AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




 

Partagez | 
 

 TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Messages : 1494
Pseudo : Lili
credits : .lollipops & tumblr
open pour un sujet ? : Yep

Tell me more
Statut:
Relations:

    BITCHYADMIN▬ Fly me to the moon

MessageSujet: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Dim 23 Mai - 13:29

TOPIC COMMUN.




    John Steinbeck a écrit : « le changement arrive comme le petit vent qui agite les rideaux à l’aube et le parfum furtif des fleurs sauvages que l’herbe chevauche. » Le changement est une constante de la vie de chaque être humain. Jetez un œil en arrière. Pouvait vous honnêtement dire que votre vie d’aujourd’hui est la même qu’il y a un an ? Qu’il y a un mois ? Une semaine ? Le changement est une évidence. Parfois il est tout ce qu’on attend, parfois il est effrayant, mais quoi qu’on en pense, le changement arrive toujours. On ne peut pas lutter.


Samedi est enfin arrivé. Le feu de camp va débuter. A minuit, le maire posera une torche dans le bateau et tous nos souvenirs disparaitront. Malheureusement, une fine pluie s'est posée sur la ville. Rien d'inquiétant, mais n'oubliez pas votre coupe vent. Surtout n'oubliez pas de vous amuser. Que la fête commence.

  • Vous pouvez poster à la suite. Pour le bon déroulement de l'histoire, il faudrait respecter certaines règles.
  • Essayez de parler avec tout le monde.
  • Respectez la chronologie de l'histoire.


ENJOY

_________________

    ── THE STORY GOES ON WITHOUT YOU ──
    And there's got to be another ending. But yeah you broke my heart. It won't be the last time but I'll get over them too. As a new door opens we close the ones behind. You mixed me up for someone who'd fall apart without you. Yeah you broke my heart for the first time. But I'll get over that too.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 1494
Pseudo : Lili
credits : .lollipops & tumblr
open pour un sujet ? : Yep

Tell me more
Statut:
Relations:

    BITCHYADMIN▬ Fly me to the moon

MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Dim 23 Mai - 14:48

Le temps était grisâtre pour un jour de mai. La météo avait annoncé de la pluie pour ce soir. Pourtant toute la ville était dehors. Le feu de camp était une institution à Hope Mills. D’aussi loin qu’elle s’en souvienne, Charly y était toujours allé. Petite avec ses deux parents, plus grande uniquement avec son père, adolescente avec la bande d’ami. Tout le monde y venait pour faire table rase du passé. Même les plus petits avaient le droit de jeter un de leur jouet. Selon une vieille tradition, bruler un élément solide de notre passé permettait de faire le deuil de tout ce qui ne s’était pas bien passé. C’était une croyance populaire. Il y a deux ans, elle avait trouvé ça complètement ridicule. Quand elle avait brulé, une photo de Lynn et Noam, rien ne s’était passé. Elle s’était attendue à un miracle, à ce que toute la douleur cesse. Rien ne s’était passé. La douleur n’avait jamais cessé. Cette douleur commençait doucement à s’amenuiser. Elle revenait par piques, malheureusement. Comme ce matin, quand elle avait vu Noam parlait à Sara. Son cœur s’était serré et son estomac avait failli rendre. Si elle n’avait pas eu sa fille dans les bras, elle aurait été les rejoindre pour leur montrer sa façon de penser. Mais Noaly avait dit « mama » et Charly avait fait comme si elle ne les avait pas vus.

Charly se faisait une joie d’aller à cette soirée ce soir avec Noam, leur fille et leurs amis. Maintenant, elle avait seulement envie de râler. Et pas après n’importe qui. Seulement de râler après Noam. Parler avec Sara ! Que Noam parle avec des filles, elle pouvait l’accepter. Qu’il parle avec Sara, pire qu’il rigole avec Sara, elle ne l’acceptait pas du tout. Sara n’était pas n’importe qui. Elle avait fait de la vie de Charly un enfer quand ils étaient au lycée, toujours à draguer Noam et à rendre vulnérable la jolie brune.

« J’arrive pas à croire que t’as quitté la ville alors que c’est la soirée qui faut pas manquer. » Au téléphone avec son meilleur ami, elle ne pouvait s’empêcher de pester contre le jeune Walker. Elle aurait bien eu besoin de son soutien aujourd’hui. « Tu seras avec Noam de toute façon » « J’en sais rien. » « Comment ça t’en sais rien ? Tu sais toujours tout. » « Très bien, j’ai pas envie de passer la soirée avec lui. » « Qu’est ce qui s’est passé ? » « Rien. » « Vous vous êtes disputé ? » « Non je me suis pas disputé avec lui. » « Tu me donnes l’autorisation de le frapper ? » Charly réfléchit quelques secondes. Elle était bien tentée de dire oui. Pourquoi était-elle devenue si responsable ? C’était chiant. « Non, tu peux pas... Bon juste un petit cou dans le ventre. » « Ca marche. Je dois y aller Lily, je te rappelle demain. »

Elle raccrocha et se tourna vers sa fille qui jouait dans son parc. « On va se préparer pour rejoindre tatie Joyce ? » Elle attrapa sa fille et partit vers sa chambre. D’après la météo, ils allaient pleuvoir. Noaly se remettait encore de sa greffe. Il fallait faire attention et Charly refusait de mettre la vie de sa fille en danger pour rien.

« Mama doudou. » Charly sourit et lui tendit son doudou alors qu’elle remettait sa capuche sur la tête de sa fille. Peu de personnes étaient encore arrivées sur la plage. Après tout, il était encore tôt. Les gens allaient arriver. Descendant sur le sable, elle regarda autour d’elle à la recherche d’un visage amical, qui ne sera pas Noam.

_________________

    ── THE STORY GOES ON WITHOUT YOU ──
    And there's got to be another ending. But yeah you broke my heart. It won't be the last time but I'll get over them too. As a new door opens we close the ones behind. You mixed me up for someone who'd fall apart without you. Yeah you broke my heart for the first time. But I'll get over that too.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Dim 23 Mai - 17:51

    Samedi. De loin la journée préférée de Joyce. Pas de travail, pas de contrainte, une matinée entière où elle pouvait dormir aussi longtemps qu’elle le souhaitait, et une après-midi libre, à traîner, ou sortir prendre quelques photos. Certes, elle était passionnée par son métier d’institutrice, mais elle adorait encore plus ne rien faire du tout. Lorsqu’elle se leva, son réveil affichait 11h45. Elle eut un sourire, car aujourd’hui encore, elle zapperait le repas de midi et le remplacerait par un petit déjeuner consistant. Elle terminait son bol de café au lait lorsqu’elle se souvint que ce soir-là avait lieu le traditionnel feu de camps d’Hope Mills, dont le but était de célébrer les changements passés pour aller de l’avant. Contente que son programme de la soirée soit déjà tout tracé, et ragaillardie par l’idée de voir tout son petit monde (sa famille comme ses amis, puisque toute la ville ou presque se déplaçait pour l’événement), elle enfila un jeans et un tee-shirt confortable avant de s’installer devant son ordinateur portable.

    Elle consulta ses mails. Pas de nouveau message, seulement une suite de courriers électroniques provenant de Noam et datant de sa petite fugue. Elle soupira, et, tirant son téléphone portable de sa poche, elle tapa avec agilité un SMS : « J’espère te voir au feu ce soir ! See you, No. » qu’elle envoya à Noam. Elle manigançait plus ou moins secrètement dans l’idée de rabibocher définitivement son meilleur ami et sa meilleure amie. Ils étaient faits pour être ensembles, et elle ne comprenait pas pourquoi ils mettaient tant de temps à tourner la page. Ils avaient la chance de savoir leurs sentiments réciproques, Cha’ n’était plus fiancée, lui était de retour, ils avaient récupéré la garde de Noaly ; tout semblait donc en place, ou presque.

    Elle passa un moment devant l’écran, écoutant de la musique et retouchant quelques uns de ses clichés. Il fallait qu’elle en fasse imprimer, notamment des portraits de Noaly qu’elle trouvait adorables. Charly serait ravie. Elle se pencha ensuite sur les activités ludiques qu’elle pourrait proposer à ses élèves le lundi suivant, et la journée passa tranquillement.

    Aux alentours de 18h, elle se fit couler un bon bain, et prépara mentalement sa soirée. Que pouvait-elle emmener ? Le changement faisait forcément partie de la vie, mais il pouvait parfois être dur de le fêter. Comme deux ans plus tôt, après la perte de Lynn. Elle aurait bien fait brûler un bibelot quelconque, mais cela aurait été comme trahir l’esprit du feu de camp. C’était une tradition très en vogue malgré qu’il ne s’agisse que de superstition. Elle réfléchit un instant. Les seuls changements de cette année avaient été le retour incongru de Jessie et de Noam, mais elle ne pouvait que s’en réjouir. Peut-être le groupe avait-il une chance de se retrouver ? C’est ce qu’elle espérait du moins.

    C’est alors que ses pensées dérivèrent vers Casey. Elle s’interdisait généralement de trop y penser, le fait qu’ils se soient tant éloignés alors qu’il n’avait même pas quitté la ville était encore plus douloureux. Elle aurait presque préféré qu’il fuit, comme l’avaient fait Jess’ et Noam. Là, la situation lui paraissait irrémédiable, le jeune homme avait totalement arrêté de sortir, se concentrant sur ses études de droit. Elle savait qu’elle n’aurait pas du (car elle n’avait aucune raison de le faire), mais Joyce l’avait prit personnellement.

    Voilà ce qu’elle devrait brûler. Casey. Enfin, pas lui, mais les sentiments malsains qu’elle entretenait à son égard depuis le lycée, et qui la bouffaient. Elle n’avait jamais eu de relation sérieuse, et elle n’était pas dupe : elle savait pertinemment que cela été du à son manque de confiance en elle associé au fait qu’elle ne pouvait pas s’empêcher de comparer tout le monde à Casey.

    Elle enfila un autre jeans, un tee shirt, et prit un gilet à capuche. Le ciel était gris, mais la température était haute. Elle n’aurait pas été étonnée si un orage de chaleur éclatait dans la nuit… A peine avait-elle pensé ça qu’une bruine désagréable se mit à tomber. Elle ramena ses cheveux blonds en une queue de cheval. Pensant rapidement qu’elle ne devait ressembler à rien, ainsi coiffée, habillée à la va-vite, et à moitié maquillée, elle arriva sur la plage.

    « De toute façon, tu ne croiseras pas Caz, ça m’étonnerait fortement qu’il daigne sortir… » pensa-t-elle, avant de s’auto-réprimander. Ce n’était pas comme ça qu’elle allait tenir sa résolution, mais les vieilles habitudes ont la vie dure, comme on dit.

    Quelques badauds marchaient, d’autres étaient attroupés à la buvette, certains encore près du bateau. Elle dégaina son appareil photo, et était en train de s’amuser à photographier tout et rien par-ci par-là lorsqu’elle avisa Charly qui arrivait avec le petite Noaly à travers son objectif. Elle laissa retomber l’appareil autour de son cou et marcha dans leur direction.

    « Hey, Cha ! » appela-t-elle, pour attirer son attention.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 238
Pseudo : VIP
credits : moi
open pour un sujet ? : yep

Tell me more
Statut: Craque pour quelqu'un
Relations:

♠ Ce qui me brise, c'est pas que tu t'appuies trop sur moi, c'est que tu m'abandonnes

MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Mar 25 Mai - 22:34



    En cette journée de relâche, Blake avait erré un moment en ville. Cet endroit respirait la vie, la famille. Tout ce à quoi, il ne croit pas un instant. Il est un enfant de l’assistance. Les premières années de sa vie n’ont pas été un calvaire en tout point mais il n’a pas une once d’optimisme en lui. Très jeune, il a été frappé par la réalité. Ainsi, il ne se fait aucune illusion. Paradoxalement, c’est un rêveur au grand cœur. Ne pensez pas que le grand public connaitrait tout de lui. Blake est un solitaire. Il voyage sans bagage hormis sa guitare et sa chevrolet Impala. La voiture de son père. Le seul souvenir qu’il ait de ses parents adoptifs. Il n’est pas expansif mais possède une détente rapide. Tant et si bien que celui qui ose venir le distraire n’est jamais à l’abri de recevoir un coup. En parlant de ça, pas plus tard que la veille, il en était arrivé aux mains avec Austin. Ce type était décidément insupportable. Blake ne comprend vraiment pas comment Regan a pu l’épouser un jour. Etant donné que c’est pas ses oignons, Blake ne risque pas de s’en mêler.

    En début de semaine, il avait entendu parler de cette soirée. Il n’en pense pas grand-chose. Paraît que c’est une fête annuelle. Blake ne voit pas vraiment l’intérêt d’une tel soirée. A vrai dire, il n’y a rien de son passé qu’il pourrait brûler, si ça n’est son âme. Il est dans cette ville depuis quinze jours et il rêve déjà d’en partir. Il refuse de penser à la nuit qu’il a passé avec Regan. Il n’est pas sur qu’Austin sache qu’il soit parti avec Regan ce soir précis. Sa guitare accroché dans son dos, il s’avance vers la plage. Ses pieds s’enfonçant dans le sable, la premier souvenir qui traverse son esprit, c’est le moment où Regan avait décidé de prendre un bain de minuit. Etrangement – tant est si bien que c’est une chose rare – Blake se surprend à sourire à ce souvenir. Il y avait eu tant d’électricité entre eux, de tels tensions qu’il n’aurait jamais cru sa possible. Y penser, le fait frémir. Il a connu les femmes, les hotels et pourtant Regan est la seule qui soit parvenu à attirer son attention. Il s’aperçoit que les gens commencent à se presser sur la plage. Comme à son habitude, il se trouve un petit coin à l’écart, d’où il a une vue imprenable sur le bateau et les autres habitants. Il aperçoit deux jeunes femmes allant à la rencontre l’une de l’autre et une petite fille aux boucles brunes, dépassant de sa capuche. Blake aime rester l’anonyme. C’est plus fort que lui. Bien que depuis son arrive, il soit souvent dévisagé, il arbore toujours cette tenue passé partout. Un jean élimé à force d’être porté et un tee shirt dissimulé par un sweet à capuche. Ainsi vêtu, il n’a absolument rien de l’artiste. Il est juste ce type qui veut simplement se fondre dans la masse et jouer de la musique pour son propre plaisir. Seulement, il semble que dans cette ville, personne n’ait comprit qu’il cherchait juste la paix.




_________________

Lost and afraid to be with you


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t151-n-blake-rivers-no-one-knows-what-its-like-to-be-the-bad-man-to-be-the-sad-man http://dont-stop-believin.forumactif.com/t63-rivers-come-with-me-in-hell http://dont-stop-believin.forumactif.com/t56-n-blake-rivers
avatar
Messages : 174
Pseudo : CLUMSY
credits : (c) Shyia
open pour un sujet ? : nope

Tell me more
Statut:
Relations:

    REGAN ▬ Girl with a broken smile

MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Dim 30 Mai - 22:44

Remettant la capuche de gilet sur sa tête, Regan s’empressait de quitter l’hôpital. Elle avait enfin fini sa garde de 24 heures et elle ne souhaitait pas rester une minute de plus sinon elle y passerait sa vie. Elle voulait voir sa fille, passer du temps avec elle et se reposer. Depuis le début de la semaine, elle n’avait pas une minute à elle. Elle enchainait les gardes, officiellement parce qu’elle avait besoin d’argent. Officieusement, elle évitait de croiser Austin. Un matin, en emmenant Heaven à l’école, elle l’avait vu attendre devant son appartement. Elle refusait de le laisser entrer une nouvelle fois dans sa vie et surtout dans celle de leur fille. Il était hors de question qu’il ait un quelconque rapport avec elle. Elle ne savait pas ce qu’il voulait en revenant à Hope Mills, mais valait-il mieux qu’il ne s’approche pas d’elle. Encore moins de leur fille. Regan était une lionne. On touchait à sa progéniture et elle attaquait. Très vite, elle se retrouva devant la maison de son enfance où ses parents vivaient toujours. Heureusement que ses parents étaient là. Ils avaient très mal pris l’annonce de son mariage, mais avaient été plus que conciliant à l’annonce de sa grossesse. Ils étaient gagas de Heaven et qui ne le saurait pas face à sa bouille enfantine et ses longues boucles blondes. Par bien des aspects, elle était le portrait craché de la jeune Bishop.

« Mamaaaan. » Sa fille se jeta dans ses bras et Regan l’intercepta. Sa fille était une réelle boule d’énergie. Rien ne l’épuisait contrairement à Regan qui était constamment épuisée. Elle déposa un baiser sur sa joue alors que déjà sa fille lui racontait sa journée. C’est dans des moments comme ça qu’elle regrettait de travailler autant. Même si elle aimait son travail, parfois, elle avait l’impression qu’en enchainant les gardes, elle ratait les grands moments de la vie de sa fille. « Avec mamie, on voulait aller bruler le bateau. Z’ai même trouvé zque ze voulais bruler. » « Ah oui et quoi ? » « Ze platre que z’avais. » « Tu vas le chercher alors qu’on puisse aller le bruler » « Troop cool. » Regan déposa sa fille sur le sol, qui couru vers une fusée dans la chambre qu’elle avait pour aller chercher le platre qu’elle avait eu au bras quand elle était tombée de la balançoire lors d’une sortie au parc avec la grande sœur de Regan. Il en va sans dire que sa grande soeur n'a plus jamais eu le droit de s'occuper de sa fille. « T’es sur que tu veux y aller ? Ton père et moi on peut l’emmener. » « Nan maman, ça va. » « T’as l’air fatigué. » « Je vais bien. » Avec sa mère, c’était toujours le même refrain. Selon elle, elle ne mangeait pas assez, ne dormait pas assez et s’investissait trop. C’était pire depuis que Regan avait passé la soirée avec Blake. Bien sur, elle ne l’avait pas dit à sa mère, mais elle avait soupçonnait quelque chose. Après tout, sa mère avait gardé Heaven pour que Regan puisse dormir et elle était revenue chercher sa fille, la tête dans les nuages et encore plus fatiguée. « Ze suis prête. »


Regan dit au revoir à sa mère et habilla sa fille avant de sortir, en direction de la plage. Sa main dans celle de sa fille, elles arrivèrent très vite à destination. Heaven ne cessait de lui raconter pleins de choses, mais Regan ne l’écoutait plus. Son esprit se tourna vers la soirée d’il y a une semaine, vers Blake et la jolie parenthèse qui lui avait offerte dans sa vie. Elle ne l’avait pas recroisé depuis cette soirée, mais elle se surprenait à avoir envie de le croiser. Même si elle savait que le moment était passé et que ça ne serait plus pareil. Rien n’était jamais pareil.

