tu viens à la maison avec Krystal ! Point barre ! »appuyais-je sans le quitter des yeux. « On a assez de place à l’appart. Et t’auras tout le nécessaire pour ta fille. Noaly a ses habitudes, elle ne vient dormir que quelques nuits par semaine à la maison. Donc t’as aucune excuse pour refuser ! T’imagine sérieusement que j’vais te laisser embaucher une baby sitter ? J’suis son parrain alors y’a pas intérêt que j’entende parler de baby sitter, compris ?! »

Possessif ? Non. Mais bordel, sa fille était adorable. Pas le même genre que Noaly qui, elle, me fait tourner en bourrique mais qui sait également se montrer mignonne. Disons surtout qu’elle a du sang Evans-Dewitt/Tanner donc forcément, c’est le genre d’enfant montée sur pile électrique. Mais Krystal était encore un bébé et même si ça peut sembler étrange, ce petit bout de chou, est on ne peut plus craquant. Qui ne serait pas béat devant un bébé d’abord ?

Me demander des nouvelles de Charly n’est peut être pas la meilleure option. Enfin, c’est pas comme si je pourrais le cacher très longtemps. Sunny finirait par comprendre. Je crois même qu’elle comprendra à l’instant même où elle entrera dans l’appartement. Charly veut que j’avance. Qu’on tourne la page. Moi, non. Il y a encore des photos de nous un peu partout dans l’appart. Comme si c’était normal, qu’on était toujours ensemble. Je pourrais déjà l’entendre me dire que c’est néfaste pour mon équilibre mais je ne peux pas aller à l’encontre de mes sentiments, surtout avec ce qui pèse sur ses épaules. J’aime la façon dont Sunny tente toujours de voir le meilleur. Lui parler ne m’est pas difficile parce que je crois qu’elle comprend et assimile parfaitement l’amour que j’éprouve pour Charly et Noaly.

« C’est plus compliqué que ça n’y parait. On s’est remis ensemble un temps… et puis… » me pinçais-je les lèvres, avant de fixer le miroir derrière la pile de verre en face de moi. Je prends une lente inspiration, m’apprêtant à lui révéler le problème qui pourrait être source de mon problème avec Charly. Je tourne alors la tête vers elle. « Je suis un alcoolique, Sunny. » déglutis-je difficilement avant de détourner les yeux. « Et tu rajoutes à ça, d’autres problèmes tel que l’abandon que j’ai fait subir à Charly… je crois que c’est trop pour elle… » Je ne mentionnais pas son cancer. Peut-être plus tard, loin d’ici. Des oreilles indiscrètes. Quand il n’y aura plus qu’elle et moi. Sa remarque vis-à-vis du père de Krystal me fait doucement sourire. « Dis toi, que ta fille a de la chance de pas avoir un père névrosé comme moi… ça pourrait te faire du bien d’en parler ? »

Elle est adorable. Cette fille mériterait tellement mieux qu’un type qui l’abandonne avec une enfant sur les bras. Elle méritait qu’on se batte pour elle. Pour son amour. Elle a tant à donner. Je le sais. Il m’a juste fallut de quelques jours à comater sur son canapé pour voir ce qui se cachait sous cette carapace.

« J’vais pas si mal. C’est juste que j’aimerai qu’elle m’écoute. J’lui demande même pas de me pardonner pour ma fuite… juste qu’elle tente de comprendre que j’suis pas convaincu de supporter une vie sans elle. Elle m’a tant apporté tout au long de mon existence. La perdre, c’est comme m’amputer… et que Noaly soit, là, ça n’y changera pas grand-chose même si j’aime ma fille plus que tout. » soupirais-je. « Je veux juste qu’elle m’écoute et qu’elle cesse de voir la situation comme une fatalité. »

En dépit de la situation, j’étais toujours certain que Charly avait le courage et la force de combattre ce cancer. On était là. J’étais là pour l’aider. Elle n’avait même pas un mot à prononcer pour que je rapplique. Le pire dans tout ça, c’est qu’elle le savait pertinemment. J’étais capable de me plier à ses exigences, tout comme à lui tenir tête. Sauf que ces derniers temps, rien n’allait comme ça devrait. Bien vite la conversation est détourné lorsqu’elle me demande quand est-ce qu’elle rencontrera Noaly. Une large sourire vient naitre sur mon visage. Machinalement, je sors mon portefeuille, pour en tirer une photo récente que je lui tend.

« Bientôt. Elle est avec Charly… surement à la plage… elles ont besoin de passer du temps ensemble… » fis je vaguement avant de reprendre. « T’en fais pas, une fois que tu l’auras tu voudras surement me la voler ! » ris je spontanément, avant d’avaler une gorgée de café.





