AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 « Give up, it’s for the cowards .» ▬ Charly [TERMINE]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Age du personnage : 25 ans
Messages : 2123
Profession/Etudes : Mécanicien
Pseudo : sydney
credits : sydney
open pour un sujet ? : Yep

Tell me more
Statut: Craque pour quelqu'un
Relations:

ADMIN Aimer quelqu'un, c'est aussi aimer le bonheur de quelqu'un

MessageSujet: « Give up, it’s for the cowards .» ▬ Charly [TERMINE]   Lun 12 Juil - 16:25




Charly E. & Noam T.




Un lit d’enfant, une chambre à l’ambiance apaisante, des volets tirés. Une faible lueur parvient à travers les volets. Le petite fille aux boucles ébènes a finit par sombré dans ce sommeil nécessaire. Du pas de la porte, il profite entièrement de ce moment. Sa fille. Son bébé. La satisfation, le soulagement et un bonheur l’envahit. Noam n’a pas songé une seule seconde qu’il serait papa si jeune. C’est une responsabilité, surtout pour lui qui a tendance à ne pas se soucier de problèmes tel que l’argent. Depuis longtemps, il privilégie sa famille. Peut être est ce, ce qui fait de lui quelqu’un de différent. A moins que ça soit dû à avoir grandi entouré par Charly et Lynn. Toutes deux ont eu un impact sur sa vie. Faisant de lui quelqu’un de plus responsable, mâture. La preuve en est qu’aujourd’hui, il ferait n’importe quoi pour celles qu’il aime. Il s’avance vers Noaly et se penche naturellement sur elle. Ses lèvres effleurent sa tempe. Celle-ci ne bronche pas et il dégage tout doucement ses cheveux de son visage. L’air angélique qui se dessine sur son visage, a un effet rassurant sur Noam. Il ne lui a pas fallut plus de quelques minutes pour s’attacher à cette boule d’énergie. Sa ressemblance avec Charly le bouleverse à chaque instant mais il se retient de l’avouer. Car il y a trop à perdre. Cette simple pensée lui serre la gorge. « Repose toi, mon bébé. » souffle-t-il finalement avant de s’éloigner de la chambre à pas de velours.

Ça n’était pas le moment de penser à ça. Il se revoit encore, une heure plus tôt, en rentrant d’une virée au centre commercial. Comme usuellement, il a passé la porte et a pressé le bouton du répondeur. Il ne s’est pas s’il a bien fait, car il aurait voulu entendre autre chose que l’une des secrétaires de l’hôpital. Noam était tout d’un coup tombé de haut. La crainte de perdre Charly, de sombrer à nouveau dans le désespoir, des secrets, sans parler de ses foutu non-dits, ça le rendait dingue. Il cherche encore un moyen efficace pour arrêter son esprit de se créer une multitude de scénario. Sauf que Charly dévie le sujet de sa maladie à chaque occasion. Dire que ça l’énerve est peu dire. Car il ne sait toujours pas comment il est censé accepter cette situation. Comme un automate, il se rend dans la cuisine. Bien des mois auparavant, il aura profité de l’occasion pour ouvrir une bouteille et passer le reste de sa journée à boire pour oublier cette vie. Aujourd’hui, il s’est reprit en main et pour ne pas replonger, il doit s’occuper.

Une clé anglaise dans une main, un marteau dans l’autre puis une caisse à outil ouverte à coté de lui, il dévisse machinalement le syphon de l’évier de la cuisine. Qui dit vieilles maison, dit réparation. Caleb ne l’aurait jamais laissé posé ses mains sur sa propriété, s’il était encore là. Déjà qu’il n’avait pas apprécié qu’il lui vole son bébé. Un vague sourire traverse le visage de Noam lorsqu’il repense à Caleb Evans. Il était peut être effrayant à ses yeux mais c’était le genre de père qu’il veut devenir pour Noaly. Proche de sa fille, aimant comme un père ne peut l’être dans les rêves. Noam est persuadé qu’il peut créer ce même lien avec sa fille. Il veut être complice avec elle. Mais surtout, il veut que sa fille grandisse avec sa mère. Que Charly vive. Son esprit vaque sans lui demander l’autorisation tandis que ses doigts se démènent à colmater cette fuite d’eau. Après le changement de plusieurs joints, il a tout juste le temps de remettre les éléments en place qu’il entend le son particulier du moteur de la voiture de Charly. Elle allait passer la porte dans moins d’une minute. Les mains noircies par les éléments qu’il venait de remettre en place, il teste et vérifie que la fuite à disparu lorsque la porte d’entrée se referme. Il s’arrête une seconde – sa main à mi-chemin du robinet – avant de finalement l’actionner. Son regard quitte l’évier pour se poser sur elle.