_________________

    It's all about your cries and kisses, those first steps that I can't calculate. I need some more of you to take me over. If I had the chance to start again, then you would be the one I'd come and find.
    MAYBE THERE'S A CHANCE OUR WALLS MIGHT FALL.


Dernière édition par Regan Bishop le Mar 22 Juin - 13:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Age du personnage : 25 ans
Messages : 2123
Profession/Etudes : Mécanicien
Pseudo : sydney
credits : sydney
open pour un sujet ? : Yep

Tell me more
Statut: Craque pour quelqu'un
Relations:

ADMIN Aimer quelqu'un, c'est aussi aimer le bonheur de quelqu'un

MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Dim 6 Juin - 0:41


    19 heures 30 passé de quelques minutes, il était encore dans son appartement, celui là même qu’il avait partagé avec Charly quelques années plus tôt. Appuyé contre la commode, ses doigts jouait avec ce petit écrin sombre. Depuis bien longtemps il aurait du faire ça. Il l’ouvre, le referme, le rouvre, le referme. D’un geste nerveux, il hésite. Est-ce le bon moment pour eux ? Que doit il lui dire pour la rassurer et la convaincre que c’est la bonne, cette fois ci ? Noam a souffert. La douleur n’a pas disparu, elle est simplement latente. La disparition de Lynn a brisée sa vie. Pourtant, il est revenu et aujourd’hui il est de nouveau envahi par un espoir incroyable. Son histoire avec Charly n’est pas condamné comme on aurait pu le croire. Noaly en est la preuve vivante. Sans elle, peut être n’en seraient-ils pas à tenter de recoller les morceaux et à se donner une nouvelle chance ensemble. Les secrets et les non-dits ont encore une part importante de leurs vies. En y regardant de plus près on y remarque pourtant que tout pourrait presque être parfait entre eux. Pas une seule ombre au paysage. L’écrin ouvert devant lui, cette bague sertie d’un diamant luit comme deux auparavant lorsqu’une toute autre jeune femme la portait à son doigts.

    FLASHBACK

    Spoiler:
     

    FLASHBACK

    Lynn avait déjà raison à l’époque. Noam se doit de l’admettre. Pas qu’il n’était pas attentif à la jeune femme. Noam a toujours été protecteur et attentionné avec Charly. Même quand il n’aurait pas dû. Aujourd’hui, il réalise qu’elle n’aura surement jamais le mariage dont elle rêvait. Pas à cause de lui. Pas par rapport à leurs sentiments. C’est quelque chose qui n’a rien à voir. C’est juste que les personnes qu’elles auraient souhaité à son mariage ne pourront jamais être présent. Sa famille, Lynn. Si ça représente peu en personne, c’est énorme pour elle. Alors Noam réfléchit à la question. Comment lui apporter l’assurance de sa loyauté, de son amour et d’une promesse sans avoir à passer devant un curé ? Il n’a que cette bague. Une bague qui a appartenu à Lynn. Bien qu’elle fasse partie de l’héritage des Tanner - et que la colère de Noam n’est toujours pas redescendu vis-à-vis d’eux – C’est l’une des rares choses de valeurs qu’il peut lui offrir. Car devant ce bijou, il sait qu’elle comprendra sa démarche. Ça ne serait jamais une simple bague mais l’assurance de faire partie de la famille. Une vraie famille. Il referme d’un coup sec l’écrin et le fourre dans sa poche.

    Un coup d’œil à sa montre, il grogne une bordée de juron en songeant qu’elle va lui remonter les bretelles parce qu’une fois de plus il est en retard. Pourtant, c’est avec un certain sourire qu’il claque la porte de l’appartement derrière lui. Il a également prit ce qu’il brûlerait ce soir. Ça aurait pu être n’importe quoi qui l’aurait ramené à la mort de Lynn ou au Tanner. Mais ça n’est là-dessus qu’il veut tourner la page. Bien plus de temps sera nécessaire pour ça. Car ses problèmes sont nombreux. En l’espace de deux ans, il est devenu un autre. Un autre qui n’aurait jamais du voir le jour. Un type qui a vécu entre les odeurs de moteurs et vapeurs d’alcools. S’il devait assurer à ses proches qu’il tournait la page, c’était sur ce point là qu’il devait s’y tenir. La vieille veste puante qu’il a porté durant ses années, est la preuve formelle de l’homme qu’il ne veut plus jamais redevenir.

    Trouver une place près de la plage n’est pas simple, c’est pourquoi il se gare près de la ville et termine le chemin à pied. Sauf que c’était sans compter sur ce mauvais temps. La capuche de son sweat rabattu sur sa tête. Il avance sans regarder devant lui jusqu’à la plage. Le vent se lève et déjà, à peine relève-t-il la tête qu’il reconnait quelques personnes. Au loin, il distingue une forme. Un homme et une guitare sous le bras. Plus loin, il reconnait la jolie infirmière qui n’avait pas arrêté de lui dire combien Noaly était craquante. Regan et sa fille. Il avait toujours eu un bon feeling avec elle. Et puis, elle avait du caractère ce qui n’avait rien pour lui déplaire. Ses yeux oblique alors en direction du bateau lorsqu’il entend une voix crier une syllabe. Et entre mille, il n’y en avait qu’une pour être aussi familière. Il les voit alors. Ce sourire tendre se dessine sur son visage. Il prend alors lentement leur direction, s’approchant dans le dos de Charly. Son regard croise celui de Noaly et il glisse son index en travers de ses lèvres pour lui faire signe de ne pas faire de bruit. Il continue alors sa progression sans bruit. Une main se pose sur la hanche de Charly tandis qu’il dépose un baiser sur le bout du nez de sa fille. Une seconde plus tard, son souffle parcourt le cou de Charly d’un rapide baiser. Il remarque alors que les gens se pressent désormais par poignée sur la plage à l’occasion de cet évènement annuel.

    « - Comment vont les femmes de ma vie ? » enchaine-t-il spontanément avec un clin d’œil pour Joyce.


_________________
"Love feels no burden, thinks nothing of its trouble, attempts what
is above its strength, pleads no excuse for impossibility,
for it thinks all things are lawful for itself and all things are possible.
"

© Thomas A. Kempis

Actuellement dans le coma
Concernant les comptes de Camden & Blake, merci d'envoyer les mp sur la boite de Noam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t150-noam-tanner-when-you-call-my-name-it-s-like-a-little-prayer http://dont-stop-believin.forumactif.com/t61-tanner-when-you-run-into-my-arms-we-steal-a-perfect-moment http://dont-stop-believin.forumactif.com/t59-noam-tanner-i-belong-to-you http://dont-stop-believin.forumactif.com
Invité

Invité

MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Jeu 10 Juin - 19:38

    * C'est à ce moment là que Leanne fit son apparition au grand rassemblement. Jamais elle n'avait vu un tel évènement. A Boston d'où elle venait, ils ne faisaient pas bruler des objets dans un bateau. Ca parraissait un peu curieux. Elle avait beaucoup entendu parler de cette tradition depuis qu'elle était là. C'était sur toutes les lèvres. D'après ce qu'elle avait pu comprendre, c'était pour faire table rase du passé pour pouvoir aller de l'avant. Mhmm... Peut être qu'elle aurait du s'y essayer. Mais elle n'était pas vraiment là pour ça pour le moment, même si elle avait emporté quelque chose dans le fond de sa poche.

    Leanne avait débouché sur les quais par une petite ruelle et elle s'était arrêtée pour rester à l'écart le temps de regarder ce qu'il se passait. Des gens de tous les ages étaient déjà là. Certains déposaient des objets, d'autres regardaient en bavardant. Il semblait régner une atmosphère de fête, mais c'était assez bizarre. Leanne frissonna en remettant sa capuche de gilet qui avait un peu glissé. Elle ne connaissait pas les gens d'ici, du moins pas encore. Pourtant, de l'endroit où elle se tenait, elle cherchait des yeux quelqu'un. Ses yeux se mirent à briller lorsqu'elle l'aperçu de loin, avec une fille et un bébé visiblement. Elle senti son coeur se serrer. Elle ne connaissait rien de cet homme qui pourtant était son frère, enfin... *


      f l a s h b a c k

      - 9:00 AM; arrêt de bus

        * Leanne avait voyagé toute la nuit pour arriver enfin à destination. Le départ de Boston n'avait pas été évident. Depuis qu'elle avait envoyé la lettre à Noam et qu'elle n'avait pas eu de réponse, elle se torturait l'esprit. Est-ce qu'il l'avait recu ? Est-ce qu'il lui était arrivé quelque chose et c'était pourquoi il ne répondait pas ? En ayant mare d'être dans l'incertitude, Leanne était donc partie, ne laissant qu'un mot à ses parents adoptifs pour pouvoir éviter les larmes. Elle ne voulait pas voir sa mère pleurer. Elle posa un pied hors du bus et leva les yeux vers le ciel. Ce samedi était bien nuageux, elle se demanda furtivement si c'était un signe mais elle chassa l'idée de son esprit et abatti la capuche de son gilet gris sur sa tête. Elle resta près de l'arrêt de bus pendant quelques minutes en observant autour d'elle. Hope Mills était une jolie ville, même sous la pluie. Elle revint à la réalité quand une voiture passa devant elle à toute vitesse en klaxonant. Elle devait trouver son frère. Oui, Leanne avait décidé d'approcher son frère avant d'aller voir ses parents, même si elle avait un mauvais pressentiment. La jeune blonde sorti un morceau de papier où elle avait noté une adresse qu'elle avait trouvé sur internet. Après avoir arrêté plusieurs passants pour leur demander de l'aide pour se diriger, la miss tomba enfin sur le bon immeuble.

        7A Soquel Avenue. Lee' leva les yeux pour regarder le haut de la tour puis pris une inspiration, remit son sac de voyage sur son épaule, pris son courage et elle entra dans l'immeuble en même temps qu'un résident sortait. Toute une série de question grouillait dans sa tête. Tout était incertain. Elle n'était même pas sure de savoir quoi dire. "Hey, i guess i'm your sister", comme Leanne avait vu une fois dans une série télévisée où un frère venait trouver sa soeur qu'il n'avait jamais vue. Non ca n'allait pas. Tandis qu'elle montait l'escalier, oui elle était phobique des assenceurs, elle sentait son ventre lui faire de plus en plus mal. Elle arriva enfin au bon étage. Elle resta dix minutes devant la porte de l'appartement sans rien faire, sans rien dire, sans sonner. Si quelqu'un était passé par là elle aurait eu l'air maligne. Elle ferma les yeux, inspira calmement de nouveau puis elle frappa trois coups. Elle se rendit compte qu'elle avait oublié d'enlever sa capuche. Elle réparra cette erreur au moment où la porte s'ouvrit. Son visage encadré de ses cheveux qui lui arrivaient au niveau des épaules se releva pour croiser le regard de Noam. Ils avaient les mêmes yeux. *


          - Noam Tanner ?


      f l a s h b a c k


    * Leanne ne savait pas trop quoi faire. Lorsqu'elle avait vu Noam le matin même, il lui avait parlé de ce feu de camp et lui avait suggéré de venir. Enfin, elle ne savait pas trop si il lui avait dit de venir ou non mais elle s'était dit que peut être il pourrait lui en dire plus sur sa famille biologique. Maintenant qu'elle le voyait là avec un bébé, elle ne savait plus trop quoi faire. Elle avança de quelques pas puis s'arrêta de nouveau. Non, elle allait attendre un peu, ce n'était pas le bon moment. *
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 1494
Pseudo : Lili
credits : .lollipops & tumblr
open pour un sujet ? : Yep

Tell me more
Statut:
Relations:

    BITCHYADMIN▬ Fly me to the moon

MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Jeu 10 Juin - 23:18

« Mama doudou. » Charly donna à sa fille son doudou. Elle avait du mal à croire à quel point sa vie avait changé en quelques mois. Il y a encore trois mois, elle était fiancée à un gentil médecin qui faisait tout pour la rendre heureuse. Elle était brisée parce qu’elle avait perdu sa meilleure amie et qu’elle avait du abandonner sa fille. Aujourd’hui, elle se reconstruisait peu à peu. Elle avait récupéré la garde de sa fille et s’épanouissait dans son rôle de maman. Les choses changeaient trop vite au gout de la jolie brune, de plus en plus effrayée par son futur. Elle n’était plus la petite fille apeurée de perdre les gens qui lui tenaient à cœur. Elle en avait déjà perdu beaucoup. Désormais, sa seule peur était de faire souffrir les gens qu’elle aime.

Un éclair gronda dans le ciel et Charly resserra sa prise sur sa fille, s’assurant qu’elle était bien couverte. Beaucoup de choses avaient changé, en effet. Pourtant certaines choses restaient toujours les mêmes. Même après deux ans de séparation, certaines choses restaient immuables. Il se faufilait toujours en douce pour passer du temps avec Sara. Avec Sara ! Il lui faisait des promesses de futur et dès qu’elle avait le dos tourné, il allait passé du temps avec elle. Elle avait été stupide de penser qu’un jour il aurait pu résisté à Sara. Après tout, elle était tout mieux que Charly. Elle n’avait jamais eu confiance en elle quand elle devait entrer en compétition avec d’autres filles. Elle n’avait jamais compris ce que Noam pouvait lui trouver à elle, alors qu’il aurait pu avoir n’importe quelle fille. Ca avait toujours été comme ça. Parfois plus les choses changeaient, plus elles restaient les mêmes. Comme sa relation avec Joyce. Elle lui en voulait de ne lui avoir rien dit à propos de Noam, mais pourtant, elle ne pouvait pas s’empêcher de sourire à l’entente de sa voix et de son surnom. Elle se retourna et lui rendit son sourire avant de la prendre dans ses bras avec son bras libre pour lui dire bonjour.


« Tatie Joy’ » s’exclama la petite fille alors que les deux jeunes femmes la regarda avec amusement et tendresse. Charly déposa un baiser sur la joue de la petite fille avant de se retourner vers Joyce. « Ne me dit pas que cette année tu vas bruler ton appareil photo » demanda-t-elle en faisant référence à l’appareil photo que sa meilleure amie avait autour du cou. « Tu sais, je suis même pas sur que ça brule. T’aurais pu faire comme tout le monde et choisir une photo » rajouta-t-elle légèrement moqueuse avant de sentir une main sur se déposer sur sa hanche. Son sourire s’efface presque mais elle le replace vite sur ses lèvres, un plus faux cette fois pour faire bonne figure. Elle remet une mèche de cheveux derrière son oreille avant de se raidir sous les lèvres de Noam. Elle aimerait pouvoir faire comme si elle n’avait rien vu cet après-midi, mais elle ne sait pas faire ce genre de chose. « Noaly va bien. Je laisse Joyce répondre pour elle-même. » répliqua-t-elle avant d’attraper ce qu’elle avait dans la poche arrière de son jean. « Ma fille et moi allons bruler notre passé. » rajouta-t-elle sur le même ton froid avant de s’éloigner de quelques pas en direction du bateau où elle avait l’intention de bruler deux choses : la lettre que Noam lui avait écrit avant de partir ( parce qu’elle était fatiguée de vivre avec cette peur de l’abandon au ventre à cause de lui ) et une photo d’elle et de lui quand elle croyait encore à ses promesses. A la regarder comme ça, on aurait pu croire qu’elle voulait l’effacer de sa vie et parfois elle avait vraiment envie. Heureusement qu’il lui avait donné une fille sinon elle l’aurait tué, coupé en petits morceaux et elle aurait fait bruler son corps dans le bateau.

Une pluie fine commença à tomber sur eux. Elle remonta la capuche sur la tête de Noaly et remonta la fermeture de sa veste. Elle adressa un léger signe de la main à Regan alors que la jeune femme jetait aussi quelque chose dans le bateau. Son regard dévia sur la personne derrière la jeune infirmière et elle se figea. Il avait pas cette veste tout à l’heure et il était derrière elle avec Joyce. Elle retourna la tête pour s’assurer que Noam était derrière elle avec Joyce et elle avait raison. Elle tourna de nouveau pour regarder le jeune homme près de Regan et fronça les sourcils. Il avait le même visage. Elle le savait. Elle connaissait son visage par cœur. « Nooaaaaam. » cria-t-elle alors que lui et sa meilleure amie arrivèrent en courant vers elle. Incapable de trouver les mots, une explication logique, elle montra du doigt l’endroit exact où le jeune homme était il y a à peine quelques secondes. Quelques secondes de trop. Il avait disparu et elle passait pour une folle.