_________________
"Love feels no burden, thinks nothing of its trouble, attempts what
is above its strength, pleads no excuse for impossibility,
for it thinks all things are lawful for itself and all things are possible.
"

© Thomas A. Kempis

Actuellement dans le coma
Concernant les comptes de Camden & Blake, merci d'envoyer les mp sur la boite de Noam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t150-noam-tanner-when-you-call-my-name-it-s-like-a-little-prayer http://dont-stop-believin.forumactif.com/t61-tanner-when-you-run-into-my-arms-we-steal-a-perfect-moment http://dont-stop-believin.forumactif.com/t59-noam-tanner-i-belong-to-you http://dont-stop-believin.forumactif.com
Invité

Invité

MessageSujet: Re: « Look at you… You’re just… like a mom. » ♥ SUNNY   Jeu 21 Avr - 21:17

Je sourie à ses paroles! Pas la pour le juger! Je n'ai jamais juger qui que ce soit sur sa manière de vivre, de se vêtir ni même de se comporter alors ce n'est pas maintenant que cela va commencer. Et surtout pas avec mon ami le plus cher. Je suis là pour le voir, pour que par sa seule présence, il me réconforte et m'aide à passer ce cap douloureux de ma vie. Et oui, une séparation n'est jamais facile mais encore moins avec une enfant qui n'a rien demandé. Sa main entre en contact avec la mienne et je me sens directement plus détendue, plus calme et plus sereine. C'est bizarre comme juste le fait d'être près de lui me donne l'impression d'être quelqu'un d'autre... Non, je ne l'aime pas! Ou plutôt pas au sens propre du terme. Noam est pour moi, comme un ami, un frère, ... Oui voilà ce qu'il représente réellement pour moi. Aie, voilà qu'il m'appelle par mon prénom. Oh que je ne supporte pas ce prénom débile que ma mère a décidé de me donner. Non mais que lui est-il passé par la tête ce jour là? Je serre légèrement les dents, lui faisant un regard méchant genre " recommence pas, ou je pourrais devenir très très méchante! " Non mais sans rire, je n'aime pas mon prénom et il le sait très bien! Je lui dis alors dans un petit sourire coquin:

Mon chéri, je ne suis pas sure que tu me connaisses aussi bien que tu le croies!

J'arrête donc et ne dit plus rien à ce sujet-là, sachant très bien qu'il ne sera pas du tout heureux en apprenant la vérité sur Blake. Il m'en voudra surement, ce qui serait normal, pour lui avoir caché une chose pareille. Mais avouez que ce n'est pas facile à dire à un type qu'on vient de rencontrer "Tiens tu es le portrait craché du type qui m'a fait un enfant!" et c'était encore moins facile lorsque j'ai réellement commencé à le connaitre. J'avais bien trop peur de perdre l'estime qu'il me portait. Alors je me suis tue!

Nous parlons ensuite de mon travail et de ma venue en ville, dans sa ville. Je lui explique l'histoire du type plein aux as, de son anniversaire et de la big party qui doit être organisée pour l'occasion. Alors, j'aurais du m'en douter, il saute sur l'occasion me parlant d'un groupe qui pourrait être sympa pour la soirée. Je me racle difficilement la gorge. J'espère de tout coeur qu'il ne me parle pas du groupe de son frère parce que je ne sais pas comment je lui dirais non ni comment je lui expliquerais cette réponse négative sans éveiller ses soupçons! Je soupire alors et lui demande, en ayant l'air le plus professionnelle possible:


C'est quel genre de musique? Et y aurait-il possibilité de les écouter jouer le plus rapidement possible? Le concert se déroulerait dans 2 semaines! Et oui, tout le monde prévoit toujours tout au dernier moment!

Et quand ensuite, il me parle du fait qu'il connaisse tout le monde dans cette ville, je réfléchis de quoi j'aurais besoin d'autre. Je continue alors en lui disant:

J'aurais besoin d'un lieu, mais pour ça faudrait que le patron accepte de faire une soirée privée perdant peut être ses clients habituels pour cette fameuse soirée!


Quoiqu'il arrive, je trouverai. J'ai l'habitude maintenant! Je vais très vite pour tout ça, tout devient très naturel! Enfin soit, le sujet le plus important à mes yeux arrive vite dans la conversation: ma fille, sa filleule! Il est déçu que je ne l'ai pas amenée avec moi directement, il aurait tant aimé la voir et pouvoir admirer ses progrès et ses changements... Je m'en doute mais je ne voulais pas l'imposer non plus, surtout quand il verra à quel point elle lui ressemble, il risque de se poser des questions. Car oui, elle est son portrait craché... Enfin soit, je ne relève pas non plus lorsqu'il me parle de dealeuse, de personne qui ne travaille pas et qui touche bien. Je sais que mon amie s'occupe de ma fille correctement et je lui fais totale confiance! Mais contre toute attente, il m'invite chez lui... C'est une chose qui me fait peur! Que va dire Charly? Que va-t-il se passer avec Blake si il apprend la vérité? Je me sens pas bien, je ne sais pas quoi faire. Je ne peux pas lui dire la vérité donc je me dois d'accepter! Je lui dis donc avec un grand sourire:

Ok ok, si je suis obligée, je viendrai chez toi. Mais... Oui oui y a un mais... Tu es sur que les gens ne vont pas trop parler? Que cela ne va pas t'amener plus de problèmes qu'autre chose? Tu sais Krystal a l'habitude de l'hôtel, tant qu'elle est avec moi, elle se sent bien. Enfin c'est ce qu'elle me fait comprendre par ses grands sourires!