Il voit ses forces l’abandonner au quotidien. Son visage pâle – bien que camoufler sous du maquillage –il ne le supporte plus. Tout comme le temps infini qu’elle passe dans la salle de bain pour lui cacher ses nausées. Il n’a pas fait d’études. La maladie, il ne la connaît pas réellement mais il a lu assez de choses pour comprendre que ça la rongera jusqu’à la dernière bonne cellule de son être. Noam est au bout du rouleau. Si elle ne veut rien faire, il prendra des mesures extrêmes quitte à l’obliger à se soigner de force. Lâchant un discret soupir, il l’observe une seconde supplémentaire. « Tu rentres tôt. »

Avec sa chance, elle allait le prendre de travers. Ces dernières semaines, la tension était récurrente entre eux. A croire qu’ils n’arrivaient plus à communiquer sans qu’un propos soit déformé ou mal interprété. Son attention revient alors à l’évier où il se lave rapidement les mains après s’être assuré que la fuite avait bel et bien disparu. La discussion qui allait suivre ne serait pas de gaieté de cœur mais Noam estimé qu’ils n’avaient plus le choix. Elle était nécessaire. Que ça soit pour leur couple, leur famille et pour le bonheur de leur fille. « L’hôpital a appelé. » Comprendrait elle ou il veut en venir ? Il ne sait guère. Le message était vague et lui, en avait déjà tiré certaines conclusion : qu’elle avait omit de lui dire qu’elle avait vu son médecin. Elle y était allé sans lui, ce qui avait pour répercussions de lui faire mal. Noam la connait. Elle fait encore l’autruche et refuse le traitement. Pour ça, il lui suffit de croiser son regard. De plus, vivre avec elle le lui prouve à chaque instant de leur vie ensemble. Mais en cette seconde, il se sentait terriblement blessé qu’elle le tienne à l’écart. C’était peut être sa vie et son corps mais c’était lui et Noaly qui souffrirait de sa disparition. A croire qu’elle agissait égoïstement en décidant pour eux. Il n’était pas prêt à endurer une seconde perte, encore moins celle de son âme sœur. Mécaniquement, il fait le tour du comptoir et l’observe du coin de l’œil, tandis qu’une part de lui se retient de l’attirer dans ses bras pour calmer chacune de ses craintes secrètes.






_________________
"Love feels no burden, thinks nothing of its trouble, attempts what
is above its strength, pleads no excuse for impossibility,
for it thinks all things are lawful for itself and all things are possible.
"

© Thomas A. Kempis

Actuellement dans le coma
Concernant les comptes de Camden & Blake, merci d'envoyer les mp sur la boite de Noam


Dernière édition par Noam Tanner le Sam 9 Avr - 16:47, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t150-noam-tanner-when-you-call-my-name-it-s-like-a-little-prayer http://dont-stop-believin.forumactif.com/t61-tanner-when-you-run-into-my-arms-we-steal-a-perfect-moment http://dont-stop-believin.forumactif.com/t59-noam-tanner-i-belong-to-you http://dont-stop-believin.forumactif.com
avatar
Messages : 1494
Pseudo : Lili
credits : .lollipops & tumblr
open pour un sujet ? : Yep

Tell me more
Statut:
Relations:

    BITCHYADMIN▬ Fly me to the moon

MessageSujet: Re: « Give up, it’s for the cowards .» ▬ Charly [TERMINE]   Lun 26 Juil - 0:58


@tumblr

Everyday we ignore how completely broken this world is and we tell ourselves it’s all going to be okay, but it’s not okay. Once you know that…there’s no going back.