_________________

    ── THE STORY GOES ON WITHOUT YOU ──
    And there's got to be another ending. But yeah you broke my heart. It won't be the last time but I'll get over them too. As a new door opens we close the ones behind. You mixed me up for someone who'd fall apart without you. Yeah you broke my heart for the first time. But I'll get over that too.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Lun 21 Juin - 13:16

    Joyce rendit son accolade à sa meilleure amie. Elle savait que cela avait été dur, pour elle comme pour Noam, d’accepter qu’elle ait été un pont entre eux, sans qu’ils en soient au courant. Mais elle n’avait pas vraiment eu d’autre choix que de se taire. Cela dit, elle savait leur amitié à tous les deux capable de surmonter ça, d’autant plus maintenant que No’ était de retour en ville.

    « Ne me dit pas que cette année tu vas brûler ton appareil photo. Tu sais, je suis même pas sur que ça brûle. T’aurais pu faire comme tout le monde et choisir une photo. »

    La jeune prof eut un sourire ironique à la remarque de Charly. Elle se pencha sur Noaly, déposa un baiser sur son front, et renchérit « Haha, c’est fou ce que ta maman a de l'humour, Noaly. Tu n’as jamais pensé à te lancer dans le comique, Charly ? » Elle lui adressa un grand sourire. « Et pour ton information, mademoiselle, j’ai décidé de brûler une photo de Caz et moi. »

    Elle tira la photo de sa poche. On y voyait une Joyce âgée de dix-sept ans environ, tenant une bière à la main, en grand sourire aux lèvres, assise sur les genoux de Casey, qui lui faisait une grimace à Lynn, qui prenait la photo. Une soirée, qui semblait dater d’une toute autre époque. « J’en ai marre d’attendre après lui. » fit-elle sagement, en haussant les épaules. Elle avait toujours eu un don pour cacher ses émotions, aussi elle ne laissa rien voir de la boule qui se formait dans sa gorge alors qu’elle disait cela. Elle afficha un léger sourire lorsqu’elle apperçut Noam qui approchait sur la pointe des pieds. Elle s’étonna du changement d’expression de Charly à son contact… Il y avait de l’orage dans l’air. La blondinette eut cependant le tact de ne rien dire.

    « Comment vont les femmes de ma vie ? » lança-t-il, visiblement de meilleure humeur que l’autre soir, où ils s’étaient crié dessus au Catalyst. Elle lui sourit avec douceur.

    « Noaly va bien. Je laisse Joyce répondre pour elle-même. Ma fille et moi allons bruler notre passé. » Et bim. La soirée promettait d’être mouvementée. Elle regarda Charly s’éloigner avec amusement. Elle avait toujours adoré son sens de la répartie, notamment lorsque son talent se concentrait en une seule et même pique, lancée à Noam. Elle jeta à ce dernier un regard en coin, et l’entraîna, bras dessus-bras dessous, vers le bateau.

    « Ravie de savoir que je fais à nouveau partie des femmes de ta vie, Nono. » dit-elle en lui adressant un clin d’œil. « Et bonne chance pour ce soir, je sais pas ce que tu as fait, mais tu risques d’en avoir besoin. » ajouta Joyce en pouffant. Elle ne se faisait pas trop de souci, ils ne resteraient pas en froid très longtemps, ne serait-ce que pour le petit ange qu’était leur fille.

    « Nooaaaaam. » La voix tendue de Charly les alerta, et Joyce lâcha le bras de Noam. Ils la rejoignirent en quelques enjambées.

    Elle désignait du doigt une silhouette de l’autre côté du bateau. Joyce sourit, et adressa un grand signe de la main à Regan, sa voisine d’enfance, accompagnée de sa petite Heaven. Entourée de deux telles mamans, Joyce se sentait parfois oppressée par sa solitude… Mais elle se contenta de sourire, et, se tournant vers Charly qui avait pali, elle se demanda ce qui justifiait ce ton alarmé. « Qu’est-ce qui t’arrive ? Tu as vu un fantôme ? »

    A peine avait-elle dit ça que son cœur s’accéléra. Elle sentit les larmes lui monter aux yeux et la bile à la bouche, sa tête bourdonna et elle s’accrocha avec force au bras de Noam, pour ne pas s’évanouir.

    « Oh putain. » souffla-t-elle. Son regard était fixé au loin, sur la plage, plus haut derrière Charly. Un visage, familier, qui n’aurait pas du se trouver ici. Lynn, son portrait craché en tout cas, se tenait plus loin dans le sable, à moitié cachée sous sa capuche.

    Joyce fut incapable de prononcer quoique ce soit de plus. Noam lui avait pourtant parlé, quelques jours plus tôt, de la jumelle cachée de Lynn, mais à ce moment précis, l’information était incapable de remonter jusqu'à sa conscience, tant son cerveau était pétrifié par cette vision morbide.


hj : buhu, désolée de mon temps de réaction, ainsi que de la mauvaise qualité de ce post ><
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 238
Pseudo : VIP
credits : moi
open pour un sujet ? : yep

Tell me more
Statut: Craque pour quelqu'un
Relations:

♠ Ce qui me brise, c'est pas que tu t'appuies trop sur moi, c'est que tu m'abandonnes

MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Lun 21 Juin - 17:54



    Quelle mouche l’avait piqué ? Se rendre à ce genre de soirée ne lui ressemblait pas. Le passé était une chose sur laquelle, il évitait de revenir. Rien de bon n’en sortait. Les souvenirs, la souffrance, les regrets, des sentiments dont il n’arrivait pas à se débarrasser. Il ne parvenait pas à se rappeler de la dernière fois où il leur avait dit « je t’aime ». Il n’était qu’un petit garçon lorsqu’il s’était retrouvé dans ce foyer. Un petit garçon turbulent et qui faisait déjà preuve d’un caractère très insolent. Pourtant, il savait aussi se montrer calme. Trop de paradoxe pour un seul être. Venir à cette soirée lui rappelait combien ses parents lui manquait. Il les decevait à coup sur. Après tout, il n’est jamais devenu le fils qu’ils avaient du espérer. Il n’est que Blake, un musicien qui va où le vent le pousse.

    Partir de cette ville avait été son premier souhait. Pourquoi est-il encore là ? Etrangement, il se sent retenu. Comme s’il avait un mission. Que sa place se trouvait parmi ses personnes. Il ne savait pas qui. Son cercle de connaissance étant très limités, il ne voyait personne capable de le retenir. Il a toujours été un homme qui prend des décisions. Jamais il n’a cédé parce qu’une femme voulait qu’il reste ou parce qu’un gros contrat l’attendait. Il partait parce qu’il le voulait, parce que rien n’était mis en balance pour le faire changer d’avis. A quelques mètres du bateau, son regard balaie la plage. Il y a ces deux jeunes femmes qui discutent et l’une d’entre elles rejoint le bateau pour y jeter un objet, une petite fille dans ses bras. Leurs regards se croisent et un vague malaise l’envahit. Comme s’il la connaissait. Non ça n’était pas exactement ça. Une impression étrange de déjà-vu mêlé à un choc. Il se détourne alors subrepticement et se retrouve sans le réaliser dans le champs de vision d’une autre femme. Son regard s’accroche au sien. Une petite voix lui dit de s’enfuir mais ses pieds restent étrangement enfoncé dans le sable. Il lui faut plusieurs secondes avant de se reprendre. Il lui adresse alors un vague sourire suivit d’un clin d’œil. Disparaitre est la seule chose à faire. Regan doit sortir de son esprit le plus rapidement possible. Il sent encore son cœur cogner dans sa poitrine et de nouveau, cet impression de malaise l’envahir. Il s’arrête alors plus loin, près des rochers où il s’installe avant de se mettre à gratter sa guitare, la seule chose capable de le calmer lors de moments inattendues et où la tension est palpable.



_________________

Lost and afraid to be with you


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t151-n-blake-rivers-no-one-knows-what-its-like-to-be-the-bad-man-to-be-the-sad-man http://dont-stop-believin.forumactif.com/t63-rivers-come-with-me-in-hell http://dont-stop-believin.forumactif.com/t56-n-blake-rivers
avatar
Messages : 174
Pseudo : CLUMSY
credits : (c) Shyia
open pour un sujet ? : nope

Tell me more
Statut:
Relations:

    REGAN ▬ Girl with a broken smile

MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Mar 22 Juin - 0:25

La main de sa fille dans la sienne, Regan tentait de se faire un chemin dans la foule pour arriver au bateau. Heaven voulait absolument bruler son plâtre. C’est vrai que le mois où elle avait eu ce plâtre avait été affreux pour la petite fille, mais surtout pour sa mère. Elle essayait de tout faire pour faire plaisir à sa fille, pour passer le plus de temps possible avec elle, mais c’était difficile quand on était mère célibataire et qu’on enchainait les gardes à l’hôpital pour pouvoir gagner un peu d’argent et payer ses factures. Heureusement, la petite sœur de Regan avait été un ange et s’était occupé de sa nièce. Quand Regan avait appris que sa fille était tombée de la balançoire et qu’elle s’était cassé le bras, elle en avait voulu à sa sœur. Mais elle s’était rendu compte que ce n’était qu’un accident et que les accidents arrivaient tout le temps, surtout avec une boule d’énergie comme Heaven. Par pur esprit de contradiction, elle n'avait jamais dit à sa grande soeur qu'elle lui pardonnait.

Près du bateau, elle s’arrêta quelques secondes. Elle n’avait même pas eu le temps de réfléchir à ce qu’elle aurait pu bruler. Sa vie n’avait pas beaucoup changé depuis l’année dernière. Elle enchainé toujours les gardes et s’occupait de sa fille. Tout était pareil, si ce n’est que sa fille avait grandit. « Maman, je suis trop petite. J’arrive pas à mettre dedans. » Regan sourit avant d’attraper sa fille et elles se rapprochèrent du bateau. Son regard s’accrocha à Charly et elle lui fit un signe de main, puis à Joyce. Apparemment, tout le monde était sorti de ce soir. « A y est. » Regan reposa son regard sur sa fille et la posa au sol, récupérant sa main dans la sienne. En se relevant, son cœur manque un battement et une sensation de bien être l’envahit, comme lors de cette nuit qu’ils avaient partagé. Elle remet une mèche de cheveux derrière son oreille et lui rend son sourire. Elle est ridicule, elle en a conscience. Il doit faire le même numéro à toutes les filles, pourtant, elle se sent bien sous son regard et elle voudrait que jamais ça ne cesse. Elle a l’impression de redevenir une adolescente, une parfaite idiote en d’autres mots. Elle se force à détourner son regard de lui et c’est plus facile quand elle entend la voix de la jeune Evans hurler. Elle s’attend à voir un accident, mais elle se rend compte que c’est elle qu’elle regarde ou plutôt derrière elle. Son souffle se coupe. Elle a du voir Blake. Perdue dans ses pensées, elle ne sent même pas la petite main de sa fille glisser de la sienne. Ce n’est que quand elle voit Joyce et Noam courir vers la jeune femme qu’elle se rend compte que sa main ne se rattache à plus rien. Elle se retourne vivement. « Heaven ? » Elle n’est plus là. Une boule d’angoisse se noue dans son estomac. Elle regarde esprits criminels, elle sait que les psychopathes trainent dans les petites villes et qu’ils enlèvent des petites filles. « Heaven ? » crie-t-elle tout en se mettant à courir un peu n’importe où à la recherche de sa fille, à la recherche d’un policier. Elle s’arrête quelques instants à bout de souffle et jette un regard autour d’elle. Il y a tellement de monde qu’elle ne voit plus rien. « Heaven ? » Elle passe une main sur son front pour se calmer. Il faut qu’elle retrouve sa fille. Un agent de la sécurité s’approche d’elle. Elle lui attrape le bras, affolée, paniquée. « Ma fille a disparu. » L’agent tente de la calmer, mais c’est trop tard. Heaven est tout ce qu’elle a. Elle ne pourrait pas survivre sans elle. Une foule d’émotions explose en elle. Elle ne peut pas savoir qu’à cet instant précis, sa fille se trouve avec Austin, qu’il a voulu montrer à Regan qu’il serait toujours le héros de sa vie, même s’il n’en avait rien à faire d’Heaven. Il voulait Regan et en sauvant Heaven d’un soit disant psychopathe, il se doutait qu’elle lui en serait éternellement reconnaissante.

_________________

    It's all about your cries and kisses, those first steps that I can't calculate. I need some more of you to take me over. If I had the chance to start again, then you would be the one I'd come and find.
    MAYBE THERE'S A CHANCE OUR WALLS MIGHT FALL.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Age du personnage : 25 ans
Messages : 2123
Profession/Etudes : Mécanicien
Pseudo : sydney
credits : sydney
open pour un sujet ? : Yep

Tell me more
Statut: Craque pour quelqu'un
Relations:

ADMIN Aimer quelqu'un, c'est aussi aimer le bonheur de quelqu'un

MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Mar 22 Juin - 22:43



S’approchant des jeunes femmes qui discutent et de sa petite crapule au sourire de son père, il ne tarde pas à les embrasser tour à tour. Sa main sur la hanche de Charly, cette dernière ne tarde pas à se détacher de lui. Premier signe pour Noam que quelque chose se tramait. Il était rare qu’elle agisse ainsi. Généralement, elle n’était pas la dernière à se blottir dans ses bras. Or là, il la sentait déjà distante. Mais ça n’était rien comparé à la suite. Un clin d’œil à sa fille qui tentait de lui retourner, il sourit plus largement. Moment choisit pour Charly de s’éloigner en direction du bateau, en précisant que Noaly allait bien. Elle ne parle pas d’elle. Bon, il était clair qu’il avait encore fait une bourde ou alors qu’il aurait du faire quelque chose. Avait il oublié une fête ? un anniversaire ? Il n’en a pas le souvenir mais après tout, on le connaissait aussi pour être tête en l’air. Il reste un moment à l’observer s’éloigner quand la présence de Joyce le ramène sur Terre. « J’vois pas comment t’as pu en douter un instant. C’est pas parce que je m’énerve que j’vais t’en vouloir à vie. On fait tous des conneries… j’suis bien placé pour le savoir. » achève-t-il sans quitter Charly et sa fille des yeux. Parfois, il aimerait savoir ce qui se trame dans sa tête. Ses changements d’attitude l’inquiètent. Souvent, il ne dit rien par crainte de voir une dispute exploser entre eux. Du moins, c’est surtout qu’il ne veut pas que Noaly en soit témoin. Ainsi, il tente de toujours se contenir. Mais Charly a le don de le mettre sur les nerfs et de lui adresser des piques qu’il peut se repasser en boucle dans sa tête. « La chance n’a jamais été suffisante avec elle. Si au moins, j’avais une idée de ce qu’elle me reproche. » marmonne-t-il avant de tourner la tête vers Joyce. « Elle t’a rien dit ? » Sa journée n’avait rien eu d’extraordinaire entre une réunion aux AA et une rencontre avec Leanne, plus tôt dans la journée. Charly était au courant de tout ça. Du moins de l’existence de leanne. Ainsi pour quelle raison, elle lui ferait la gueule ? il ne comprenait rien et ça n’avait aucun sens.

Finalement la voix de Charly lui arrive dans un cri désespéré. Ni une ni deux, en quelques pas accompagné de Joyce, ils se retrouvent tous les quatre. « Tout va bien ? Vous avez rien ? » ne peut-il s’empêcher de s’inquiéter inutilement. « Qu’est ce qui s’passe ? » Il suit alors automatiquement le geste de Charly. Son regard se perd au-delà du bateau où il distingue entre autre, Regan et sa fille, la vague silhouette lointaine d’un homme – présume-il – avec un capuche sur la tête puis une jeune femme dissimulée dans un sweat shirt à capuche trop grand pour elle. Des mèches blondes en ressorte. Son regard, il n’a pas besoin de le croiser. La main de Joyce s’agrippe à son bras tandis qu’il évalue du regard les traits bouleversé de Charly. Son bras glisse sur sa taille pour la soutenir. Il ne sait pas quoi leur dire. Il leur en a parlé. Toutefois entre savoir et se retrouver en présence de la personne, il y avait une marge. Visiblement sa prévention n’avait pas servie à grand-chose. Les mots de Joyce se répercutent encore dans son esprit.

« Leanne. » ose-t-il enfin murmurer. C’est encore déstabilisant et terrible pour lui de voir l’image de sa sœur défunte. Pourtant, il a consciente que ça ne peut être elle. Il l’a enterré. Il l’a pleuré et la pleure encore. Son souvenir est présent dans sa vie quotidienne et pourtant, il ne fait aucun lapsus de prénom à cette seconde. Il ferme les yeux un instant et lève la tête, envoyant une prière silencieuse à Lynn. Pourquoi ce soir ? Pourquoi maintenant ? Il aimerait comprendre. Charly sera surement la dernière personne a accepté Leanne dans cette ville. Tout le monde savait pourquoi. Ceci dit, Leanne aussi souffrait. Elle avait perdu une sœur avant même de la connaître. Quand à ses parents biologique, Noam ne l’inciterait jamais à les rencontrer. Il ose alors un regard en direction des filles. Toutes les deux sont livides. La soirée promettait d’être riche en évènement. Et pire, voilà que Leanne prenait son courage à deux mains en s’approchant d’eux alors que, plus loin on pouvait entendre Regan qui hurlait le prénom de sa fille qui venait de disparaitre.