Mais j'attrape un grand grand sourire, mes yeux sont surement en train de pétiller lorsque je repense à tout ce que ma fille fait de nouveau tous les jours. Je dis alors avec fierté:

Elle est si éveillée, elle ne cesse de gazouiller et cela ne m'étonnerait pas qu'elle dise bientôt son premier mot! Elle rigole tout le temps... Oh et sa première dent vient de pousser, c'était dur comme moment mais elle est si jolie... Je suis sure que tu seras fier de ta filleule, tu vas voir à quel point, elle a changé en trois mois!!! Et c'est avec nostalgie que je rajoute... Elle a les yeux et le sourire de son père!

J'aurais tellement aimé que ma fille aie un père, une vision de l'homme, de l'autorité. A la place, elle ne m'a que moi!!! Triste non? Mais bon, tout est de ma faute. Passons à autre chose, je veux savoir à quel point il est mal. Car oui, je vois à quel point, il est mal en point, il est triste et seul... Je lui demande donc comment va Charly, celle pour qui son coeur bat. Et c'est pas joli joli! Il m'avoue vraiment son désarroi et cela me fait du mal. J'aurais tant espérer le savoir heureux et entouré d'une famille. De sa femme et sa fille! Je ne sais pas si je ferai bien mais je veux l'aider avec cette femme qui a volé son coeur. Mais cette phrase résonne dans ma tête et dans mon coeur " je suis alcoolique ". Comme si je ne l'avais pas remarqué, la seule chose est que j'essayais de me la cacher. Je soupire de tristesse et de désarroi, j'aimerais tellement l'aider. Je resserre alors ma main qui est dans la sienne et lui dit:

J'aimerais tellement t'aider, j'aurais du être là pour toi... Ca fait combien de temps que tu es sobre maintenant?


Je ne sais pas trop quoi lui dire sur cette question là. J'ai peur de dire de mauvaises choses, j'ai peur de dire des bêtises. Je sais à quel point il est difficile de stopper une telle dépendance, l'alcool est une calamité. Comment je le sais, ma mère était alcoolique et cela m'a fait énormément souffrir étant enfant. Alors quoi dire? Je rajoute tout de même, sure de moi:

Je peux être franche avec toi??? J'ai peur pour toi! Ne crois-tu pas que tu devrais d'abord soigner ta dépendance avant de ... Penser à toi avant de penser à elle ou à votre couple?

J'espère qu'il ne le prendra pas mal mais je me devais de lui parler sincèrement, de lui dire ce que je pensais de la situation. J'ai l'impression qu'il se met trop la pression et que cela ne l'aide en rien! J'espère juste qu'il ne se perdra pas pour un amour impossible. Je sais qu'il l'aime, je suis sure qu'elle l'aime aussi mais est ce que cet amour ne les détruit pas tous les deux?

Lorsqu'il me dit que parler du père de ma fille me ferait peut être du bien, je réplique du tac au tac:

La seule importante est qu'il ne connait pas l'existence de sa fille et que c'est mieux ainsi! Et pour tout le monde!

Mais bien sur que je lui demande comment va la petite Noally. J'aimerais tellement la rencontrer. Il l'a toujours cachée comme un trop beau secret... Il ne sait pas à quel point sa fille a de la chance, elle a deux parents qui l'aime, qui sont là pour elle... Elle a tout ce qu'elle doit avoir. Et en plus, elle aura une tata ( moi ) qui l'aimera autant qu'elle le mérite. Je rigole à sa dernière phrase et fini par lui dire:

Oh mais je n'aurai pas besoin de te la voler, elle voudra venir avec sa tata!!! Je suis pressée de la voir mais je suis aussi très heureuse de passer une soirée seule avec toi. On a tellement de chose à se raconter!

Je bois moi également une grosse gorgée de mon café et fais la grimace. Il est bon, il est fort comme je l'aime mais il est vrai que en temps normal, je bois autre chose. Sauf pour le réveil et surtout les réveils difficiles! Je tourne mon regard vers lui et il me fait tant penser à ma fille que je m'attendris à le voir si fragile!!!

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Age du personnage : 25 ans
Messages : 2123
Profession/Etudes : Mécanicien
Pseudo : sydney
credits : sydney
open pour un sujet ? : Yep

Tell me more
Statut: Craque pour quelqu'un
Relations:

ADMIN Aimer quelqu'un, c'est aussi aimer le bonheur de quelqu'un

MessageSujet: Re: « Look at you… You’re just… like a mom. » ♥ SUNNY   Dim 24 Avr - 13:26



Je n’étais pas dans mon assiette et je ne le serais surement pas avant longtemps. Vivre. C’était théoriquement ce que Charly me suggérait. Refaire ma vie. Après tout, elle m’avait littéralement dit qu’on appartenait au passé, mais est ce que ça impliquait qu’on devait faire une croix sur notre vie ensemble ? Je ne veux pas. JE NE PEUX PAS. A croire que c’est justement ce qu’elle n’arrive pas à comprendre. Que m’arrivera-t-il, lorsque je devrais l’enterrer ? Pense-t-elle une seconde à ce que sa perte provoquera chez moi, chez notre fille ? J’en ai pas l’impression. Que deviendra le Bones ? J’aurais alors perdu la femme que j’aime et ma sœur ? Et avec ça, j’était censé élever ma fille comme si tout allait bien ? Tout le problème était là. Je n’étais pas prêt à la laisser partir. Que ça soit mourir ou même notre séparation. J’essayais tant bien que mal, de prendre jour après jour, de me dire qu’elle est encore là. Cette épée Damoclès au-dessus de sa tête me rend malade. J’ai peur à chaque instant de la journée. D’un accident. Que cette foutu maladie l’emporte alors qu’elle est seule avec Noaly et que personne ne soit là pour leur porter secours. Me reprendre est en théorie plus facile à dire qu’à faire. Je devrais rester optimiste mais devant le refus de Charly de se soigner, il m’est de plus en plus dur de me dire qu’un jour on pourra s’en sortir ensemble. J’en arrive même à me demander si l’on n’est pas maudit tous les deux. J’aimerais aller vers elle, la prendre dans mes bras et la rassurer. Que quoi qu’il arrive, tout se passera bien. Mais j’ai conscience que tant qu’elle restera persuadée agir pour le mieux de tous, rien ne se passera bien. Je voudrais avoir les arguments où les mots pour la convaincre mais son passé. Ce qu’elle a traversé à la mort de sa mère, je peux comprendre qu’elle ne veuille pas que Noaly voit ça. Mais tous les cas sont uniques, rien ne prouve que Charly finira comme Joan. Tant de chose que j’aimerais qu’elle entende, qu’elle comprenne et que je serais là pour elle, aussi longtemps que son cœur battra. Mais ces derniers temps, j’ai l’impression de ne plus réellement exister à ses yeux. Je ne suis que le père de Noaly et ça me brise. Pas parce que Noaly mérite d’avoir sa mère tout au long de sa vie mais parce que Charly me manque à en crever à chaque minute qui s’écoule. M’installer au Bones, c’est une façon pour moi d’être avec elle-même si physiquement, elle est à des kilomètres. Toutefois la présence de Sunny me fait du bien. L’espace d’un moment, elle me fait oublier ma misérable existence. Sunny a cet étrange effet rassurant sur moi. Elle fait ressortir le meilleur en moi. Etrange et pourtant véridique. Surtout que c’est à se demander ce qui peut être meilleur en moi. Lorsque je prononce son prénom en entier, je la vois m’adresser ce regard assassin, ce qui a le don de me faire sourire doucement. Comme si j’ignorais à quel point elle détestait que je l’appelle comme ça.

« On ne connait jamais complètement une personne mais je sais que tu n’es pas là par hasard ou simplement parce que t’avais envie de me voir. » commençais-je en soutenant son regard. « certaines rencontres ont lieu à des moments bien précis de leurs existences, non pas parce que c’est le destin, mais parce que ces deux personnes ont plus à partager et que l’une et l’autre auront un impact sur leur avenir. » Non j’avais pas lu ça dans un bouquin de psycho. Ça me paraissait juste évident. « T’as ce sourire qui en dit trop long. T’oublie vite que Charly et Lynn l’avait en permanence pour me cacher combien elles souffraient. Si ça va pas, pourquoi tu me le dis pas simplement ? »

Tout comme Charly, elle pourrait chercher à me cacher des choses importantes de sa vie. Ma relation a toujours été basée sur l’honnêteté. Elle sait me secouer lorsque c’est nécessaire. Tout comme, je sais qu’elle tentera de faire ce qu’il faut pour qu’un jour je sois à nouveau heureux. Sauf qu’à mes yeux, ce bonheur ne rime qu’avec Charly et je ne suis pas prêt à faire une croix dessus. Ainsi, je ne tarde pas à l’assaillir de questions pour savoir ce qu’il en est réellement et la raison de sa présence ici. L’organisation d’un mariage. C’était son job et surement un contrat plutôt juteux pour elle. Une bonne raison pour se faire de la pub dans le coin. Déjà à ma proposition, je souris, emballé par l’idée que je puisse lui être utile. « Pas de problème. Le groupe de Josh se produit de temps en temps ici. » m’expliquais-je simplement. « Hé Walker, viens voir ! » interpellais-je le meilleur ami de Charly et celui qui parfois sur qui j’avais envie de frapper. Pas méchamment mais disons que j’aimais pas le savoir si proche de celle que j’aime. Etais-je jaloux ? Plus ou moins, parce qu’à lui elle lui parlait… tandis que moi. C’était si compliqué que même les voir rire ensemble pouvait me faire très mal. Mais ça, je me retenais bien de le dire. « Pour le lieux, j’pense que c’est toujours envisageable au Catalyst. Si tes employeurs sont prêts à débourser du fric, c’est faisable. J’peux toujours me renseigner… au pire, ça peut aussi se faire à la salle des fêtes. Après faut que tu m’en dises plus, sur le caractère et l’ambiance que tu veux donner ? Et pourquoi pas en extérieur ? » Hope Mills était une petite ville mais il fallait reconnaitre une chose, le parc et son caractère doux et romantique était prédisposé pour ce genre de fête. La ville avait vu plus d’un mariage d’organiser ainsi.