_________________
"Love feels no burden, thinks nothing of its trouble, attempts what
is above its strength, pleads no excuse for impossibility,
for it thinks all things are lawful for itself and all things are possible.
"

© Thomas A. Kempis

Actuellement dans le coma
Concernant les comptes de Camden & Blake, merci d'envoyer les mp sur la boite de Noam


Dernière édition par Noam Tanner le Ven 25 Juin - 14:08, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t150-noam-tanner-when-you-call-my-name-it-s-like-a-little-prayer http://dont-stop-believin.forumactif.com/t61-tanner-when-you-run-into-my-arms-we-steal-a-perfect-moment http://dont-stop-believin.forumactif.com/t59-noam-tanner-i-belong-to-you http://dont-stop-believin.forumactif.com
Invité

Invité

MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Jeu 24 Juin - 23:34

    * Leanne avait perdu la foule du regard et regardait le feu d'un air absent. Elle vit des silhouettes de gens jeter leurs souvenirs dedans. Elle eut une pensée pour Lynn, sa soeur. Leanne ne pouvait pas vraiment qualifier la jeune fille de soeur. Peut être qu'elles étaient liées biologiquement, mais une soeur c'était plus que ça. C'était quelqu'un avec qui on avait partagé quelque chose. Elle se sentait un peu honteuse de se prétendre la soeur de quelqu'un qu'elle ne connaissait pas et qu'elle ne pourrait pas connaitre, et pour qui néanmoins, elle avait découvert une place dans son intérieur. Parait-il que les jumeaux sont liés. Il est vrai que Lee' ne s'était jamais posé la question du fait qu'elle pourrait avoir une jumelle, mais maintenant qu'elle connaissait son existence, elle comprenait mieux le malaise qui la hantait bien souvent. L'impression d'avoir quelque chose qui manque. Aujourd'hui si elle était là, c'était pour combler ce manque. Elle avait sincèrement envie d'apprendre à connaitre Noam. Elle ne voulait pas prendre la place de Lynn, non non. Ca elle ne le pourrait jamais, elle le savait.

    Soudainement, Leanne senti une présence non loin d'elle et des paroles la sortirent de sa torpeur. Regan était en train de crier de tous les côtés après sa fille. Enfin, la blondinette supposa que c'était sa fille puisqu'elle les avait vu ensemble peu de temps avant. Se disant qu'elle pourrait peut être aider, Leanne tendit le coup et commença à scruter l'horizon et la foule à la recherche d'une petite tête. Elle fit quelques pas en avant, se rapprochant de la foule. C'est la qu'elle se rendit compte qu'on l'observait. Leanne regarda le groupe qui la dévisageait. Elle se senti soudainement bizarre. Elle avait vu Noam parmis eux, c'était sur ils savaient qui elle était. Elle se souvint alors qu'elle ressemblait à Lynn. Non, ils avaient du croire voir un mirage. Son coeur s'était serré, battant de plus en plus fort dans sa poitrine. Elle pouvait voir sa poitrine se soulever au rythme des battements. Que devait-elle faire maintenant ? Elle ne pouvait plus s'en aller comme ça, comme si de rien n'était. Mais si elle allait les voir, que se passerait-il ? Leanne n'avait pas la moindre idée de qui étaient tous ces gens et la relation qu'ils avaient avec Lynn. Ils seraient sans doute pas très contents de la voir ici apparaitre comme ça. Comme une cerise sur un gâteau.

    Leanne pu lire la stupéfaction et la tristesse dans leur yeux. Elle décida néanmoins qu'elle leur devait une explication, s'ils en voulaient. Elle fit alors quelques pas pour se rapprocher encore plus de Noam, Joyce, Charly et la petite, laissant tomber sa capuche sur ses épaules et dévoilant encore plus son visage. Ses cheveux courts et ses yeux bleus luisaient dans la nuit avec le reflet de la lune. Elle prit une inspiration, la plus longue de sa vie, son courage aussi et osa parler. *

      - « Bonsoir... Je m'appelle Leanne. »


    * La miss ne savait pas quoi dire de plus. Elle ne voulait rien brusquer. Et c'était très dur quand on ne connaissait pas du tout les gens. Elle songea qu'une présentation était suffisante, chacun pouvait avoir sa réaction après. Elle glissa ses mains dans ses poches en les regardant à tour de rôle. Elle espérait que Noam serait quand même là pour la soutenir au cas où, mais elle ne pouvait être sure de rien. Leanne en avait complètement oublié la petite Heaven... *
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 1494
Pseudo : Lili
credits : .lollipops & tumblr
open pour un sujet ? : Yep

Tell me more
Statut:
Relations:

    BITCHYADMIN▬ Fly me to the moon

MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Dim 27 Juin - 23:39

« Haha, c’est fou ce que ta maman a de l'humour, Noaly. Tu n’as jamais pensé à te lancer dans le comique, Charly ? » Charly roula des yeux avant de regarder sa fille et de déposer un baiser sur son front. « Ne corromps pas ma fille, Finningan. Je suis très drôle et elle le saura très vite. » répliqua la jeune Evans. Elle était convaincue de son potentiel comique. Elle et Josh avaient un humour fou, ils pouvaient demander à Casey. En parlant de Casey, elle devait avoir une conversation avec lui au sujet de sa meilleure amie. Il avait besoin qu’on lui remette les idées en place. Charly passa un bras autour des épaules de Joyce. Elle savait à quel point cette situation était difficile pour la jolie blonde. « T’as bien raison. La population masculine n’attendait que cette décision. » Joyce était canon, elle pouvait avoir n’importe quel garçon, sauf que ce n’était pas son genre et c’était bien dommage. Noam arriva avant même qu’elles ne puissent continuer leur conversation. Ces derniers temps, il avait le don de l’agacer. Bon, le fait qu’il traine avec Sara était la réelle raison, mais elle n’y pouvait rien. Avant de dire quelque chose qui gâcherait la soirée, elle préférait partir avec Noaly pour bruler la lettre de Noam et une photo d’eux deux.

« Noaaaaaam. » cria la jeune Evans, en serrant sa fille près d’elle. C’était impossible. Elle n’avait pas d’hallucinations. Elle en était sure. Les hallucinations n’étaient pas un symptôme du cancer. Et puis en croisant son regard, elle avait aperçut quelque chose. Il ressemblait à Noam, mais son regard était différent. Foncièrement différent. Il avait cette haine que Noam n’avait pas encore dans les yeux et elle préférait ne jamais la voir dans le regard du jeune homme. Ils arrivèrent très vite auprès d’elle. Charly se tourna automatiquement vers eux. « Y avait un garçon, là bas. Il te ressemblait comme deux goutes d’eaux. » déclara-t-elle, d’une traite. Elle reprit son souffle alors que les deux autres s’étaient figés. Elle fronça les sourcils. Ils avaient perdu la tête ou quoi ? Elle leur disait que Noam avait un sosie et qu’il était en ville et leur seule réaction c’était une absence totale de réaction ? Léanne ? Quoi ? Charly tourna la tête et son cœur manqua un battement. « Lynn. » Le nom de sa meilleure amie passa la barrière de ses lèvres sans qu’elle fasse attention. C’était comme vivre un cauchemar réveillé. Elle avait envie de croire de toutes ses forces que c’était bien Lynn, qu’elle avait en face d’elle. Elle voulait pouvoir la prendre dans ses bras, lui dire à quelle point, elle lui avait manqué. Lui présentait sa vie et faire comme si ces dernières années n’avaient jamais eu lieu. Mais ce n’était pas Lynn, c’était Léanne. Charly déglutit difficilement et réagit de la même façon qu’elle faisait à chaque fois qu’elle ne savait pas comment réagir. Elle mordait.


« Vous avez du culot de débarquer ici. »
Elle entendit Noam murmurer son prénom. Elle se tourna vers lui. « Quoi ? Elle sait que Lynn est morte, mais elle vient comme même nous montrer son visage, comme si de rien n’était. Lynn n’aurait jamais fait ça.»

_________________

    ── THE STORY GOES ON WITHOUT YOU ──
    And there's got to be another ending. But yeah you broke my heart. It won't be the last time but I'll get over them too. As a new door opens we close the ones behind. You mixed me up for someone who'd fall apart without you. Yeah you broke my heart for the first time. But I'll get over that too.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité

Invité

MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Dim 4 Juil - 12:28

    * Léanne n'avait plus rien dit après sa présentation. Elle était restée plantée comme un piquet devant eux en attendant une quelconque réaction. Elle n'avait jamais eu aussi peur de sa vie. Ce qui était étrange parce qu'elle n'était pas en position d'être égorgée dans une ruelle sombre alors qu'elle rentrait à 4 heures du matin un peu pompette. Elle avait juste en face d'elle trois personnes qui avaient du connaitre Lynn. Elle avait peur de leur réaction, elle s'était attendue à tout genre, d'une réaction amicale au rejet total. Lee' devait avouer qu'elle s'était plutot attendu au rejet mais lorsque Charly ouvrit la bouche pour la descendre littéralement, Leanne perdit les mots qu'elle avait faiblement essayé de chercher. Elle senti une sorte de haine dans les paroles. Elle ne savait pas quelle était la relation de la demoiselle avec Lynn mais elle devait être proche. Leanne avait tendance à perdre ses mots lorsqu'elle était stressée, c'était peut etre pour ça qu'elle n'avait jamais déccroché de vrai job. Mais cette fois il ne fallait pas que ça arrive. Elle inspira de petites bouffées d'air avant de tendre légèrement la main vers Charly puis de la ramener vers elle. Elle pris à nouveau la parole, en bagayant un peu. *

      - Je... Je suis désolée. Je...


    * A ce moment précis Leanne se rendit compte de ce que Charly venait de dire. Oui elle était blonde, les connexions devaient se faire un peu moins vite. (No offense aux blondes hein). Ce que Leanne avait compris c'était qu'en mourrant, Lynn aurait du emporter Leanne avec elle aussi. Que ce n'était pas juste que Leanne soit encore vivante et pas Lynn. La miss détacha son regard de Charly qu'elle avait regardé en parlant, puis elle baissa les yeux vers le sol. Il ne fallait pas qu'elle pleure, il fallait qu'elle chasse les larmes qu'elle sentait monter dans ses yeux. Elle aurait aimé connaitre sa soeur, ses amis. Savoir ce qu'ils pensaient d'elle. Mais visiblement ils ne voulaient pas d'elle ici. Sauf peut être Noam qui ne l'avait pas rejetée en bloc malgré qu'il n'ait pas répondu à sa lettre en premiers lieux. Leanne releva la tête en regardant Charly, décidée à aligner plus de deux mots. *

      - Je.. Je ne suis pas venue ici pour prendre la place de Lynn. Je suis venue ici pour savoir qui elle était. Je n'ai appris que récemment qu'elle était ma soeur et.. Et c'était déjà trop tard. Mais je comprends, je n'aurais pas du venir.


    * Lee' n'avait pas pu empecher les larmes de monter. Elle n'était pas sure que là où elle habitait elle même, il y ait une personne qui réagisse ainsi si la situation était inversée. Leanne regarda une fois de plus Charly, Joyce et Noam puis elle recula de quelques pas pour partir. Ce soir elle ne se sentait plus de combattre, il fallait qu'elle réfléchisse. *
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 238
Pseudo : VIP
credits : moi
open pour un sujet ? : yep

Tell me more
Statut: Craque pour quelqu'un
Relations:

♠ Ce qui me brise, c'est pas que tu t'appuies trop sur moi, c'est que tu m'abandonnes

MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Dim 4 Juil - 19:37



    Flashback


      Le lac s’étendait à leurs pieds. De l’autre coté de l’eau dégringolait la cascade. En période estivale, cet endroit était envahi par les touristes ou par des jeunes de leurs âge venu pour se baigner ou faire les imbéciles. Eux, c’était leur endroit. Ils étaient trois. Vivant dans le même foyer, côtoyaient les mêmes petites brutes quotidiennement. Et chaque jour, ils refaisaient le monde à leur façon. Parlant d’avenir, d’espoir, de cet amitié et parfois même de l’amour. Enfin Blake restait plutôt en retrait sur ce dernier sujet. Et les deux autres savaient pourquoi. Blake était entier. En amitié comme en amour en avait un jour conclu Courtney. Parce que dans le fond, il est une bonne personne. Cette dernière a toujours crié haut et fort que celle qui déroberait le cœur du jeune musicien aurait forcément gagné à la loterie. Ce qui avait longtemps amusé Blake et Boone. Les deux garçons sont arrivés à quelques jours d’intervalles au foyer. Bien que Blake était resté en retrait, c’est Boone qui fit le premier pas vers lui. Malgré le caractère du jeune Rivers, Boone continua. Vivre au foyer n’avait rien de féérique. Bien au contraire. La menace des aînés était constante. Il fallait toujours rester sur ses gardes. Ainsi c’est depuis l’enfance que Blake a développé cette méfiance vis-à-vis des autres. Sauf pour ses deux acolytes. Courtney et Boone étaient ses deux uniques personnes à lui. Amis ? Il n’aimait pas ce mot. Il préférait dire que c’était ces personnes à lui. Car ensemble, ils partageaient tout.

      Appuyé contre le saule derrière lui, Blake gratte doucement sa guitare tandis que Boone observe Courtney se baigner tranquillement. Il sent le regard puis le soupir de Blake dans son dos.

      « - Tu vas pas la rejoindre ? »
      « - Non. »
      « - Imbécile. »
      « - Brute sans cervelle. »
      « - Crétin. »
      « - Pourquoi tu fais toujours ça ?! »
      « - Le crétin va profiter de sa chance pour séduire ta copine. »
      « - Blake- » l’avertit Boone en se dressant devant lui.
      « - Quoi ? Tu vas me mettre une raclée ? » rigole Blake en imitant Boone se battre avec ses petits poings.
      « - La ferme ! »
      « - Ouuuuuuuuuuuh ça me fait froid dans le dos ! » rajoute-t-il avec ce sourire railleur et cette malice au fond des yeux. A cette seconde le Blake sombre était très loin. Ils n’étaient que trois adolescent qui prenait plaisir à s’amuser en une après midi printanière.

      Sauf que Boone ne put s’empêcher de se jeter sur Blake. Ils roulent dans l’herbe entre protestation et coups, puis des éclats de rires parviennent jusqu’à ce qu’ils tombent malencontreusement dans l’eau. C’est en riant que chacun se relève tandis qu’au bord du lac, Courtney les observe, cette lueur désespérante dans les yeux.

      « - J’dois en prendre un pour taper sur l’autre ? »
      « - Non M’dame ! » répondirent-ils en cœurs avant de rire et de sortir de l’eau. Complètement trempés et leurs vêtements leur collant à la peau.
      « - Vous êtes infatigable ! »
      « - Plains toi d’avoir deux garde du corps comme nous ! » en rajoute Blake qui se passa une main dans les cheveux, inconscient déjà que ce simple geste avait un pouvoir sur les femmes.

      Ce genre de moment étaient rares dans leurs vies. Mais c’était l’un des meilleurs. Lorsqu’ils faisaient le mur, juste pour se retrouver ensemble. Au moins à ce moment il n’y avait aucune menace. Et ils connaissaient leurs petits moment de satisfaction. Mais c’était avant le drame qui changea Blake définitivement.




    Flashback


Venir à cette soirée était une erreur sur toute la ligne. Ça remuait beaucoup trop de mauvais souvenir. Comme de cette journée avec Courtney et Boone. Depuis des années, il se force à ne plus penser à eux. Blake s’est attaché à eux et le destin en a voulu autrement. Il regrette de ne pas avoir pu empêcher tout ce qui s’est passé. Durant des semaines, il a déversé sa colère en se battant continuellement au foyer et en se faisant renvoyer du lycée. Malgré la présence de Courtney, rien n’y avait changé. Chacun avait perdu une part d’eux même. Sauf que Blake ne se le pardonnait toujours pas aujourd’hui, même 8 ans après le drame.

Il longe un moment le bateau. Croise des regards, en fuit certain et s’accroche à l’un d’entre eux. Un regard qui l’a ému. Un sourire qui lui a rappelé celui que Courtney n’avait que pour Boone. Ce genre d’attitude qu’il doit fuir à tout prix. Il ne sait pas quand c’est produit ce changement. Est-ce le fait d’avoir couché avec elle ? Il ne se pose pas encore tout à fait la question. Il lui adresse ce timide sourire et s’éloigne lentement. Les manifestations physiques sont les plus difficile à combattre. C’est la première fois qu’il y prête réellement attention et il craint leur signification. Blake repousse toutes ses pensées mais il a tout juste le temps de s’installer qu’il reconnait un cri. Ou plutôt la voix. Or, il ne connait vraiment personne dans cette ville. Mécaniquement, son regard balaie la plage et il voit un flic avec Regan. Pas d’Heaven. Il fronce les sourcils. Deux minutes plus tôt, elles étaient encore ensemble. Blake ne les connaît pas énormément mais il sait reconnaître un appel de détresse. Combien en avait il entendu au foyer ? C’était récurrent qu’il pourrait en être blasé. Réagirait il s’il s’agissait d’une autre personne que Regan ? Son regard s’arrête alors sur une silhouette connue. Il se lève machinalement et se dirige vers ce type qui porte une petite silhouette dans ses bras.

L’espace de quelques secondes lui suffit à le rattraper. Il pose juste sa main sur son épaule et ce dernier se crispe. Vient alors l’instant où il finit par se retourner.

« - Casse toi, Blake ! »
« - Surement pas. Pose la. »
« - Tu vas me faire repéré, espèce de crétin. »
« - Je t’ai dis de la poser. » Blake n’a pas la patience. Surtout lorsque Austin arbore ce sourire carnassier.
« - C’est pas tes oignons. »
« - C’est vrai… mais c’en prendre à une gosse, c’est méprisable. »
« - Ta gueule Blake ! »
« - Tu me connais pas Austin. Je sais pas m’arrêter ! ça tombe vraiment mal pour toi. » se contint Blake avant de pousser Austin en arrière et de lui arracher Heaven des bras.