Ne pas parler de Charly me fait du bien. Avec Sunny, c’est l’avantage. Elle doit bien se douter que je ne tourne pas rond et j’ai pas réellement envie d’aborder le sujet de Charly à cet instant. Sa fille, Krystal, elle, a le don de me faire retrouver le sourire. Tout comme Noaly. C’est étrange ce sentiment. Certains parents ne l’éprouveront jamais mais les enfants ont un don pour faire changer une personne. Elle vous fait devenir tout de suite plus responsable, plus dépendant, plus inquiet et avec le recul, vous réalisez alors que ces moments avec votre enfant, sont ceux que vous chérissez le plus. Les plus beaux moments de votre vie. Quand elle me parle d’hôtel, j’arrive même pas à croire qu’elle ait pu envisager une telle chose. D’accord elle ne connait peut-être pas grand monde ici et que c’est ainsi qu’elle fait dans les autres villes mais pas ici. C’était juste hors de questions.

« Quels problèmes ? Et tu sais quoi, qu’ils parlent ! » répliquais-je impulsivement. « J’ai de comptes à rendre à personne. J’ai encore un bon souvenir de ton canapé, alors tu discutes pas. Et au moins, ça me permettra de passer du temps avec ma filleule ! » en rajoutais-je volontairement. Que Charly n’apprécie pas ? Qu’elle soit jalouse ? Au moins ça éveillerait un sentiment chez elle. Peut-être alors que ça me permettrait de mieux savoir où l’on en est. Car nos conversations se répètent en boucle dans mon esprit et ça ne m’aide pas à y voir clair à vrai dire. L’entendre parler de Krystal a quelque chose d’apaisant pour moi. Ça n’est plus Sunny mon amie, mais la maman qui parle. Ce genre de comportement est si évidemment et beau à mes yeux, que je ne peux m’empêcher de sourire. Tant de petites choses que j’ai loupées avec Noaly. Bien que j’ai assisté à d’autres moments privilégié, ça ne sera jamais pareil. La joie, la fierté qui lui dans les yeux de Sunny à cette seconde, il n’y a aucun doute quant à l’amour qu’elle porte à sa fille. Je ne peux pas m’empêcher de sourire devant autant de tendresse. Quant à sa dernière phrase, je me retiens de faire un commentaire. Etait-ce une bonne ou une mauvaise chose qu’elle ressemble à son père ?

La discussion finit hélas par dériver sur Charly et c’est loin de me plaire. Pourtant, je sais que je dois le faire. En parler. Pas seulement de notre histoire mais de mes problèmes. En particulier celui que j’ai avec l’alcool. Il y avait ces étapes. Etre honnête avec soi-même et envers les autres, les excuses, accepter son problème, le déni, tant de phases par lesquels je suis et je dois encore passer pour certaines d’entre elles. Je ne lui en avais jamais parlé. Pas que j’avais peur qu’elle me juge, mais c’était juste que jusque-là, j’avais encore tant de mal à me le dire devant un miroir alors le dire à une autre personne et affronter son regard, ça m’était difficile. A ses mots, je relève la tête, déglutissant difficilement.

« ça fera 8 mois dans deux semaines. » murmurais-je du bout des lèvres. « Je vais à mes réunions. J’ai une marraine… Enfin, ça va dans l’ensemble. » Du moins, j’essayais de m’en convaincre. Mais à ses mots, mon regard s’assombrit. Elle ne sait pas. Elle n’a pas compris ? Ma vie a déraillé, justement parce que je n’avais pas Charly. Qu’elle est mon ancre, la seule qui arrive encore à me maintenir dans cette sobriété. Parce qu’elle est là. Parce qu’elle est vivante. Parce qu’elle est un but dans ma vie. Je déglutis difficilement. Je ne veux pas blesser Sunny mais elle a tort. « Charly et Noaly sont toute ma vie. » la fixais-je, le regard voilé d’émotion. « J’ai merdé le jour où j’suis parti. Je le sais. J’ai compris… je peux pas me permettre de les perdre. J’ai besoin d’elles… » C’était pas des paroles en l’air. Mon équilibre c’étaient-elles. Reese aussi bientôt, lorsqu’elle sera prête à construire cette relation. Cependant, Charly et Noaly seront toujours les piliers de mon existence. Aujourd’hui, demain et dans cinquante ans.