C’est plus fort que lui. Se battre ne lui fait pas peur. Enlever ou faire du mal à un enfant, ça le hérisse et le fait bondir. Il n’est pas proche des enfant mais il connaît cette souffrance. Et lorsque Austin s’en prend à sa propre fille, il trouve ça juste intolérable. Il serre une seconde la petite fille dans ses bras avant de la remettre sur ses pieds.

« - Garde moi ça, tu veux ? » demande-t-il doucement en posant la guitare à coté d’elle puis passant une main dans ses cheveux.

Il n’attend pas de réponse et se rapproche d’Austin. Ça va mal se finir et Blake s’en fou. Au moins, il aura épargné Heaven et Regan. Elles ne méritent en aucun cas d’avoir un déséquilibré comme Austin dans leurs vies. Un premier coup part. le premier d’une longue série avant qu’ils se mettent à rouler dans le sable. Une agitation vient se former autour d’eux. Blake ne voit rien, il encaisse un coup et la sensation du sang s’écoule sur son visage. La douleur n’a plus aucune signification pour lui. Ses poings s’abattent alors sur Austin, il ne parvient plus à s’arrêter jusqu’à ce que l’imbécile finissent par rendre les armes et s’évanouissent.

« - Imbécile. » grogne-t-il alors en se relevant tandis qu’il entend le bruit sourd de sa guitare tomber et deux bras venir encercler sa jambe. Son regard tombe sur la petite fille au sourire ravageur qu’elle tient de sa mère. Son cœur manque un battement. Elle ressemble à un ange et Blake a du mal à cacher son émotion. Sa main retombe alors sur sa tête et il lui ébouriffe doucement les cheveux. Ses yeux balaie alors la foule qui se disperse pour accrocher le regard de la jeune blonde. Il sent toutes ses forces l’abandonner lorsqu’il la voit courir dans leur direction.

« - Regan je… » bafouille-t-il. C’était bien lui. Pour se battre, il était le premier en lice mais dès qu’il s’agissait de parler, plus rien n’était pareil. Il se pince les lèvres, ne sachant quoi lui dire. De plus, ne devait il pas censurer son langage devant la petite fille ? Tout ce qu’il ne savait pas faire. D’ailleurs Heaven savait elle que Austin était son père ? « Elle n’a rien. » conclut Blake avec un regard rassurant. Manquerait plus que la jeune femme pense qu’il était pour quelque chose dans la disparition de sa fille. Mais vu les hématomes et le sang qui s’écoulait de son visage, il était sur qu’elle saurait faire la différence. Il lui offre alors un sourire contrit car il sait qu’Heaven est ce qu’elle a de plus cher au monde. Il s’accroupit doucement à coté de la petite fille.

« - Comment tu t’appelles ? T’es drôlement fort… et beau. »
« - Et toi, t’es drôlement jolie. Regarde, ta maman est là. »

Le sourire rayonnant d’Heaven le bouleverse et avant même qu’il ait pu ajouter quelque chose, cette dernière l’embrasse sur la joue avant de courir en direction de Regan qui l’attrape au vol et la serre dans ses bras. Il les observe alors en silence. Emu par la relation qui transparait entre la mère et la fille. Aurait il eu ce genre de relation avec ses parents, si ces derniers avaient vécus ? Il repousse alors cette pensée tandis qu’il voit Heaven le désigner du doigt.


_________________

Lost and afraid to be with you


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t151-n-blake-rivers-no-one-knows-what-its-like-to-be-the-bad-man-to-be-the-sad-man http://dont-stop-believin.forumactif.com/t63-rivers-come-with-me-in-hell http://dont-stop-believin.forumactif.com/t56-n-blake-rivers
avatar
Age du personnage : 25 ans
Messages : 2123
Profession/Etudes : Mécanicien
Pseudo : sydney
credits : sydney
open pour un sujet ? : Yep

Tell me more
Statut: Craque pour quelqu'un
Relations:

ADMIN Aimer quelqu'un, c'est aussi aimer le bonheur de quelqu'un

MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Dim 4 Juil - 21:25


Il n’est pas là depuis cinq minutes qu’elle l’évite. Un détail pas forcément révélateur. Sauf pour ceux de la bande. Quiconque qui les connaitrait bien, verrait un problème à l’horizon. Et visiblement, il y en avait un. Ce qui signifiait que Noam doit redoubler de vigilence pour lui tirer les vers du nez. Voir la soirée se dérouler avec une bonne dispute au milieu n’est pas son but mais s’ils devaient passer par là, tant pis. De plus, il ne voyait absolument pas ce qu’elle pouvait lui reprocher. Sur ce coup, il pourrait presque passer pour un ange. Du moins à ses yeux, parce qu’il n’a commis aucun crime aux dernières nouvelles.

Les observant s’éloigner, il poursuit brièvement cette conversation avec Joyce. Elle ne savait rien, il en était presque sur. Ce qui ne réconfortait pas Noam car parler avec Charly… ça pouvait ressembler à se jeter contre un mur parfois. Il se pince alors les lèvres lorsque son cri lui parvint. Quelques enjambées suffirent à la rejoindre. Son silence puis son regard bouleversé vient l’inquiété. Rapidement, il s’enquit de leur état mais visiblement ça n’est pas le problème. Elle lui réplique qu’il a sosie et l’espace d’une seconde, il aurait été tenté de vérifié si elle n’a pas prit une insolation. « Un sosie… de moi ? sérieusement ?! » ça lui paraissait invraisemblable mais pas impossible. Avec tout ce qu’il voyait rien n’était impossible. Un vrai sosie ou… un membre de sa famille biologique ? L’idée lui effleure l’esprit mais il se contint de l’avouer. Sauf qu’en balayant la plage du regard, il ne voit pas ce sosie. Il distingue Regan au loin et une jeune femme dont la blondeur et la silhouette ne peut que lui rappeler Lynn. Il se doit de prendre une longue respiration et de déglutir péniblement.

Ses pas la mène à eux. Bon sang, il ne va pas s’en sortir vivant. Noam le sent. Parce qu’il est partagé. Lynn était sa sœur et tout le monde l’a vu surprotéger la jeune femme qu’elle était devenu. Léanne n’est pas Lynn mais elle partage un même ADN. Quand à Charly, il ne ferait rien pour se la mettre à dos. Sauf que l’une et l’autre pourraient lui en vouloir de soutenir l’une ou l’autre. Alors que léanne se présente, Noam réalise également que Joyce se fait encore plus silencieuse qu’à l’accoutumé. Il glisse un regard inquiet dans sa direction puis passe une main rassurante dans son dos alors que Charly crache son venin. Ça allait éclater sous peu, s’il ne disait rien. Il croise le regard de Léanne lorsque cette dernière s’explique et s’apprête à tourner.

« - non attends Léanne. » Rien qu’à cette phrase, il peut deviner le regard assassin que Charly doit être en train de lui adresser. Il règlerait ça plus tard. Enfin si accepte encore de lui adresser la parole. Il se tourne brièvement vers Charly et leur fille. « C’est pas ce qu’elle voudrait. » murmure-t-il. Depuis son opération, il y réfléchit. Que voudrait Lynn pour eux ? Il n’en a pas encore fait son deuil. Dire adieu à sa sœur lui est impossible. Dans cette ville, tout la ramène à lui. Il voudrait juste que Charly comprenne son point de vue, que Léanne a également besoin de connaître sa famille. Qu’ils sont les seuls à pouvoir le faire. Il déglutit difficilement et plonge son regard dans le sien. « En apprenant la vérité, tu sais comme moi ce qu’elle aurait fait. » appuie Noam doucement en lui prenant la main. « Elle ne lui aurait jamais tourné le dos… on doit respecter sa volonté, même si c’est douloureux. » Lui non plus n’est pas à l’aise. Bien qu’il sache toute l’histoire, il a toujours peur de faire une remarque blessante. Ça serait juste maladroit. Il soutient un long moment le regard de Charly, cherchant son approbation. Ses yeux viennent finalement se poser sur Joyce qui n’a pas bougé d’un iota comme si elle était pétrifié puis sur Léanne. « Je m’attendais pas à te voir ce soir. Qu’est ce qui t’as décidé ? »



_________________
"Love feels no burden, thinks nothing of its trouble, attempts what
is above its strength, pleads no excuse for impossibility,
for it thinks all things are lawful for itself and all things are possible.
"

© Thomas A. Kempis

Actuellement dans le coma
Concernant les comptes de Camden & Blake, merci d'envoyer les mp sur la boite de Noam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t150-noam-tanner-when-you-call-my-name-it-s-like-a-little-prayer http://dont-stop-believin.forumactif.com/t61-tanner-when-you-run-into-my-arms-we-steal-a-perfect-moment http://dont-stop-believin.forumactif.com/t59-noam-tanner-i-belong-to-you http://dont-stop-believin.forumactif.com
Invité

Invité

MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Lun 12 Juil - 17:41


    Joyce se contenta de sourire à Charly et de la prendre en photo par surprise, le flash puissant éblouissant tout le groupe. Lorsque sa meilleure amie passa son bras autour de ses épaules, elle se sentit moins seule. La population masculine, pour reprendre l’expression de la jeune Evans, n’avait qu’à bien se tenir. Et Casey finirait bien par s’en mordre les doigts. C’était une jeune femme bourrée de qualités, comme ne cessait de lui répéter son père. Autant en faire profiter quelqu’un ! En commençant par son boss, qui l’invitait à sortir depuis un moment, peut-être ? Elle n’avait fait que trouver des excuses, toutes plus miteuses les unes que les autres, pour éviter un rancard. Elle se décida à prendre les choses en main dès le lendemain. Elle l’appellerait elle-même et proposerait un diner. Ragaillardie par cette idée, elle sourit à Noam, qui ne s’en rendit pas compte. Il fixait la femme de sa vie, qui s’éloignait vers le feu. Leur amour était tellement évident, dans des petits gestes comme celui-ci, que Joyce ne se faisait presque pas de souci.

    « On fait tous des conneries… j’suis bien placé pour le savoir. » Attendrie par les paroles de son meilleur ami, la jeune prof se pencha et déposa un baiser sur sa joue. « La chance n’a jamais été suffisante avec elle. Si au moins, j’avais une idée de ce qu’elle me reproche. Elle t’a rien dit ? » Elle ne put s’empêcher de lever les yeux au ciel. « Nope. Mais je suis prête à parier une journée complète d’asservissement que ça sera réglé avant demain. » répondit-elle, alors que l’appel de Charly résonnait sur la plage. No’ s’enquit de leur état alors que Cha’ évoquait des gouttes d’eau. Joyce n’y comprit pas grand-chose, elle fut simplement frappée par deux noms, qui suivirent de près son juron.

    « Léanne. »
    « Lynn. »

    Joyce était on ne peut plus émotive. Ca avait toujours été le cas, son organisme réagissait très mal aux émotions fortes. Les mains tremblantes, elle s’accrochait à Noam, qui était le plus près d’elle, pour ne pas défaillir, ou rendre son dernier repas. Le fantôme qui la hantait depuis plus de deux ans s’approcha de leur petit groupe. Lorsqu’elle retira la capuche qui assombrissait son visage, la jeune femme n’eut qu’une envie : celle de prendre ses jambes à son cou. Si elle avait été sûre de ne pas trébucher dans le sable, elle l’aurait fait.
    Ces cheveux blonds ondulés, ce regard d’un bleu perçant, ces traits fins, cette bouche qu’elle revoyait encore, étirée dans un grand sourire amical… Elle connaissait ce visage par cœur. Et pourtant, pourtant c’était une inconnue, qui se tenait face à eux.
    Le portrait craché de sa défunte meilleure amie inspira profondément, certainement pour se donner du courage, avant de se lancer, et de se présenter officiellement à eux.
    Bizarrement, le fait qu’elle n’ait pas la même voix que Lynn la déstabilisa encore plus. Elle n’était pas la même femme, elle n’était pas sa meilleure amie. Elle entendait Regan hurler de l’autre côté du feu. Heaven avait disparu ? Elle fouilla la plage des yeux, mais son amie restait introuvable, seul l’écho de ses appels arrivaient jusqu’à eux. Joy’ aurait voulu reculer. S’en aller. Aider Reg’ à retrouver son adorable petite fille. Mais elle n’y arrivait pas. Aucun de ses membres ne lui obéissait plus, elle semblait figée. Pétrifiée par un sentiment, ou plutôt une foule de sentiments contradictoires, elle assista au repli stratégique caractéristique de sa meilleure amie sans rien dire.

    « Vous avez du culot de débarquer ici. » Noam chuchota son prénom, chose qu’elle aurait sans doute également fait si elle avait été moins sonnée. Cette jeune femme ne méritait pas que l’on soit trop dur avec elle, bien qu’elle comprenne un peu trop bien l’état d’esprit de Charly. « Quoi ? Elle sait que Lynn est morte, mais elle vient comme même nous montrer son visage, comme si de rien n’était. Lynn n’aurait jamais fait ça. »

    « Je... Je suis désolée. Je... Je... Je ne suis pas venue ici pour prendre la place de Lynn. Je suis venue ici pour savoir qui elle était. Je n'ai appris que récemment qu'elle était ma sœur et.. Et c'était déjà trop tard. Mais je comprends, je n'aurais pas du venir. » énonça la bouche de Lynn. Les yeux de Lynn s’emplirent de larmes. Les cheveux de Lynn virent cacher une partie de son visage alors qu’elle baissait la tête. La silhouette de Lynn recula.

    Joyce n’avait toujours pas bougé. Elle n’y arrivait pas. Quiconque la connaissait aurait su que c’était mauvais signe. Elle était du genre bavard, et son silence était synonyme de problème. Noam frotta son dos dans un geste rassurant, avant d’intervenir. Elle ne connaissait assez pour savoir qu’il n’aurait pas pu s’en empêcher, bien qu’il soit sans aucun doute tirailler entre être juste et aller dans le sens de Charly.

    « Non attends Léanne. C’est pas ce qu’elle voudrait. En apprenant la vérité, tu sais comme moi ce qu’elle aurait fait. Elle ne lui aurait jamais tourné le dos… On doit respecter sa volonté, même si c’est douloureux. Je m’attendais pas à te voir ce soir. Qu’est ce qui t’as décidé ? »

    Ainsi ils avaient parlé de cette soirée ? Joy’ fronça les sourcils. Sa main lâcha l’avant bras de Noam, auquel elle était accrochée fermement, et retomba le long de son corps.

    « Tu savais qu’elle serait là ? Qu’elle était en ville ? Je sais qu’on n’a pas vraiment cherché à approfondir le sujet, mais quand tu évoqué la jumelle de Lynn, il aurait peut-être été judicieux que tu me dises qu’elle était à Hope Mills, non ? » finit-elle par lâcher, en fixant Noam.

    Elle fit demi-tour et avança de quelques pas vers la mer, leur tournant le dos. C’était assez impoli, mais elle avait besoin de reprendre ses esprits. La jeune femme fixa l’horizon, l’étendue sombre de la mer qui s’étalait devant ses yeux.

    C’était un peu trop à digérer pour une seule et même soirée. Elle n’avait même pas encore jeté sa photo au feu… La nuit risquait d’être longue pour les habitants d’Hope Mills.

    Elle ferma les yeux, se massa les tempes du bout des doigts, et inspira profondément avant de se retourner vers les trois autres adultes. Son regard se posa sur la petite Noaly, qui devait probablement se sentir complètement perdue. Elle lui sourit, aussi rassurante qu’elle put vouloir l’être. Lorsque Joyce reposa ses yeux sur Léanne, elle retrouva son air grave.
    « Je suis… Désolée. Pour cet accueil... Peu chaleureux. » Une nouvelle fois, elle ferma ses paupières, et elle ne put retenir une larme, qui roula le long de sa joue. Elle devait le faire pour Lynn. Joy fit un pas en avant, prit doucement la main de Charly dans la sienne, et la serra. Elle fixa intensément sa meilleure amie dans yeux, dans l’espoir de lui transmettre un peu du courage qu’elle tentait de rassembler.
    Sans lâcher Charly, dont le contact la rassurer, elle reporta son attention vers la blondinette. Elle lui tendit la main. « Je m’appelle Joyce. Joyce Finnigan. » Elle inspira, et présenta un faible sourire. C’était le mieux qu’elle puisse faire pour le moment. « Bienvenue à Hope Mills. »


Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 174
Pseudo : CLUMSY
credits : (c) Shyia
open pour un sujet ? : nope

Tell me more
Statut:
Relations:

    REGAN ▬ Girl with a broken smile

MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Mer 14 Juil - 0:53

Deux minutes. Tout peut changer en deux minutes. Regan le savait mieux que personne. Elle était passée de jeune étudiante mariée à futur maman angoissé en l’espace de deux minutes, le temps que le test de grossesse affiche un signe positif. Cinq ans, quelques mois et deux minutes plus tard, sa vie basculait de nouveau. Elle avait détourné son attention quelques secondes et sa fille en avait profité pour disparaitre. Sa main qu’elle pensait maintenir dans sa main avait glissé doucement, mais la peur panique qui s’était immiscé dans Regan ne s’y était pas glissée doucement. C’était rapide et douloureux. Sans sa fille, la jeune Bishop n’avait aucune chance de survivre. Elle se savait incapable de remonter la pente si quelque chose arrivait à sa fille. Heaven était toute sa vie et ce, depuis qu’elle avait croisé son regard pour la première fois.

    Cinq ans et quelques mois plus tôt.
    La neige tombait encore sur la ville. Les fêtes de Noel étaient terminé depuis quelques semaines déjà pourtant la neige continuait à persister. Emmitouflé dans un manteau, une écharpe enroulé autour du cou, Regan poussa la porte de la maison de ses parents. Sa mère allait certainement la tuer, mais elle s’ennuyait ferme chez elle et en plus, le bébé avait envie d’un chocolat chaud avec pleins de marshmallows et elle n’avait plus de marshmallows chez elle. Enlevant son manteau et ses affaires, Regan tenta de se faufiler dans la cuisine de ses parents sans que personne ne la remarque. Tant bien que mal, elle essaya de s’assoir sur une chaise de comptoir, ce qui n’était pas chose facile avec un ventre protubérant.

    « Toujours pas explosé ? » Regan tourna la tête pour voir sa petite sœur. Elle lui tira la langue alors qu’elle arrivait enfin à s’assoir. « Ta nièce aimerait un chocolat chaud avec pleins de marshmallow s’il te plait » demanda la jolie blonde avec sa voix la plus mielleuse.

    « Regan Louise Bishop ! »
    « Adieu et bonne chance au microbe Bishop Ames. »
    « Aaliyah » murmura Regan paniquée alors que sa sœur détalait déjà de la cuisine. La jolie blonde tenta de se tourner vers sa mère alors qu’une douleur lui perforait l’estomac. Elle passa une main sur son ventre et empêcha une grimace de douleur. Ca durait depuis ce matin, mais le médecin l’avait prévenu qu’elle pouvait avoir des douleurs sans que ce soit le début du travail.

    « T’es censé te reposer au chaud chez toi. »
    « Mais je voulais un chocolat chaud avec des marshmallows. »
    « T’aurais pu demander à ton mari de t’en faire un. »
    « Mais il sait pas les faire comme ma maman chérie. »
    « Tu veux plutôt dire qu’il est pas là. »
    « Maman. »
    « Regan, t’es sur le point d’accoucher, il devrait être avec toi. »
    « Il est avec moi, mais il avait un concert à Raleigh. »
    « Il aurait pu... »
    « Ouch. » Regan grimaça alors qu’une flaque d’eau mélangée à d’autres choses s’écoula sur le sol. « Oh oh. » Regan leva un regard paniqué vers sa mère. Après ça tout c’est passé très vite. Du moins, l’allée à l’hôpital. Uniquement grâce à sa mère, qui ayant mis trois enfants au monde avait cessé de paniquer, même si voir son bébé mettre au monde un autre bébé n’était pas une chose facile à accepter.

    « Très bien Regan, ta fille va bientôt arriver. »
    « C’est impossible, Austin n’est pas encore là. » Elle se tourna vers sa mère pour lui demander si elle l’avait appelé. Regan se rendait bien compte que tout avait changé depuis qu’elle lui avait annoncé qu’elle était enceinte. Il s’éloignait et elle ne pouvait rien faire pour ça. Il passait ses nuits dehors avec on ne sait qui à faire on ne sait quoi. Mais Regan avait encore un espoir. Une fois que leur fille viendra au monde, il cessera d’avoir peur et tout redeviendra à la normale.

    « Il va arriver chérie, mais tu dois pousser. » Une nouvelle once de douleur secoua la jeune Bishop. Elle était bien trop jeune pour avoir ce bébé, mais elle l’avait voulu. A partir du moment où elle avait vu le test apparaitre positif, elle avait aimé ce petit bout. Mais sans Austin, elle pourrait pas y arriver.

    « Maman, j’ai besoin d’Austin. » « Tu dois penser à ton bébé avant de penser à Austin. Ta fille est le plus important pour le moment d’accord ? » Regan acquiesça alors que le médecin lui intimait de pousser. Elle hésita quelques secondes avant qu’une nouvelle secousse de douleur traverse son corps. Elle jeta un dernier coup d’œil vers la porte, espérant encore voir son mari traverser les portes. Mais l’impatience de voir sa fille pris le dessus et elle poussa. Un temps indéfini plus tard, dégoulinante de sueur, épuisée par tous ses efforts, elle entendit ce magnifique son. Rapidement, on lui déposa sa fille dans les bras. Elle avait beau être plus que lessivée, elle ne put empêcher un sourire de se dessiner sur son visage. Sa main glissa sur sa joue puis dans le léger duvet. « Bonjour bébé. » Elle sait que c’est impossible, mais elle a l’impression que sa fille lui offre son premier sourire. Un éclat de rire s’échappe des lèvres de la jeune Bishop. « T’es magnifique. » Regan s’assure que sa fille a bien ses 10 darkorangeet ses 10 orteils avant de caresser son nez avec le sien. « Mon petit cœur. » « Alors comment on va appeler ce petit ange ? » Regan lève le regard vers sa mère et lui sourit quand elle voit à quel point elle est émue. Rapidement, elle repose le regard sur sa fille avant de déposer un baiser sur son front. « Heaven. » Elle porte bien son prénom. Ce petit ange est une petite part de paradis sur cette terre.

    Retour au présent.


Sa vie avait changé quand Heaven était venu au monde. Elle était tout de suite tombé en admiration devant sa fille. Elle avait cessé de mettre Austin sur un piédestal et avait commencé à le voir comme il était réellement. Faux, peureux et menteur. Elle avait mis sa fille au premier plan et avait tout fait pour la protéger de ce père affreux qu’elle avait épousé. Elle ne peut pas se douter qu’à ce moment précis, c’est lui qui a Heaven. Elle imagine les pires scénarios. En 5 minutes tout peut arriver. Elle ne veut pas faire parti d’un fait divers. Elle veut retrouver sa fille tout de suite. Elle commence à paniquer et la cherche partout à l’aide d’un agent de la sécurité avant de croiser le regard de Blake dans la foule. Trois mois sortent de sa bouche et elle se sent plus soulagée. Elle ne sait pas se l’expliquer, mais quand son regard croise le sien, elle cesse de s’inquiéter. Elle le voit baisser la tête et son regard suit le même chemin alors qu’une bouffée de soulagement s’empare d’elle. Elle pousse une personne et se fraye un chemin vers eux. Un pas, puis dix avant qu’Heaven ne se retrouve dans ses bras. « Mon bébé. » Regan dépose un millier de baisers sur le visage de sa fille quitte à l’ettoufer. Elle s’assure qu’elle va bien, qu’elle n’a rien. « Mamaaaaan. » râle sa fille, qui n’a pas l’air traumatisé du tout. Regan passe une main dans les cheveux blonds de sa fille. « Tu vas bien ? T’as rien ? Qu’est ce qui c’est passé ?» « Un monsieur a dit qu’il allait donner une glace à moi. » Regan fronce les sourcils avant de regarder Blake. Il n’était pas idiot, il n’aurait pas enlevé Heaven sans prévenir Regan. Elle repose le regard sur sa fille. « Quel monsieur Heavy ? » « Z’est parti, mais ze garçon il saigne. Tu drois ze soigner. » Regan fronce les sourcils avant de relever le regard vers Blake qui les regarde. Elle se relève et porte Heaven. Aucune chance qu’elle redonne la main à sa fille ce soir, elle préférait la garder près d’elle. Elle s’approche doucement de Blake. Arrivé à sa hauteur, elle souffle un merci. Elle a l’impression qu’elle lui doit plus qu’un merci, mais elle ne sait pas pourquoi. « Qu’est ce qui c’est passé ? » Blake n’a pas le temps de répondre qu’Heaven crie c’est lui en zozotant. Elle fronce les sourcils et se tourne vers la direction qu’indique sa fille. Le prénom de son ex-mari glisse de ses lèvres. Elle lance un regard vers Blake et même si elle ne comprend pas tout, elle sait qui est l’instigateur de la plus grosse peur de sa vie. Son sang ne fait qu’un tour. « Tu peux me garder Heaven deux secondes ? » Elle met Heaven dans les bras de Blake. En temps normal, elle n’aurait jamais confié sa fille à un presque inconnu, mais sans comprendre, elle sait que Blake ne blessera jamais sa fille, contrairement à Austin. Elle dépose un baiser dans les cheveux de sa fille avant de se tourner vers Austin. Très rapidement elle arrive à sa hauteur et alors qu’il la regarde avec un sourire niais, elle fait ce dont elle a envie depuis plus de cinq ans. Son poing part sans qu’elle ne puisse le contrôler. « Ne t’approche plus jamais de ma fille. » crie-t-elle sous le regard effaré de son ex-mari et de tous ces amis.

Aussi rapidement qu’elle est venue, elle retourne vers Heaven et Blake. Elle souffle un merci à Blake pour avoir gardé Heaven alors qu’elle la récupère, les mains encore légèrement tremblante et le poing douloureux. Elle n’a pas l’habitude de donner des coups, mais punaise ce que ça fait du bien. Elle pose un baiser sur la joue d’Heaven avant de déposer son regard sur Blake, qui lui sourit bizarrement. Ses joues prennent une teinte rosée. « Quoi ? » demande-t-elle presque en criant, toujours sous le poids des émotions. Elle se radoucit quand elle voit son arcade en sang. Heaven toujours dans les bras, elle se rapproche et de sa main libre touche l’arcade de Blake. « Tu devrais aller à l’hôpital. T'as besoin de sutures » murmure-t-elle doucement légèrement perturbée par le frisson qui la parcouru quand sa main a frôlé sa peau. « Maman zu va le soigner ? » Regan retourne rapidement à la réalité en entendant le son de la voix d’Heaven. « Nan mon cœur il faut qu’il aille à l’hôpital. » « Mais t’as soigné boubou zans l’emmener à l’hôpital. Z’as même soigné mamie zans l’emmener à l’hôpital et zu dis touzours que l’hôpital c’est nul. » Heaven se tourne ensuite vers Blake. « Zu veux que maman te soigne ? Z’est la meilleure. » Regan se tourne vers Blake, légèrement génée.« Je suppose que t'as pas besoin d'aller à l'hôpital. Un tour dans ma salle de bain devrait suffire. »

_________________

    It's all about your cries and kisses, those first steps that I can't calculate. I need some more of you to take me over. If I had the chance to start again, then you would be the one I'd come and find.
    MAYBE THERE'S A CHANCE OUR WALLS MIGHT FALL.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Messages : 238
Pseudo : VIP
credits : moi
open pour un sujet ? : yep

Tell me more
Statut: Craque pour quelqu'un
Relations:

♠ Ce qui me brise, c'est pas que tu t'appuies trop sur moi, c'est que tu m'abandonnes

MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Jeu 15 Juil - 21:31




Vivre dans le présent, il se l’est promit le jour où il a perdu Boone. S’attacher à une personne, est la chose la plus commune du monde. Avoir le cœur brisé en est une autre. Boone n’aurait jamais dû mourir ce jour là. Il était trop jeune pour ça. Blake, par contre, a souvent pensé qu’il aurait dû être à la place de son ami. Il n’aurait manqué à aucun proche et personne ne se serait inquiété d’une soudaine disparition. La vie est féroce avec Blake. A croire qu’il n’a pas encore assez enduré de souffrance et de pertes. Il n’était qu’un ado à l’époque et aujourd’hui, il peut encore sentir le goût du sang dans sa bouche, lors de cette baston qui a couté la vie à son meilleur ami.

Les années passent mais rien ne changent. Il traine dans les petites villes. Vit un peu de sa musique. Ne s’attache à personne en particulier. Les ennuis le poursuivent. Certes, il a cette manie de s’emporter très vite avec Austin. Ceci dit, ces coups là, il les mérite. Son histoire avec Regan, il la connait que brièvement. Son attitude le dégoute. Mieux que personne, Blake est bien placé pour savoir qu’un enfant peut souffrir de l’absence de ses parents. Peut être est il plus sensible qu’il ne veut encore se l’avouer. Cette nuit avec Regan n’était pas sensé signifier quelque chose. Toutefois lorsque son regard croise le sien, il ne peut retenir cette élan de satisfaction et de tendresse le submerger. Depuis quand éprouve-t-il des sentiments avec ses coups d’un soir ? ça ne lui ressemble pas. Blake met très vite la distance. Sauf que la jeune Bishop a traversé la rivière ensanglanté pour s’immiscer dans un coin de son cœur. Chose que personne n’est jamais parvenu à faire jusqu’à maintenant.

Lorsqu’il voit Austin avec la petite fille dans ses bras. Sa réaction est instinctive et primale. Il ne peut pas s’en empêcher. Faire du mal à Regan est une chose qui le révulse. Pourquoi la détruire ? Elle n’a rien fait d’autre que d’élever sa fille. Mué par une force intérieure qu’il ne se connait pas, Blake se charge de mettre la petite fille à l’abri avant de se jeter sur Austin. Il se moque du quand dira-t-on. Il se fout que Regan lui balance qu’il ne s’agit pas de ses affaires. Tout ce que Blake sait, c’est qu’Austin ne peut pas s’en sortir si facilement. Un enfant c’est sacré. Blake n’a pas eu l’enfance, ni l’éducation que peut récolter tout enfant grandissant avec ses deux parents, mais le peu qu’on a pu lui inculquer, elle reste gravé en lui. Un enfant, c’est l’innocence même. C’est pour cette unique raison qu’il défendra toujours les enfants. A demi inconscient, il jette un dernier regard à Austin avant de s’accroupir près d’Heaven dont le sourire le bouleverse. Le reste des évènement deviennent flous. Les mots restent coincés dans sa gorge. Il ne sait plus quoi dire ou comment agir lorsqu’il voit la jeune femme en présence de sa fille. L’émotion est vibrante. L’amour qu’elles se portent est si naturel et profond, qu’il doit redoubler d’effort pour qu’elle ne devine rien de ses pensées. L’interaction entre la mère et la fille est si captivante qu’il a tout juste le temps de suivre les évènements qu’Heaven atterrit dans ses bras.

Il n’a pas l’habitude des petites filles. Encore moins des petites filles aussi délurées que la petite Bishop. Son regard croise celui d’Heaven puis il se tourne vers Regan qui poursuit Austin. Blake s’attend à voir le rocker répliquer mais il n’en est rien lorsqu’il reçoit le coup de la blondinette. Blake se doit alors de dissimuler ce sourire satisfait. Elle n’a pas froid aux yeux et n’éprouve vraisemblablement aucune crainte vis-à-vis d’Austin. Blake ne pourrait pas éprouver plus de fierté qu’à cet instant précis. La blondinette dans ses bras ne semble pas terrifié par le fait d’être porté par un inconnu. Il n’a pas de feeling particulier avec les enfants. Quand aux adultes, c’est guère mieux. Blake est méfiant. Il n’accorde que rarement sa confiance. Lorsque Regan revient, et lui glisse se merci, il éprouve une étrange sensation. Comme si on venait de lui arracher une partie de lui-même. Il ne se rend pas encore compte de combien elle a pu lui manquer ces derniers jours. Son sourire l’apaise et la tendresse qui s’émane de la jeune maman l’ébloui. Pourtant, il n’est pas homme à fondre devant une mère et son enfant. Sauf qu’elle a touché une corde sensible. Aucun son ne franchit ses lèvres tandis que mère et fille entrent en discussion. Les doigts de Regan frôlent son arcade et son sang se met violent à pulser dans chaque fibre de son être. Rester maître de lui-même devient terriblement difficile. Il voudrait la tenir contre lui et la faire taire d’un baiser urgent pourtant il reste là, à la regarder avec ce fond de tendresse dans les yeux, et un mélange de reconnaissance. Il ne connait aucune femme comme elle. Si maman, si adulte et si femme à la fois. Ses pensées s’embrouillent tandis que les deux blondinettes évoquent l’hôpital et qu’Heaven réplique à sa mère qu’elle a déjà soigné des gens sans allé à l’hôpital. Dans le fond, il aime déjà cette gamine. Elle est futé, intelligente et a déjà l’esprit aussi vif que sa mère. Qui ne pourrait pas fondre pour une enfant comme elle ? Heaven s’adresse alors à lui et Blake sort enfin de ses pensées. Son regard glisse de Regan à Heaven pendant plusieurs secondes avant qu’il retrouve ses esprits. « Je suis sur que ta maman a mieux à faire ce soir. Tu lui a fait très peur. » Certes, c’était pas malin de remettre ça sur le tapis mais il ne tenait pas à compliquer la relation qu’il entretenait avec Regan. Le mieux était encore de s’éclipser sans faire de dommages collatéraux. Sauf qu’il ne s’attendait pas à la proposition de la maman. Elle n’était pas obligé de prendre soin de lui. Pourquoi le ferait elle ? Ils se connaissaient à peine – malgré leur nuit sulfureuse et inoubliable – et une fois de plus un certain malaise envahit Blake. Ceci ne dura qu’une très courte seconde avant qu’un lent sourire malicieux traverse ses traits. « Je suis invité à visiter ta salle de bain ? » Il sait pourtant que tout avait commencé de cette façon la première fois. Avec elle, le danger était dans les moindres paroles. Mauvaise interprétation, jeu de mots, avec un tout petit rien les paroles prenait un sens plus osé. Blake avait pour habitude de jouer avec ses joutes verbales. Pourtant, il est le premier à se reprendre. « J’peux me débrouiller. Pas besoin qu’on me torture avec une aiguille… T’as mieux à faire que t’occuper d’un fauteur de troubles. »
C’est toujours comme ça qu’on parlait de lui. Le fauteur de troubles. Au foyer, au lycée, il était de ces bêtes noires parce qu’il était différent des autres. Enfant, on ne lui a jamais dit ce qu’il devait écrire sur les papiers administratif. Profession des parents ? Mort. Et plus tard, ça ne s’est pas arrangé lorsqu’il s’agissait de participer à des voyages ou sorties scolaire. Il était de ces jeunes condamné à errer dans les couloirs du foyer, faute d’avoir des parents et de l’argent pour satisfaire sa curiosité via le monde. Une fois de plus, cette part sensible et torturé remontait à la surface. Cette vulnérabilité, il craignait qu’elle la découvre et pourtant, ne serait ce pas ce qui ferait de lui un homme à part entière ? un type bon mais dont les blessures n’ont jamais pu cicatriser totalement. Il lui offre alors ce sourire embarrassé avant de récupérer sa guitare, tombé dans le sable.