Elle pense que justement mon histoire avec Charly va me faire perdre les pédales. Elle a tort. Je dévie alors du sujet en tentant de percer le mystère du père de Krystal mais déjà, elle est sur les charbons ardents. Je la fixe, me pinçant les lèvres.

« Non. Ça ne sera jamais pour le mieux. Un enfant doit grandir avec ses deux parents… même si c’est séparément. » répliquais-je plus buté que jamais. On m’avait menti pendant 20 ans sur mes parents biologique et même que j’avais des frères et une sœur. Alors Sunny pouvait penser bien agir mais elle avait tort. « C’est p’t’être pas le type, ni même qu’il sera le père idéal mais il a le droit de savoir. Tu crois pas que ça m’a foutu une claque quand j’ai appris que j’avais une fille ? » Je me doute qu’elle pense agir au mieux pour le bien de Krystal mais comment peut-elle en être réellement certaine. « Qu’il veuille ou non de cette paternité, il sera toujours son père biologique… même si ce type ne sera pas un modèle paternel pour elle. » m’expliquais-je en craignant un peu sa réaction. Tous les mecs n’étaient pas des salauds. Je pensais à Blake. On était si différent et pourtant, je l’ai vu en présence de Regan. Il était différent. Si différent que j’en restais décontenancé. Alors oui, il n’était pas le frère jumeau par excellence mais il était un mec suffisamment bon pour savoir faire sourire Regan. Et vu le passé de la jeune infirmière, je ne doutais pas que les débuts n’avaient pas dû être simple entre eux.

Noaly, c’est vrai que je la gardais à l’abri des regards. Surtout les premiers temps. Aujourd’hui, il était difficile de la retenir. Toujours à crapahuter à droite ou à gauche, à courir à travers les tables du Bones. Tout dépendait avec qui elle était. Avec moi, elle restait toujours d’un calme déroutant. Il n’était pas rares qu’en ma présence, elle se jette dans mes bras pour ne plus en bouger. Elle y recherchait bien souvent un certain calme. Ce qui avait pour effet de dérouté plus d’une personne et moi, j’en profitais comme à chaque fois. « N’en sois pas si sûre ! » répliquais-je lorsqu’elle m’assura qu’elle voudrait aller avec sa tata. Elle était cet étrange amalgame de nos deux personnalités, à Charly et moi. Aussi intrépide que calme par moments. Et d’une beauté incroyable. Elle avait toujours ce sourire aux lèvres qui ne cessait de me broyer le cœur. Chaque jour elle ressemblait un peu plus à Charly, avec cette lueur espiègle dans les yeux. « En effet, parce que j’compte bien te tirer les vers du nez ! » rajoutais-je en penchant la tête sur le côté. On me considérait peut être comme un type banal et bien dans l’ensemble mais, je voulais vraiment que Sunny se trouve ou se retrouve. Car tout bien escompté, elle ne semblait pas aller si bien qu’elle le laissait paraitre. Je lui souris doucement avant de finalement finir mon café.




_________________
"Love feels no burden, thinks nothing of its trouble, attempts what
is above its strength, pleads no excuse for impossibility,
for it thinks all things are lawful for itself and all things are possible.
"

© Thomas A. Kempis

Actuellement dans le coma
Concernant les comptes de Camden & Blake, merci d'envoyer les mp sur la boite de Noam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t150-noam-tanner-when-you-call-my-name-it-s-like-a-little-prayer http://dont-stop-believin.forumactif.com/t61-tanner-when-you-run-into-my-arms-we-steal-a-perfect-moment http://dont-stop-believin.forumactif.com/t59-noam-tanner-i-belong-to-you http://dont-stop-believin.forumactif.com
Invité

Invité

MessageSujet: Re: « Look at you… You’re just… like a mom. » ♥ SUNNY   Ven 3 Juin - 15:29

Josh passait au Bones quasiment tous les jours. Il était rare qu'il ne passe faire un tour dans le bar de sa meilleure amie. Il passait parfois juste en coup de vent, d'autres fois il restait des heures. C'était une sorte de QG. Aujourd'hui elle n'était pas encore là, dommage. Il était passé lui rendre des affaires oubliées chez lui et les laissa au barman avant d'en profiter pour prendre un rafraîchissement : une bière. Il était trop tôt pour un whisky ! Josh, des problèmes d'alcool ? Disons que si boire tous les jours quelques bières et souvent un verre de whisky en composant c'était être alcoolique alors oui il l'était ! Mais à dire vrai, il s'en foutait bien ! Il était rare qu'il sorte complètement bourré d'un bar alors...
Il n'avait pas remarqué Noam lorsqu'il était entré mais il reconnut aussitôt sa voix lorsque ce dernier l'interpella. Il se retourna et le jaugea un instant. « S'il te plait c'est pour les chiens ? » Entre les deux hommes c'était toujours tendu. Parfois tellement qu'une simple vanne aurait tout fait sauter. La jalousie pour Noam et... comment dire pour Josh ? La rancoeur ? Il n'était pas contre voir Charly avec un homme pour peu qu'il la rende réellement heureuse. Et ce n'était pas le cas de Tanner, qui pourtant persistait. Et chaque fois que Charly semblait enfin prête à passer à autre chose il revenait à la charge. Aimer vraiment ce n'est pas aussi savoir laisser l'autre partir ?
Remarquant la jeune femme à côté de lui et trop curieux pour faire son grincheux cent sept ans, Josh se leva avec sa bière et s'approcha de leur table. « Qu'est-ce qui t'arrive Tanner pour que tu ne puisses te passer de moi ? »dit il en souriant vers la jeune femme. Il lui tendit sa main libre. « Josh, enchanté . » Une jolie fille, inconnue de surcroît, comment pourrait il résister ? Etait elle de la famille de Tanner ? Une cousine ? Une ex ? Il tira une chaise d'une table voisine et s'installa comme s'il était le bienvenu.


Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

MessageSujet: Re: « Look at you… You’re just… like a mom. » ♥ SUNNY   Sam 9 Juil - 20:43

Il me connaissait trop bien! Il connaissait ce sourire que je mettais sur mon visage pour éviter certaines questions ou encore certains regards de pitiés ou de colère. Tout dépendrait de ma révélation à son égard. Je regardais un long moment le café devant moi, mon index caressant inlassablement le bord de la tasse pour me donner la contenance qu'il me manquait incroyablement. A ce moment ci, j'étais tiraillée entre lui dire à quel point, j'étais pitoyable pour choisir un mec ou lui mentir à nouveau sur toute la ligne. Que faire? Je sais qu'il n'est déjà pas très bien alors je préfèrerais ne pas y rajouter une couche. Mais m'en voudrait-il lorsqu'il comprendrait que je lui aie menti. Pffff je crois que je cogites bien trop pour le moment. Oui c'est ça, je devrais arrêter de penser et me laisser aller à lui faire confiance. Je soupire alors et je lui dis, remontant mon regard vers le sien:

Disons que j'avais besoin de changer d'air, de me libérer d'un mec un peu trop pesant. Je bois une grosse gorgée de mon café qui devient déjà légèrement froid puis je continue : Tu n'as pas idée à quel point je suis nulle pour choisir mes mecs. Bah là, j'ai fait la boulette de ma vie... Et pour le bien de ta filleule, j'ai décidé de venir te voir, de me cacher près de toi, ... J'ai juste besoin d'être près de quelqu'un en qui j'ai totale confiance... C'est tout! Le reste n'en parlons pas maintenant s'il-te-plait.

Pour ce qui en est de la question Blake, je préfère ne pas en parler ici, en plein milieu d'un bar, le bar de Charly en plus. Non franchement je crois que je préfères attendre le bon moment. Si il existe ce moment!

Son sourire me fait un bien fou. Non mais je vous jure, il semble tout heureux de pouvoir m'aider. Comme un gamin qui aide sa maman! Je sourie alors également de bon coeur. Mes lèvres s'agrandissent encore plus lorsque j'apprends que ce n'est pas de Blake dont il parle. Il s'agit d'un certain Josh que je ne tarde pas à remarquer. Il s'agit d'un beau brun, dragueur mais réellement magnifique! Ce nom, Walker, me dit quelque chose. J'ai juste le temps de demander, à voix basse, à Noam:

C'est pas le meilleur ami de Cha....?

Pas le temps de finir ma phrase que le jeune homme est devant nous. Oh là, déjà à la première phrase, je sens la tension entre les deux hommes. Il ne fallait pas être devin pour le comprendre me direz vous. Lorsque Josh se présente, je lui serre la main qu'il me tend et je lui répond avec un sourire enjôleur:

Je m’appelle Sunny... Et pour te dire la vérité c'est moi qui aie besoin de toi, pas Noam.

Je me mordille la lèvre inférieur et continue en lui disant:

J'ai besoin de tes talents de musiciens!

Noam et moi continuions la discussion sur le sujet soirée en vue... Nous parlions maintenant du lieu, Noam m'en proposa deux et me parla de l'ambiance et du fric que mon client acceptait de mettre dans sa soirée. Je soupirais à savoir tout l'argent qui allait transité pour une simple soirée d'anniversaire et je dis tout bonnement à mon meilleur ami:

C'est tout simple, j'ai budget illimité. Ils me demandent de la musique qui bougent, un endroit où l'on peut danser, faire la fête mais également avoir des endroits très très retirés où on pourrait flirter. Et oui, ce sont des gens qui ont beaucoup, mais vraiment beaucoup de fric!

Il n'accepte pas que je descente à l'hôtel comme à mon habitude. Il préfère malgré les futurs commérages à ce que loge chez lui avec ma petite chérie. Je ne suis pas tout à fait d'accord mais, pour dire la vérité, je ne peux rien lui refuser. Il est bien trop important pour moi! Et j'ai réellement besoin de lui et de son épaule pour m'y épancher. Pas tout de suite, il faut qu'il me laisse du temps mais... Je le regardais avec un petit sourire sur les lèvres et fini par lui dire après l'avoir embrassé sur la joue:

Tu es un ange mais tu ne sais pas à quoi tu t'attends.