_________________

Lost and afraid to be with you


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t151-n-blake-rivers-no-one-knows-what-its-like-to-be-the-bad-man-to-be-the-sad-man http://dont-stop-believin.forumactif.com/t63-rivers-come-with-me-in-hell http://dont-stop-believin.forumactif.com/t56-n-blake-rivers
Invité

Invité

MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Jeu 15 Juil - 23:46




Ces derniers temps, il fallait avouer que j’avais plus que la tête dans les études. Enfin « ces derniers temps » ça voulait plutôt dire depuis deux ans. Et j’en connaissais très bien le point de départ. Et au final, je m’en foutais de ce que les autres pouvaient bien en penser. Enfin presque, parce que bien que je me sois fortement éloigné d’eux, ils restaient quand même toujours dans mon cœur et dans ma tête. Il ne se passe pas une journée sans que je ne pense à eux. Et même si je ne les croise pas, ils sont omniprésents. Je suis lié à eux depuis le collège, c’est comme ça et rien ne pourra me défaire d’eux. Et puis même, je ne veux en aucun cas en arriver là. Une question me trotte tout de même dans la tête depuis un certain temps déjà : comment réagiront-ils quand j’aurai fini mes études et que j’aurai enfin du temps pour eux ? Mais à ça, je n’avais aucune réponse. Enfin je l’aurais certainement bientôt. Nous étions samedi et lundi, je passerai mon examen. J’ai peur, et pour des tas de choses. Leur réaction avant tout parce qu’ils m’importaient beaucoup, mais aussi ma réussite, parce que je devais tenir ma promesse, et jusqu’au bout. Il n’était pas temps que je baisse les bras, j’étais en pleine ligne droite finale.

Ce matin, je m’étais levé aux environs de huit heures pour prendre un petit déjeuné rapide pour me mettre directement au travail après une bonne douche. A midi, j’avais également fait une petite pose en allant m’acheter un sandwich au magasin d’en face et en le mangeant tout en marchant sur le chemin du retour. Moins je perdais de temps, mieux c’était. Au fil des jours, j’avais fini par m’enfermer chez moi, dans cet appartement beaucoup trop grand pour une seule personne, et je passais tout mon temps accoudé à mon bureau, les yeux plongés dans les bouquins. Cette fin de journée avait finie par m’exaspérer. D’un coup j’avais l’impression de ne rien savoir du tout, de ne même plus comprendre les mots et puis l’instant d’après, je connaissais tout sur le bout des doigts à un tel point que j’avais la folle envie de tout bazarder, tellement je pouvais réciter tous les mots, alignés dans la bonne phrase et dans le bon contexte. J’avais fais tous les exercices des années précédentes et les années encore avant, chronométré et tout, j’étais toujours dans les temps et pourtant, j’étais toujours aussi incertain, fidèle à moi-même et pas sur de moi. J’en étais même arrivé à sauter le repas du soir et à me bourrer autant que possible de caféine. A dix-neuf heures, une grande enveloppe s’afficha sur l’écran de mon PC qui restait toujours allumé en face de moi. Automatiquement, je pris ma souris en main et cliquai dessus afin que le message s’affiche. Ce message n’était qu’un simple rappel. Message qui me rappelait de la soirée feu de camp de ce soir, et qui me rappelait également que la vie continuait en dehors de mes études. Tasse de café à la main et crayon en bouche, je me posai sur le fond de mon siège et je réfléchis un instant. Et si j’y allais ? Après tout, je n’avais rien à perdre et un peu de détente n’était pas de refus. C’est vraiment moi qui dis ça ? Oh et puis merde à la fin. Je connaissais tout, non ? J’en connais une qui aurait débarquée en ce moment même sans frapper et qui m’aurais arraché de ce siège en me disant « Aller hop, on va s’aérer un peu ! ». Je e surpris rêver à m’imaginer la scène et entendant sa voix comme si elle était là. C’était fou ce qu’elle me manquait. Prenant une bonne bouffée d’air, je fermai mon bouquin rempli de techniques de défenses d’accusés. J’éteignis également mon pc, pris ma veste qui était posée sur mon lit ainsi que mes clés, mais avant de sortir, j’eux un mouvement de recul. C’était la soirée feu de camp n’est-ce pas ? Alors comme le voulait la tradition, je devais trouver quelque chose à brûler. Mais quoi ? Un vieux bibelot n’aurait eu aucune signification, il fallait que je trouve quelque chose de réellement significatif. Trouvant enfin une idée, je partis fouiller dans mon armoire et en ressortis un pull. Mais pas n’importe quel pull, celui de l’université que je fréquentais, celui que portaient tous ceux qui étaient en filière de droit, celui où on trouvait la célèbre balance de la justice imprimée au dos. Il fallait que je le brûle, c’était pour l’instant la chose qui m’importait le plus. Dès lundi, j’aurai fini d’entendre parler de cette université, de ces cours et de ces études. C’était ma manière à moi de dire adieux à tout ça.

Une vingtaine de minutes plus tard, j’y étais, j’étais enfin sorti de chez moi, abandonnant ces bouquins plus ennuyants les uns que les autres, arborant à nouveau une masse de gens importants. Je ne sais par quel réflexe, la première chose que je fis fut de les chercher des yeux. Qui ? Et bien ma bande de potes que je côtoyais tous les jours auparavant. Ne les trouvant pas, j’avançai du feu, pull à brûler à la main. Je restai de longues minutes admirant les flammes et repensant à ces deux dernières années, loin de me douter que mes amis se trouvaient quelques mètres plus haut derrière moi.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
Messages : 1494
Pseudo : Lili
credits : .lollipops & tumblr
open pour un sujet ? : Yep

Tell me more
Statut:
Relations:

    BITCHYADMIN▬ Fly me to the moon

MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Ven 16 Juil - 17:49

Elle n’aurait pas du venir. C’était une mauvaise idée. Elle s’était attendue à ce que ça arrive. Depuis que Noam lui avait annoncé que Lynn avait une sœur jumelle, elle s’était préparée à devoir voir la copie conforme de celle, qui avait été bien plus que sa meilleure amie. Elle n’avait cessé d’y penser. Hope mills était une petite ville après tout, elle devait s’attendre à la croiser. Malgré tout, elle n’était pas prête, loin de là. Elle savait que c’était impossible, pourtant quand son regard avait croisé le sien, c’est Lynn qu’elle avait vu, pas Léanne. Charly ne savait pas réagir face à ce genre de situation. Elle était incapable de gérer la foule de sentiments qui se bousculait en elle. Elle était en colère contre Lynn, de les avoir abandonnés. Elle était blessée et surtout elle souffrait de la perte de sa meilleure amie. Et quand Charly ne savait pas comment réagir, elle fait ce qu’elle sait le mieux faire. Elle attaque et crache son venin, peu importe si ça blesse. Elle sait que ce n’est pas juste envers Léanne, mais ça ne l’empêche pas de réagir comme ça.

Lynn était morte. Léanne ne retrouverait jamais sa sœur, tout comme Charly ne retrouverait jamais sa meilleure amie. A la limite, elle pouvait comprendre que Léanne veuille connaitre des choses sur sa sœur, mais elle ne pouvait pas accepter qu’on vienne faire souffrir les gens qu’elle aime et le retour de Léanne ferait forcément souffrir les personnes qui comptent le plus pour elle. A commencer par Noam, Joyce, Aidan, Casey et Josh, même Jessie. Peut être pas Noam après tout. Elle le fusilla du regard quand il la rappela. « C’est pas ce qu’elle voudrait. En apprenant la vérité, tu sais comme moi ce qu’elle aurait fait. Elle ne lui aurait jamais tourné le dos… » « Elle voulait pas mourir non plus, pourtant elle est pas là. » répliqua-t-elle du tac au tac, agacée. Si Noam voulait connaitre Léanne, c’était son choix, mais certainement pas sur la place publique où tout le monde pouvait voir son sosie. « On doit respecter sa volonté, même si c’est douloureux. » Elle détacha rapidement sa main de celle de Noam. « Et on fait quoi à propos de la volonté de ceux qui sont encore en vie ? »

Sa main libre glissa dans celle de Joyce. Elle savait qu’elle n’était pas la seule à souffrir de cette situation. Lynn avait toujours été leur amie. D’aussi loin qu’elle s’en souvienne, ça avait toujours été Lynn, Joyce et Charly. Un jour, elle tuerait Noam. Il n’avait même pas averti Joyce de l’arrivée de Léanne en ville ? Qu’est ce qui allait pas chez lui ? Elle sentit la main de Joyce glisser de la sienne. Elle la regarda s’éloigner et si elle restait, c’était uniquement pour s’assurer que Joyce allait bien et qu’elle n’allait pas aller se noyer. Une meilleure amie en moins était largement suffisant. Sa main glissa dans les cheveux de sa fille. Charly faisait bien en sorte de ne pas regarder Léanne. Elle en était incapable.

Elle devait avouer qu’en voyant Joyce revenir vers elle, elle ne s’était pas attendue à cette réaction. Le reste des minutes se passa dans un brouillard. Elle sentit à peine la main de Joyce revenir dans la sienne. Elle ne comprit pas son regard et ne comprit pas les mots qui passaient la barrière de ses lèvres. Tout ce qu’elle voyait, c’était Joyce parler à Lynn. L’espace de quelques secondes, elle voulut croire que Lynn était de retour parmi elle. Elle ferma les yeux quelques secondes, une larme coulant le long de ses joues. Le visage était peut être identique, la voix ne l’était pas. Elle rouvrit les yeux et resserra sa prise sur sa fille. « Je... Je suis... » Elle essaya vraiment de se présenter et d’agir comme Lynn l’aurait voulu, mais elle ne pouvait pas. Les mots ne voulaient pas sortir de sa bouche. « Je suis désolé. » murmura-t-elle, avant de se retourner et de partir le plus vite possible. Les larmes lui brouillèrent la vue, alors que sans s’en rendre compte, elle se retrouva devant le bateau. Est-ce que c’était un signe ? Est-ce que ça voulait dire qu’il était temps de laisser le passé derrière elle et d’avancer ? Devait-elle oublier tout de Lynn ? Oublier sa mort et tout ce qui c’est passé avant ? Elle n’avait pas eu l’occasion de bruler la lettre de Noam et la photo d’eux deux. Elle avait mieux à bruler maintenant. Noaly toujours sur une hanche, elle chercha dans son sac quelque chose de précis. Un bracelet en perle d’enfants que Lynn avait fait à Charly quand elles étaient petites. Elle finit par le trouver et son cœur se serra. Il fallait qu’elle le fasse. Il était temps de laisser Lynn partir. Sa main se place au dessus du bateau et elle hésita quelques secondes avant de se raviser. Elle n’était pas prête à laisser Lynn partir. Elle prit le poignet de Noaly et lui mis le bracelet. Il était impossible pour Charly de laisser sa meilleure amie disparaitre. Elle ne le voulait pas et l’accepterait encore moins.

« Mama triste ? » demanda une petite voix. Charly se mordilla la lèvre et essuya rapidement les larmes qui coulaient le long de sa joue. « Non bébé, maman elle est pas triste. » Charly déposa un baiser sur la joue de sa fille avant de s’arrêter. A croire que c’était la journée des revenants. Mais ça c’était un bon revenant. Un sourire se dessina sur ses lèvres alors qu’elle suivit du regard le jeune homme. Elle remit une mèche de cheveux derrière son oreille et s’approcha doucement de lui. « Mon Dieu, Casey Ainsworth a finalement décidé de sortir chez lui. Doit-on mettre un article dans le journal ? » demanda-t-elle moqueuse. Elle comprenait que Casey se consacre à ses études et à son futur, même s’il faisait souffrir sa meilleure amie.


_________________

    ── THE STORY GOES ON WITHOUT YOU ──
    And there's got to be another ending. But yeah you broke my heart. It won't be the last time but I'll get over them too. As a new door opens we close the ones behind. You mixed me up for someone who'd fall apart without you. Yeah you broke my heart for the first time. But I'll get over that too.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Age du personnage : 25 ans
Messages : 2123
Profession/Etudes : Mécanicien
Pseudo : sydney
credits : sydney
open pour un sujet ? : Yep

Tell me more
Statut: Craque pour quelqu'un
Relations:

ADMIN Aimer quelqu'un, c'est aussi aimer le bonheur de quelqu'un

MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Sam 17 Juil - 1:26



Se mettre Charly à dos, était une chose que Noam savait gérer. Depuis longtemps, ils se livraient une lutte sans merci lors des moments critiques. Les mots dépassaient leurs pensées et plus tard, ils parvenaient à rétablir une communication. Ça prendrait du temps. Surement que leurs amis y ajouteraient quelques remarques. Comme Josh démolirait Noam dans son dos, juste pour remonter le moral de sa meilleur ami. Quand à Noam, Joyce tenterait d’être à son coté. Quoique pour l’occasion, rien n’était moins sur. Il avait mit les pieds dans le plats avec Leanne. Rien ne puisse être réparé. Sur le coup, Joyce pourrait lui en vouloir un certain temps, juste pour qu’il prenne conscience de l’absurdité de sa réaction. Il aurait du lui dire que Leanne était en ville. Mais en même temps, il avait cru que Joyce ferait le rapprochement. Elle est intelligente. En lui parlant de Leanne, il avait réellement songé qu’elle se ferait à l’idée de croiser la copie conforme de sa meilleure amie dans la rue. Sauf qu’il avait eu tort sur tout la ligne.

Une Charly furax, c’était déjà un phénomène. Une Joyce qui ne mâche pas ses mots, c’est un spectacle peu ordinaire. L’espace de quelques secondes, il soutient leurs regards. Leanne n’a pas le temps d’en placer que déjà l’atmosphère électrique prend en intensité au regard que Charly et Noam échangent. La dispute pourrait-elle être repousser ? Vraisemblablement non. « Tu déformes tout ! » réplique-t-il sur un ton tout aussi revêche. Est il prêt à faire entrer Leanne dans sa vie ? Il n’en sait rien. Ces derniers temps, il n’a pas de réponses à toutes ses interrogations. Inconsciemment, tout ce qu’il souhaiterait c’était d’avoir Lynn à son coté. Pour mieux comprendre Charly, pour savoir ce qu’il est censé faire. Il voudrait qu’elle soit à nouveau là pour le guider. Lynn brille par son absence. Et lui, se sent vidé, épuisé de se battre contre ces démons qui le rongent au quotidien. Charly est l’unique personne à savoir combien il lui est difficile d’affronter cette vie à Hope Mills. Et à cette seconde, elle est la première à enfoncer le clou. Il se mort la joue intérieure pour ne rien dire mais c’est plus fort que lui. Charly a le chic pour envenimer leurs disputes. « ça sera ton choix… mais dans une famille, on s’entraide, on se soutient… peu importe ce qui arrive. » déclare-t-il finalement alors que l’idée de perdre Charly lui effleure une nouvelle fois l’esprit. Ça n’est ni le lieu, ni le moment et pourtant, il ne peut se l’empêcher. La façon dont elle se détache de lui et la colère de Joyce. Il doute d’avoir toutes les forces requises pour cet exercice que lui impose la vie.

Son parrain lui avait conseillé d’éviter les confrontations pour l’instant. Sauf qu’il était en plein dedans et qu’une seule dispute pouvait changer son état d’esprit et le faire rechuter. Son regard soutient celui de sa meilleure amie. « Je lui ais pas implanté de traceur. Elle est majeure et vis sa vie comme elle le souhaite. C’est vrai que j’aurais peut être du le préciser… mais de ton coté, je pensais que tu ferais le rapprochement. Pour une fille intuitive, tu t’es vraiment loupé Finnigan ! » Quoi qu’il dise, quoi qu’il fasse, elles étaient liguées contre lui. Comment se défendre alors qu’elles ont décidés qu’il serait le méchant dans l’histoire. C’était injuste. Car il était celui qui avait tenté de les préparer à cette rencontre. Et aujourd’hui, c’était lui qu’on accusait. Malgré cette situation pesante, l’une après l’autre accepte les évènements récent. L’accueil n’enst pas des plus chaleureux mais si Leanne ressemble à sa sœur, elle ne s’en formalisera pas. Et d’ici quelques temps, elle pourrait même en rire. Soupirant, il observe Charly s’éloigner. Il a envie de la rejoindre. De l’emmener loin de la plage, de la prendre dans ses bras et d’effacer tout ce qui vient de se passer. Il veut à nouveau être seul avec elle. S’octroyer un moment de plénitude avec lui. Parler de tout et de rien. De Lynn, du passé, du futur, de leur famille, de leur fille, de revoir le sourire de Noaly, d’entendre la fille et la mère rire. De tout sauf des sujets susceptible d’éveiller un gouffre de souffrances. Il esquisse un pas vers elle lorsqu’il reçoit la réponse de Joyce avec un regard d’avertissement. Il soupire et se mord la joue intérieure. S’éloignant à pas déterminée en direction du bateau, il la suit des yeux. Il n’arrive pas à croire que, ce qui aurait pu être une belle soirée, se transforme en un règlement de compte. Il détourne finalement les yeux pour croiser les yeux de Leanne. « Pour un accueil, ça aurait pu être plus désastreux… » s’excuse-t-il avec un triste sourire à l’adresse de la blondinette. « ça s’arrangerait. T’en fais pas. »

Du moins, il espérait. Avec Charly, seul le temps pourrait peut être changer la donne. Enfin, il faudrait beaucoup de temps. Surtout lorsqu’on sait combien la relation entre Charly et Lynn était unique. Noam, lui, avait déjà commencé à prendre du recul. Surement parce que depuis des mois, il en découvre un peu plus sur sa famille biologique. Il apprend à se protéger mais ça ne veut pas dire que l’absence de Lynn, ne lui fait plus rien éprouver. Bien au contraire. Lorsqu’il entend la voix de Charly au loin, il pivote machinalement et reste bouche bée de voir Casey sur la plage. Etait ce un mirage ou bien Ainsworth avait trouvé la porte qui menait à l’extérieur de son appartement ? Noam jette alors un regard en biais en direction de Joyce. « Décidément, même les fantômes se mettent à sortir. On aura tout vus. » marmonne-t-il à voix basse.




_________________
"Love feels no burden, thinks nothing of its trouble, attempts what
is above its strength, pleads no excuse for impossibility,
for it thinks all things are lawful for itself and all things are possible.
"

© Thomas A. Kempis

Actuellement dans le coma
Concernant les comptes de Camden & Blake, merci d'envoyer les mp sur la boite de Noam
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dont-stop-believin.forumactif.com/t150-noam-tanner-when-you-call-my-name-it-s-like-a-little-prayer http://dont-stop-believin.forumactif.com/t61-tanner-when-you-run-into-my-arms-we-steal-a-perfect-moment http://dont-stop-believin.forumactif.com/t59-noam-tanner-i-belong-to-you http://dont-stop-believin.forumactif.com
Invité

Invité

MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Sam 17 Juil - 11:34

    Noam : - « Non attends Léanne. C’est pas ce qu’elle voudrait. »

    * Léanne était vraiment prête à partir lorsque Noam la rappella. La miss s'arrêta mais continua à leur tourner le dos. A vrai dire elle avait un peu peur de leur faire face maintenant. Oui elle était arrivée un peu comme un cheveux sur une soupe, oui elle avait envie de les connaitre, mais la réaction de Charly lui avait fait peur. Elle aurait du y penser avant que personne ne voulait la voir ici. Maintenant elle avait peur de ne pas pouvoir supporter toute cette haine, que tout le monde la rejette. Leanne pouvait encaisser, mais pas à l'infini non plus. D'un côté elle fut soulagée que Noam la soutienne, mais à voir comment cela avait commencé, tout allait mal finir et le jeune homme allait se mettre ses amis à dos. Et ça, c'était hors de question. La petite blonde fit alors volte face pour reprendre la parole mais Joyce se mit à parler, la devancant, suivit de Noam qui continua son plaidoyer. *

    Joyce : - « Vous avez du culot de débarquer ici. Quoi ? Elle sait que Lynn est morte, mais elle vient comme même nous montrer son visage, comme si de rien n’était. Lynn n’aurait jamais fait ça. »
    Noam : - « En apprenant la vérité, tu sais comme moi ce qu’elle aurait fait. Elle ne lui aurait jamais tourné le dos… on doit respecter sa volonté, même si c’est douloureux. »

    * Léanne dégluti alors. D'après les dernières paroles de Noam, tout ce qu'elle comprenait c'était qu'il ne voulait pas plus d'elle que les autres personnes présentes ici. Il était gentil avec Lee' juste pour Lynn. Elle n'avait jamais vraiment fait attention à ce que les autres pensaient d'elle. Elle n'avait jamais eu envie d'être populaire ou même juste aimée par les autres. Seulement, entre être aimée et détestée, il y avait quand meme un ravin, surtout lorsqu'il s'agissait du même sang. *

    Charly : - « Elle voulait pas mourir non plus, pourtant elle est pas là. Et on fait quoi à propos de la volonté de ceux qui sont encore en vie ? »
    Noam : - « Tu déformes tout ! Ca sera ton choix… mais dans une famille, on s’entraide, on se soutient… peu importe ce qui arrive. »

    * Leanne inspira une petite boufée d'air. C'est à ce moment là qu'elle se rendit compte qu'elle n'avait pas respiré depuis un petit moment déjà. Elle devait avoir les joues rouges, cela ne devait pas arranger son air déconfit. Elle regretta sa pensée précédente. De toute façon, qu'elles qu'aient été les raisons pour lesquelles Noam la soutenait, Leanne lui en était reconnaissante. Lui en était enormement reconnaissante. Elle allait intervenir pour dire à Charly de ne pas blamer Noam lorsqu'une autre voix se fit entendre, et c'était mauvais pour Leanne encore une fois. La miss se tourna vers Joyce qui commença à s'énerver à son tour... Mais contre Noam. *

    Joyce : - « Tu savais qu’elle serait là ? Qu’elle était en ville ? Je sais qu’on n’a pas vraiment cherché à approfondir le sujet, mais quand tu évoqué la jumelle de Lynn, il aurait peut-être été judicieux que tu me dises qu’elle était à Hope Mills, non ? »
    Noam : - « Je lui ais pas implanté de traceur. Elle est majeure et vis sa vie comme elle le souhaite. C’est vrai que j’aurais peut être du le préciser… mais de ton coté, je pensais que tu ferais le rapprochement. Pour une fille intuitive, tu t’es vraiment loupé Finnigan ! »

    * Leanne commençait à être un peu perdue. Tout le monde parlait à voix fortes, derrière on pouvait entendre un brouhaha de foule, une dame qui cherchait toujours son enfant visiblement. Tout ça donnait mal à la tête à la jeune blonde. Elle ne savait plus qui regarder. Néanmoins elle tourna la tête vers Noam tandis que Joyce s'éloignait. *

    Noam : - « Je m’attendais pas à te voir ce soir. Qu’est ce qui t’as décidé ? »

    * Leanne n'avait toujours pas pu s'exprimer. Elle était restée silencieuse, songeant que laisser tout le monde lui cracher à la figure allait peut être les apaiser. Ils avaient visiblement besoin de prendre quelqu'un pour coupable de la mort de Lynn, c'était compréhensible. Il était plus dur de n'avoir personne d'autre à blamer qu'une personne qui n'était plus la que de blamer une vivante. Maintenant que le 'calme' était un peu revenue, la miss secoua légèrement la tête en articulant deux ou trois paroles. Elle ne trouvait pas que c'était le point important de la soirée. Elle devait faire comprendre aux autres que ça n'était pas de la faute de Noam et que s'ils devaient détester quelqu'un, il fallait que ça soit elle. Elle pouvait supporter qu'on la déteste elle, mais pas qu'on déteste les autres à cause d'elle.*

      - « Je... J'en sais rien. Je me suis dit que... Je crois que j'ai mal pensé. »


    * Alors qu'elle allait prendre la parole pour défendre Noam, Joyce revint vers eux. Elle n'avait plus l'air vraiment en colère. Leanne s'arrêta dans son élan pour la laisser parler. *

    Joyce : - « Je suis… Désolée. Pour cet accueil... Peu chaleureux. Je m’appelle Joyce. Joyce Finnigan. Bienvenue à Hope Mills. »

    * Léanne s'était attendu à tout mais pas à ça. Pas après le débat qui avait eu lieu quelques minutes plus tot. Complètement déboussolée, Leanne serra la main à Joyce. Noam avait-il réussi à la convaincre que Lynn n'aurait pas voulu tout cette haine ? Peu importait, Leanne esquissa un mince sourire en réponse, elle regarda Charly en coin qui, à contrario, ne semblait pas décidée à faire comme Joyce. Ca ne faisait rien, elle savait que ça prendrait du temps. A vrai dire elle ne pensait même pas que Joyce finirait par agir ainsi maintenant. *

      - « Ca ne fait rien... Mmm Merci. »

    Charly : - « Je... Je suis... Je suis désolé. »

    * Voyant que Charly s'éloignait, Leanne se demanda si elle devait la rattraper pour lui dire qu'elle ne devait pas en vouloir à Noam et à Joyce. Elle regarda ces deux derniers comme pour leur demander conseil. *

      - Vous croyez que je peux...


    * Elle désigna Charly du regard. Elle s'était rarement posé la question si elle pouvait ou non aller parler à quelqu'un, mais la situation méritait d'être prise avec des pincettes, et elle le savait très bien. *

    Noam : - « Pour un accueil, ça aurait pu être plus désastreux… Ca s’arrangerait. T’en fais pas. »

    * Leanne se rendit compte qu'il fallait qu'elle s'excuse au près de Noam plus qu'il ne fallait qu'elle convainque Charly de ne pas lui en vouloir. Enfin, ça reviendrait au même non ? Si elle essayait d'arranger les choses, peut être que Noam ne lui en voudrait plus. A moins que ça empire.. Elle essuya ses yeux d'un geste discret avant de s'excuser. *

      - « Tu n'avais pas à faire ça Noam. Je voulais pas que ça te cause des ennuis. A toi non plus d'ailleurs Joyce. Je... Je suis désolée... »


    Noam : - « Décidément, même les fantômes se mettent à sortir. On aura tout vus. »

    * Leanne tourna la tête vers le dit fantôme. C'était un jeune homme plutôt charmant d'apparance, mais qui avait l'air triste, très triste. La demoiselle se demanda qui il était mais n'osa pas demander. Elle en avait déja assez fait pour la soirée, il était peut être le temps de rentrer maintenant. Elle resta néanmoins là à regarder Charly et le nouveau venu. *
Revenir en haut Aller en bas
Invité

Invité

MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   Sam 17 Juil - 16:05

    Les uns et les autres parlaient au milieu du tohubohu de la foule formée par les habitants de Hope Mills. Les tirades fusaient, de-ci cinglantes, de-là attristées. La sœur de Lynn assistait au spectacle de leur dispute en silence, impuissante face aux inconnus enragés qu’ils étaient à ce moment-là. Les gens qui passaient près d’eux leur jetaient un regard intrigué, parfois inquiet, mais personne dans le petit groupe n’en avait conscience.

    « Je lui ai pas implanté de traceur. Elle est majeure et vis sa vie comme elle le souhaite. C’est vrai que j’aurais peut être du le préciser… mais de ton coté, je pensais que tu ferais le rapprochement. Pour une fille intuitive, tu t’es vraiment loupé Finnigan ! »

    La jeune femme toisa son meilleur ami, qui soutint son regard. Il pouvait se montrer tellement exécrable, parfois, qu’elle avait envie de le gifler. Cependant, elle se contint, et leva les mains en signe d’énervement. « Oh, oui, autant pour moi, Tanner. J’aurais du y penser ! »

    Elle jeta un coup d’œil à Léanne, et l’idée qu’elle devait les prendre pour les fous l’effleura. Joyce ne se montrait vraiment pas sous son meilleur jour. « Abruti. » ajouta-t-elle, pour conclure l’affaire. L’insulte était claire, concise, et marquait (pour elle, tout du moins) la fin de la dispute. Ce n’était pas son genre de s’emporter démesurément sur un sujet comme celui-ci, et elle était beaucoup moins rancunière que Charly. Elle avait dit à Noam sa façon de voir les choses, et maintenant, elle passait à autre chose. Espérons simplement que Noam se cantonne également à leur conversation principale.

    Joyce s’excusa finalement, serrant la main de sa meilleure amie qui se tenait près d'elle pour se sentir plus forte, soutenue. Elle avait besoin de Charly plus que de n’importe qui à ce moment. Pour Lynn, pour leur amitié disparue. A elles trois, elles avaient toujours tout partagé, d’aussi loin que les souvenirs de jeunesse de Joyce remontaient. Elle fut soulagée de voir que Léanne acceptait ses excuses, et lui serra la main. Elle frissonna à son contact, mais n’en laissa rien paraître. C’était beaucoup d’émotion pour un seul soir. L’institutrice eut une pensée pour Josh. La dernière fois qu’elle l’avait eu au téléphone, ce dernier lui avait dit qu’il ne serait pas en ville pour la soirée de Brûle-Bateau. Ironique, Joyce avait affirmé qu’il risquait de manquer la soirée de l’année. Peut-être n’avait-elle pas tort.

    Une larme coula le long de la joue de Charly, et celle-ci recula de plusieurs pas, en bredouillant des excuses. Elle n’y arriverait pas. Sa relation avec Lynn était encore plus fusionnelle que celle que Joyce partageait avec la sœur Tanner. Joyce sentit sa main quitter la sienne, et elle la suivit des yeux.

    « Vous croyez que je peux ?... »

    La blondinette reporta son attention sur Léanne. Elle lui adressa un faible sourire rassurant, pour accompagner les paroles de soutien de Noam. Ne pas s’en faire ? C’était beaucoup plus facile à dire qu’à faire.
    « Non, il vaut mieux la laisse digérer » chuchota-t-elle, incapable d’hausser la voix à nouveau. Elle se sentait vidée de toute son énergie après toute cette conversation animée.

    « Tu n'avais pas à faire ça Noam. Je voulais pas que ça te cause des ennuis. A toi non plus d'ailleurs Joyce. Je... Je suis désolée... »

    Elle leva les yeux vers elle, et haussa les épaules. Elle ne lui en voulait pas. Elle n’en voulait à personne d’autre qu’à elle-même, au final. Peut-être bien un peu aux Tanner, maintenant qu’elle y pensait. Car si ce que lui avait dit Noam était vrai (et elle n’en doutait pas une seconde), la mort de sa meilleure amie aurait pu être évitée. Et No’ s’en sortirait. Charly avait juste besoin de temps pour accepter une nouvelle Lynn dans sa vie. Ou quelqu’un qui en avait tout l’air, en tout cas.

    « Peut-être que je devrais aller lui parler… » hésita-t-elle, tout compte fait. Charly avait besoin de parler, elle s’en doutait, d’extérioriser ce qui les travaillait tous. La perte de Lynn avait bouleversé leur groupe, leurs vies, et même la ville dans sa totalité. Mais depuis l’enterrement, et malgré le fait que tous y pensent toujours, le sujet n’avait été abordé que très rarement. Elle avança dans sa direction, s’apprêtait à la rejoindre, lorsque, au même instant, elle aperçut la silhouette immobile de Casey devant le feu, et Noam lui glissait à l’oreille : « Décidément, même les fantômes se mettent à sortir. On aura tout vu. »

    Les Dieux s’étaient forcément ligués contre elle ! C’était impossible autrement. Elle avait déjà croisé le jeune homme deux jours plus tôt, au Bones, et c’était largement assez pour mettre ses nerfs à rude épreuve pour deux mois minimum. Avec la rencontre de ce soir ajoutée à cela, elle n’avait vraiment pas envie de devoir supporter sa présence une fois de plus. Se tenir près de lui, feindre la bonne humeur sans pouvoir le toucher, se blottir contre lui, l’embrasser ou même simplement lui parler comme avant était inconcevable. Rien que sous son regard, elle avait l’impression de se liquéfier.
    Ni une ni deux, elle rebroussa chemin, et, passant entre Noam et Léanne, elle souffla : « Je suis désolée. J’ai besoin d’un verre. »

    Elle ne prit pas la peine de s’arrêter et remonta la plage d’un bon pas, jusqu’à la buvette, installée par la mairie probablement. Elle s’approcha du bar, mis en place pour l’occasion.

    « Bonsoir mademoiselle ! Oula, rude soirée ? » entama le serveur en avisant sa mine déconfite. Joyce hocha la tête. « Une margarita, s’il vous plait. »
    Elle tira un paquet de cigarettes de la poche intérieure de son gilet. Elle s’était mis en tête d’arrêter, mais avec les derniers évènements en date, un verre ne lui suffirait probablement pas.
    « Et voilà pour vous ! » Il déposa le verre devant elle alors qu’elle le remerciait tout en allumant sa cigarette. Elle inspira profondément une bouffée de tabac, avant de la recracher en soupirant.

    « Tu sais que c’est très mauvais pour tes poumons » annonça une voix masculine, à sa droite.

    Elle leva les yeux et avisa l'ex-fiancé de Charly, accoudé au bar. Il ne manquait plus que lui pour couronner la soirée. « June » fit-elle simplement. « Qu’est-ce que tu fais là ? » demanda la jeune femme, après une gorgée.

    La plage était bondée, et toute la ville semblait de sortie, aussi, sa question était un peu inutile, mais elle était à court de belles paroles.
    Joyce observa le médecin un instant. Depuis le retour de Noam et sa séparation d’avec Charly, elle ne l’avait pas beaucoup vu. Ses traits semblaient tirés par la fatigue. A moins que ce ne soit qu’une impression.
    Fondamentalement, elle ne détestait pas le jeune homme, au contraire. Il avait redonné à Charly la force de sourire, après que son meilleur ami l’ait quittée, mais Joyce avait toujours été et resterait une grande supportrice du couple Noam-Charly. Elle savait que leur amour était inconditionnel, et si elle préférait ne plus voir June tourner autour de Charly, c’était principalement pour son propre intérêt. Il n’avait aucune chance face à Tanner.
    Tout en gardant un oeil sur le médecin, Joy' se retourna, coude appuyés au bar, pour observer ses amis, plantés à plusieurs mètres d'elle. Ses amis, et surtout Casey.


EDIT : Est-ce qu'on s'en tient à l'ordre qu'on a là (c'est-à-dire Regan - Blake - Casey - Charly - Noam - Léanne - Joyce - June) ou on fait plus ou moins à l'arrache? Smile
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.   

Revenir en haut Aller en bas
 

TOPIC COMMUN ▬ Feu de camp.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hope Mills :: ▬ Hope Mills ▬ :: Capitola-
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forumactif.com