Pas besoin d'en rajouter, ni de refuser, il aura tout de même le dernier mot. Il le sait et je le sais autant ne pas aller plus loin alors! Je me dis juste que c'est une petite ville, tout le monde se connait ici, j'ai peur de faire jaser, qu'il n'aie, à cause de moi, plus aucunes chance avec la femme de sa vie et de sa petite fille, Noaly. Nous parlons ensuite brièvement de Charly, je veux savoir où il en est. Non par curiosité mais parce que je m'inquiète pour lui, tout simplement. Et nous en arrivons au fait qu'il soit sobre depuis huit longs mois. Et oui, déjà huit mois qu'il a compris où était le plus gros problème et le fait que cela ne servait à rien de se mettre dans des états pareils. Ok, je sais, je peux parler mais je ne suis pas mieux que lui, loin de là. Il me dit que cela va dans l'ensemble, je ne le crois pas tant que ça mais je fais avec. Je préfère ne pas le brusquer et plutôt être là quand il en aura besoin. Il sait de toute façon qu'il peut compter sur moi quoiqu'il arrive.

Mais là, je crois que j'ai mis les pieds dans le plats, j'ai émis l'hypothèse que lui et Charly c'était de l'histoire ancienne, où plus précisément que c'est peut être à cause d'elle qu'il se met dans des états pareils. Ok j'aurais mieux faire de me taire. Je sais qu'il l'aime, je sais qu'il ferait n'importe quoi pour elle. Maintenant, je suis sure et certaine que cette fille ne le mérite pas. Mais ce ne sont pas mes choix. Je me promets ici, que je ferai tout ce qui est en mon pouvoir pour les remettre ensemble ses deux là, quoique cela me coute. Je mets alors mon bras sur son épaule et vient lui dire à l'oreille:

Tu sais, mon chéri, elle ouvrira un jour les yeux sur ton amour pour elle! Je te le promets!

Il dévie de ce sujet pour en arriver à ma fille, je lui dis alors me redressant:

Ok ok on en parle plus pour le moment mais si tu as besoin ... Enfin je suis là quoi!

Voilà que sans le savoir il défends son frère. Celui dont il m'a toujours dit tellement de mal. Je ne le regarde pas, je me contente de jouer avec ma petite cuillère. La faisant tourner, dans un sens, puis dans l'autre. Je me sens si mal de lui mentir... Et je n'ai jamais été aussi forte que lui pour changer de sujet. je dois bien l'avouer, cela n'a jamais été mon fort.

Écoute Noam, je crois qu'il le saura bien assez tôt. Et ce jour là, je risque de faire du mal à beaucoup de gens. C'était l'histoire d'une nuit, une simple et unique nuit... Et... Enfin je te promets qu'il l'apprendra bien assez tôt. Ok ça te va?

Je ne peux rien dire d'autre que la simple vérité. De toute façon, je suis pas dupe, je sais très bien qu'il l'apprendra que je le veuille ou non, si je reste dans cette ville. Mais ce que j'aime c'est la suite, nous parlons de nos enfants. Et là, tout n'est que bonheur et simplicité. Ils sont notre joie de vivre, nos bouffées d'oxygène. Je vois encore ma fille lors de son premier sourire, la joie qui a empli mon coeur lorsqu'elle a sourit à ma grimace. Non franchement qu'y a-t-il de plus beau que la maternité ou la paternité? Franchement, rien je crois! La regarder, jour après jour, devenir une magnifique petite fille me fait vivre et oublier tous mes malheurs. je ne sais pas où je serais sans Krystal! Je répondis à sa phrase avec de l'ironie dans la voix:

Oh mais je pourrai lui en raconter sur son si joli papa. Lui expliquer comment elle peut te faire tourner en bourrique, comment elle peut t'avoir par un immense sourire.

Même si je sais bien qu'elle sait déjà comme l'avoir. Je le connais trop bien, il a un coeur énorme sous son apparente force. Mais voilà qu'il m'annonce qu'il va me tirer les verres du nez. Je lui dis alors toujours aussi souriante:

Oh mais je comptais bien tout t'avouer mon cher Noam... Mais chaque chose en son temps! Si on fêtais nos retrouvailles?

Non je ne parle pas d'alcool, je ne suis pas idiote tout de même. Mais je suis sure qu'il trouvera bien un truc débile à faire et qui pourrait nous faire rire. Il sait surtout que j'aime jouer avec le feu, donc à lui d'être imaginatif. Comme la fois où nous nous sommes promener au dessus d'une falaise complètement ivre. Ou encore la fois où j'ai joué à traverser une grand route les yeux bandés.... Jouons et amusons nous!
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: « Look at you… You’re just… like a mom. » ♥ SUNNY   

Revenir en haut Aller en bas
 

« Look at you… You’re just… like a mom. » ♥ SUNNY

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hope Mills :: ▬ Hope Mills ▬ :: Bones-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit